DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


SHAUN OF THE DEAD

Lui écrire Hotkiller

Shaun of the dead DVD sorti le 06/03/2006


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : StudioCanal
Distributeur :
Universal StudioCanal Vidéo

Date de sortie en salle : 27 juillet 2005
Nombre d'entrées : 108 000 env.

Durée du film : 1 h 30 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2202


   

Le Film : 7.5/10

Résumé : Foutue journée qui commence pour Shaun : sa petite amie vient de le plaquer, en partie à cause de son meilleur pote Ed; tout le monde le prend pour un imbécile au boulot; son beau-père le considère toujours comme un gosse mal élevé et pour finir le tout, ce matin là, la population anglaise est devenue une nation de zombies affamés. Mais Shaun n'a pas dit son dernier mot : il vient en effet de retrouver une batte de cricket....ça va saigner !!

Avis : Dans les films de Zombies, il y a toujours une sorte de côté surréaliste où l'on se demande parfois si tout ce cirque ne serait pas le résultat d'un Créateur qui aurait décidé de s'amuser un peu avec nous les vivants. Bref, quel que soit l'aspect effrayant des images il y a quand même au départ un immense côté farce, un côté blague de potache; parce qu'imaginer un monde où les morts reviennent sur terre pour bouffer du vivant peut être aussi gros et absurde que terrorisant et sanglant. Edgar Wright, réalisateur de ce Shaun of Dead a parfaitement compris ce message et nous offre un film qui pendant 1h30 va tenir à la fois de la bouffonerie grotesque et du film d'horreur donnant ainsi naissance à un nouveau genre cinématographique, la "rom-zom-com", comprenez "romantic zombie comedy".

Sur le fond, les films de zombies sont bien souvent des satires, des fables horrifiques sur ce que nous étions, ce que nous sommes devenus ou ce que nous avons accompli. Georges Romero, pape incontesté du genre, s'est toujours servi de ses films pour mettre en avant les déviances de nos modes vie (course nucléaire et à l'espace, consumérisme outrancier, démocraties qui n'en sont plus...) et finalement ses films sont plutôt des témoins d'une culture à une certaine époque plutôt que des films gore purs et durs. Le film d'Edgar Wright reprend parfaitement ce concept à son propre compte et nous montre dans sa première partie des anglais qui bien que vivants se comportent comme des zombies avant l'heure. Routine du travail, routine des transports, routine de ces journées qui se suivent et se ressemblent, routine de ces êtres humains qui n'en sont plus tant leur personnalité est uniforme et monotone. Au centre de ces personnages, se trouve donc Shaun qui quelque part est l'exemple parfait du citadin en train de se zombifier petit à petit : petit vendeur dans un magasin d'électronique, il est déjà, malgré ses 29 ans, considéré comme un has been par ses collègues; Liz sa girlfriend a envie de démarrer une vraie vie avec lui, mais Shaun hésite, ne sait pas comment faire, bref, résiste comme il peut à l'idée d'un engagement amoureux; et puis il y a Ed, "couch potatoe" moyen que Shaun se refuse à abandonner, parce qu'il est sa bulle d'oxygène, celui qu'il aurait voulu être mais que les convenances ont lui commandé de ne pas devenir. De ce point de vue là, la construction du film est remarquable, car le scénario fixe le caractère des personnages en moins de 20 minutes : Shaun se fait larguer par Liz au bout de 10mn de film mais comme nous sommes dans une comédie romantique, on sait déjà qu'ils finiront par se réconcilier; Ed est un fainéant patenté mais on devine déjà qu'il aura un rôle important à jouer (le Sauveur ?) dans les épreuves qu'ils vont affronter tous ensemble; quant aux "bad guys", ils sont reconnaissables entre tous (du colocataire de Liz au colocataire de Shaun) et l'on s'impatiente de les voir rapidement zombifiés.

