DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

CRITIQUE DVD


BABY CART : L'INTEGRALE




Titre : Baby Cart : L'intégrale

Version : Française
Auteur de la critique : sapiens
Date de la critique : 15/10/2010

Cette critique a été visitée 750 fois. Aide

 

Editeur : Wild Side Vidéo
Année de sortie au cinéma : 1972
Date de sortie du DVD : 14/10/2008
Durée du film : 606 minutes


Résumé : Directement adapté d’un des chef-d’œuvres du manga japonais scénarisé par Kazuo Koike, vendu à plus de 8 millions d’exemplaires pour une oeuvre de plus de 8000 pages, BABY CART met en scène Itto Ogami, héros dans la pure lignée japonaise : invincible, mais le cœur aussi tourmenté que son sabre est froid et implacable, il est pourtant marqué par sa destinée sans issue, le menant toujours plus avant vers une violence qui semble sans limite… Contient : * Le Sabre de la Vengeance (1972), * L'Enfant Massacre (1972), * Dans la Terre de l'Ombre (1973), * L'Ame d'un Père, le Coeur d'un Fils (1973), * Le Territoire des Démons (1974), * Le Paradis Blanc de l'Enfer (1975).
Acheter ce DVD
Aucune offre pour ce DVD

 
Avis Artistique
Avis sur le film :   (5.5/10)

En 1972, Tomisaburo Wakayame, le frère ainé de Shintaro Katsu (producteur et interprète de la série Zatoichi), propose à son frère d'adapté la bande dessinée "Baby Cart" à l'écran et d'en faire une nouvelle franchise pour sa boîte de production.
C'est Kenji Misumi, le réalisateur préféré des deux frères (déjà initiateur de la série Zatoichi) qui va lancer la série en réalisant les trois premiers films la même année.

Mais bien que culte, le résultat n'est pas à la hauteur de la série Zatoichi. Baby Cart se distingue par un regain de violence et de sexe pour répondre à la demande du public (le sang est rouge vermillon, les membres décapités volent régulièrement dans les airs, entrainant des geysers de sang giclant à 3 m au moins).
A se plier au public, Misumi en perd son art et il sombre ici dans de la mise en scène de série B. Il faut dire qu'il n'est pas aidé par son équipe technique. Dans les premiers films, les décapitations sentent l'amateurisme aigüe. Son cameramen semble improviser constament son cadre et n'arrive pas à faire un panoramique constant. Même ses lumières semblent constement artificielles. Mais le comble est atteint avec le son, qui n'a pas été pris lors du tournage et où le bruiteur semblait être en vacances durant la session de doublage. Dans les deux séquences cultes de combat du premier film, il n'y a aucun son en dehors des "zings" des katanas et des dialogues parlés ! Pourtant la première se déroule dans une rivière à coté d'une cascade (aucun bruit d'eau) et la deuxième dans une plaine balayée par les vents (pas le moindre souffle n'atteint nos oreilles).

Le deuxième film de la série, tourné dans la foulée du premier a les mêmes qualités (scénario et interpétation) et les mêmes défauts que le précédent. Pourtant les fans le considère souvent comme le meilleur.

Le troisième épisode est tourné dans la même année. Alors que Misumi semblait avoir cédé aux exigeances du public et de la production, il semble retrouver un peu de motivation personnelle dans cet épisode. Fini les gros plans inutiles et ridicules de membres décapités, on retourne vers des scènes de combat plus sobre et réaliste. On a aussi retrouvé le bruiteur qui semble être revenu de vacances ;o) . Et on retrouve l'oeil du grand Misumi comme dans la scène de contemplation de la nature de baby Daigoro. Cependant, il faut avouer que le scénario assez complexe de cet épisode est moins interessant.

Buichi Saito prend le relais de Kenji Misumi pour le quatrième épisode. Le réalisateur reprend fidèlement la recette des premiers films (un peu de sexe, de la violence, et du sang, du sang, du sang). Les combats sont totalement irréalistes et exagérés, ça décapite à tout va. Ca gicle le sang partout. Le scénario reste assez intéressant, mais la forme s'apparente trop à de la série B. D'ailleurs le combat final dans une gravière annonce déjà les sous merdes télévisés des séries SF de monstres tournées à partir des années 80.

Le cinquième film voit le retour de Kenji Misumi pour son ultime film. La qualité s'améliore enfin et malgré quelques fautes de goût persistant, on retrouve l'oeil du cinéaste qui a fait les meilleurs épisodes de la saga Zatoichi.

Le sixième film est surement le plus abouti techniquement. Tournée partiellement dans la neige, c'est aussi le plus couteux de la série. L'histoire prend un tournant onirique assez inattendu, qui n'est pas sans charme, mais le combat final du Loup Solitaire contre plusieurs centaines d'ennemis marque encore une fois une surenchère qui nuit à la série plus qu'autre chose.

Tous comme Zatoichi, Baby Cart sera adapté en série télévisée au Japon par la suite. Mais Tomisaburo Wakayame refusa de reprendre le rôle dans celle-ci.


 
Avis Technique
Avis sur l'image :   (1/3) Avis sur le son :   (1/3)

Format scope pour tous les films. Mais les copies sont trop sombres et trop contrastée.

Son mono en VOSTF uniquement. Beaucoup d'erreurs dans les sous-titres !

Avis sur les bonus & l'interactivité :   (2.5/3) Avis sur les visuels :   (1/1)

Aucun bonus sur les disques des films. Mais le coffret contient un DVD inédit d'1h30 avec de nombreux reportages et interviews.

Un très beau boitier en carton épais s'ouvrant par le haut dans lequel se trouve les 7 disques dans des boitiers slim ainsi qu'un livre de 80 pages écrit par Nicolas Rousseau.


Note finale :

  (11/20)


Commentaires concernant cette critique

il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous



 Revenir à la page d'accueil de la rubrique critique - Retour Page Principale

Aller plus loin

Nous contacter
Signaler un bug
Partenariat | Affiliation
Souscrire aux fils RSS
Facebook-Rejoignez nous

DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2019