DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

CRITIQUE DVD


INTO THE WILD




Titre : Into the wild

Version : Française
Auteur de la critique : romanticolor
Date de la critique : 07/09/2008

Cette critique a été visitée 965 fois. Aide

 

Editeur : Pathé
Année de sortie au cinéma : 2007
Date de sortie du DVD : 16/07/2008
Durée du film : 147 minutes


Résumé : Tout juste diplômé de l'université, Christopher McCandless, 22 ans, est promis à un brillant avenir. Pourtant, tournant le dos à l'existence confortable et sans surprise qui l'attend, le jeune homme décide de prendre la route en laissant tout derrière lui. Des champs de blé du Dakota aux flots tumultueux du Colorado, en passant par les communautés hippies de Californie, Christopher va rencontrer des personnages hauts en couleur. Chacun, à sa manière, va façonner sa vision de la vie et des autres. Au bout de son voyage, Christopher atteindra son but ultime en s'aventurant seul dans les étendues sauvages de l'Alaska pour vivre en totale communion avec la nature...
Acheter ce DVD
chez Amazon à 7.76€
chez Fnac à 10€
Voir le reste des offres pour ce DVD

 
Avis Artistique
Avis sur le film :   (9/10)

Qui n’a jamais rêvé de parcourir le monde à l’aventure, à la découverte de paysage et de gens ? Christopher McCandless est de ceux là, mais trop idéaliste.

Pourtant il avait un avenir des plus brillants qui s’offrait à lui, fils de parents aisés, des A partout, il aspirait pourtant à une vie des plus simples, et un jour sans prévenir qui que ce soit, il déchire ses papiers, donne ce qu’il y a sur son compte en banque à une œuvre de charité et brûle les billets de banque qui lui reste dans la poche, à partir de là, on comprend facilement qu’il est déconnecté de la réalité de la vie, mais on continue de rêver et à croire à ses projets.
Ainsi commence son voyage initiatique, on y découvre des paysages somptueux du grand-canyon jusqu’à grand Nord de l’Alaska, au fil de son parcours qui l’emmènera jusqu’à sa destination finale, il fera la connaissance de personne sympathique mais ayant un certain mal à comprendre son obsession, (bien qu’ils soient hippies ou marginaux), ils essayent de le convaincre que c’est une folie, bien que son projet fasse rêver. La confrontation avec ce vieil homme qui lui apprend l’art de la manipulation du cuir, lui prodigue de nombreux conseil dont il n’en à que faire, voulant à tout prix se perdre dans la nature, estimant que le bonheur est là.
Il aime les gens, mais il se refuse à rester avec eux, voulant toujours atteindre le nirvana, refusant même l’amour ou la main tendue, un extrémiste de la solitude en quelque sorte.
Puis il arrive enfin à concrétiser son but ultime, de se perdre dans le fin fond de l’Alaska, il y passera des mois dans un bus à l’abandon qui deviendra son domicile, loin de tout, sans argent, sans téléphone, électricité, sans rien, mis à part ses livres favoris, un fusil et un livre sur les plantes comestibles.
Au fil des jours, il comprendra mais trop tard que la nature n’est pas le paradis fantasmé auquel il s’imaginait et que le bonheur ne se trouve pas dans la solitude, pour cela il aura mis deux longues années avant de pouvoir écrire « Happiness only real when shared », et de signer de son propre nom.

Ce film est une adaptation du livre de Jon Krakauer relatant l’histoire vrai de Christopher. Emile Hirsch joue magistralement ce jeune homme idéaliste, allant même jusqu’à une extrême maigreur pour l’incarner, la ressemblance entre l’acteur et le véritable Christopher (que l’on voit en photo) est troublante.
Le seul petit bémol c’est d’avoir séparé le film en quatre chapitres, le titre du premier suppose déjà ce qu’il va se produire à la fin.
Un film touchant, passionnant, avec une belle philosophie de vie, alors qu’on aurait pu croire à un film idéalisé, c’est justement bien le contraire qui transparaît, la réalité est tout autre, probablement le meilleur film en tant que réalisateur de Sean Penn.


 
Avis Technique
Avis sur l'image :   (3/3) Avis sur le son :   (2.5/3)

Des images somptueuses, avec des images volontairement anxiogènes de la ville, pour ressentir les pensées de Christopher. Aucun défaut apparent.
Le réalisateur à eu la bonne idée, de raconter ce récit en alternant le présent et le passé, le présent dans le bus ou il y passe des longs mois et le passé avec tout ce parcours qui l’ont conduit jusqu’ici, cela en renforce l’intérêt.

Le son est parfaitement spatialisé, on entend la moindre brindille. La BO reprenant des titres célèbres américain dans l’esprit de liberté du film sont sous-titrés que ce soit en VF ou en VO, un très bon point car c’est rare.
Le choix de la langue, se fait par le menu.

Avis sur les bonus & l'interactivité :   (1/3) Avis sur les visuels :   (1/1)

Le menu est sonorisé avec de nombreux paysages du film qui défilent.
Niveau bonus, c’est assez léger mais suffisant pour une édition simple :
- La Bande-annonce du film en VOSTF et en VF
- Into the wild, l’expérience (17 min, VOSTF) : Petit making-of très instructif, on apprend par exemple que le bus existe toujours, et qu’ils ont privilégié les vrais lieux du livre pour le tournage.
- Galerie photos

Boîtier amaray transparent avec une jaquette poétique, on le voit tenir une boite de conserve qui dans le film ne possède pas, perdu dans la nature.
La sérigraphie entièrement imprimée, représente une vue du grand Nord avec ses chaînes de montagne, les logos sont petits et plutôt discret.


Note finale :

  (16.5/20)


Commentaires concernant cette critique

il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous



 Revenir à la page d'accueil de la rubrique critique - Retour Page Principale

Aller plus loin

Nous contacter
Signaler un bug
Partenariat | Affiliation
Souscrire aux fils RSS
Facebook-Rejoignez nous

DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020