La complexité des relations amoureuses étant un sujet éculé au cinéma, Edgar Wright décide donc d'ajouter une dimension fantastique à son film avec cette histoire de population qui du jour au lendemain se transforme en nation de morts-vivants. En fan averti il respecte totalement les codes du genre : nos héros vont d'un point A à un point B en essayant de sauver leurs proches; certains membres du groupe vont se faire mordre (et se pose alors la "terrible" question de les achever avant qu'ils ne se transforment en zombie); et bien sûr, ils trouvent refuge dans un endroit encore épargné, en l'occurence un pub, où va s'organiser la résistance. Formidable idée que ce pub car il est le trait d'union entre les deux histoires : Le Winchester Pub était en début de film une cause de rupture entre les deux personnages principaux alors que dans la seconde partie il est finalement ce qui pourra sauver leur peau et peut-être leur couple. La boucle est bouclée et donc tout se tient du point de vue narratif. Mais pour le réalisateur, respecter les codes du genre était une chose, ajouter sa touche personnelle en était une autre. Et là aussi ses idées sont remarquables car à la fois innovantes et remplies d'humour : innovantes car par exemple c'est l'un des rares films de zombie qui nous apprend le devenir des héros. Alors bien sûr Edgar Wright a parfaitement retenu la leçon et nous ne saurons jamais ce qui a provoqué cette zombification des habitants (foutu Shaun avec sa zapette) mais il nous montre une société qui a su utiliser les zombies, les a presque domestiqués pour s'en servir dans des tâches répétitives et finalement le réalisateur invente le film de zombies optimiste (sic !). Humoristiques car les armes à feu, arcs et flêches pour se défendre sont remplacés par une batte de cricket et une pelle; le véhicule qui permet aux héros de s'enfuir n'est pas une vieille guimbarde abandonnée mais une splendide Jaguar vert anglais...bref tout concourt à faire rire le spectateur habitué des films de zombie jusqu'à cette scène diablement efficace dans son effet comique où nos héros miment les zombies pour mieux se frayer un passage parmi eux...! Mais attention, même si le film se veut volontairement comique, ce point de vue scénaristique ne se fait pas au détriment de la qualité des effets spéciaux. En d'autres termes, le réalisateur, loin de faire une parodie des films de zombie leur rend parfaitement hommage en soignant ses effets gore pour des scènes toutes inspirées de ses illustres aînés : les bras sont mordus dans la joie, les jambes arrachées dans l'allégresse jusqu'à la traditionnelle et classique scène d'éventration avec dégustation d'intestins parfaitement inspirée et jouissive en ce qu'elle concerne un personnage antipathique du scénario. Brillant hommage.

Shaun of the dead est donc un film original qui manipule parfaitement deux styles que tout oppose. C'est à la fois une comédie de société et de moeurs et un film d'horreur sur une thématique bien précise, mais dont le traitement à l'écran l'apparente plus à la joie débridée du Retour des morts-vivants de Dan O' Bannon qu'au sombre pessimisme de la Nuit des Morts-Vivants de Romero. Symbole de cette réussite : l'égal intérêt du spectateur pour savoir si Shaun va reconquérir sa belle autant que pour savoir s'ils ne vont pas se faire croquer la carotide par un être aux yeux de poisson mort d'ici là. Servi par des comédiens de talent, le film est aussi la preuve que le cinéma anglais se porte bien, que ce cinéma est capable de se faire inventif, drôle, original, qu'il est capable de nous fournir autre chose que des niaiseries romantiques façon "Notting Hill", bref, qu'à l'inverse de certains personnages du film, il est bien vivant.


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : L'usage du format cinemascope peut sembler atypique pour ce genre de film mais au final ce télécinéma rend très bien à l'écran : le transfert a été soigné par StudioCanal et, film très récent oblige, on ne constate aucun défaut sur le master d'origine. Côté qualité d'image, on n'observe quasiment pas de défauts de compression même dans les dernières scènes qui se passent de nuit et la colorimétrie est parfaitement uniforme. Encore un excellent travail signé StudioCanal.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en français et en anglais - Sous-titres : français

Avis : Quel dynamisme et quelle ambiance sonore dans ce film !! Le caisson de basses s'allume quand il faut, les enceintes arrière s'envolent à bon escient, bref la spatialisation du tout est assez remarquable. Seul petit défaut : le léger décalage entre le niveau sonore des dialogues et celui des effets obligeant parfois à jouer de la télécommande. Mais dans l'ensemble le rendu sonore participe tout autant que les images à la réussite du film. Peu ou pas de différence VO/VF sur les quelques scènes dynamiques que j'ai pu voir.


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
C'est simple, nous sommes dans un cartoon de Tex Avery !! Le sommaire est très dynamique avec les personnages principaux représentés de façon animée reprenant certains gags du film (Shaun avec sa fléchette dans la tête notamment). Les transitions sont courtes et chaque menu dispose d'une légère animation en arrière plan. Le tout en 16/9 et en Dolby Digital 5.1 pour la musique du film qui rythme le tout, que demander de mieux ?


Les bonus :

Pas mal de bonus (mais pas de commentaire audio), mais leur pertinence est-elle réelle ?

  • Making of : ce making of est divisé en 8 parties pour une durée d'un peu plus de 45mn. On retiendra la très bonne humeur du tournage et les nombreuses petites infos en dehors ou en coulisses (journée d'un zombie par ex.)
  • Scènes coupées : aucun intérêt puisque n'ont été coupés que certaines répliques ou dialogues. Ces scènes coupées sont commentées et sous-titrées.
  • Bêtisier : un grand classique avec 10 mn de fous-rires, de gags en cours de tournage. Rigolo, sans plus.
  • Casting des acteurs : quelques scènes de répétition, pas grand intérêt
  • Casting des morts-vivants : assez rigolo de voir des personnes avoir une démarche curieuse en plein studio...marrant.
  • Questions fondamentales sur l'intrigue : un bonus original où certaines questions en suspens dans le film sont révélées par un storyboard avec en voix off la voix du personnage du film qui commente ce qui lui est arrivé.
  • Extrait de "Spaced" : c'est un extrait de l'émission télé qui a inspiré Shaun of the dead au réalisateur.


  • En résumé cette édition perd beaucoup de son charme quand on considère la qualité intrinsèque des bonus trop promotionnels. Dommage car il y avait vraiment matière à mettre plus de choses mais StudioCanal a préféré faire tout tenir sur un seul DVD.


    Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    C'est à ma connaissance le premier fourreau de ce type pour un boitier amaray. Le fourreau est découpé dans son milieu pour symboliser les portes du métro qui s'ouvrent. On obtient donc deux rectangles de cartons qui libèrent le classique amaray dont la jaquette nous montre le contenu de cette rame de métro vidée de ses occupants. Autre jolie surprise : le boitier transparent qui permet de voir une autre image du film avec les personnages entourés de zombies.

    [ Voir le Top Packaging pour ce DVD ]



    La sérigraphie

    Au regard du reste, la sérigraphie est un ton en dessous. Les couleurs et la définition sont bonnes, les mentions et les logos sont discrets, mais finalement ces ombres dessinées ne restitutent pas l'ambiance fun du film.


    Note Finale : (15.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 15/03/2006 à 08:54 par ninnin4 : Ce film a en tout cas l'air bien meilleur qu'un autre,c ertes pas romantique mais qui se voulait un hommage parodique au genre (un zom-com) en quelques sortes), intitulé Undead, même pas morts! et qui était d'une nullité navrante. Bravo.
    - le 15/03/2006 à 08:21 par surfeur51 : Bravo pour cette loupe remarquable sur un film dont je n'ai pas réussi à dépasser la première demi-heure... C'est vrai que je préfère de loin les "niaiseries romantiques", comme ça tu pourras me retourner le compliment quand je ferai la loupe de "Notting Hill", une charmante petite comédie divertissante... ;)

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2017