DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LA JEUNE FILLE à LA PERLE

Lui écrire surfeur51

La jeune fille à la perle DVD sorti le 08/09/2004


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Pathé
Distributeur :
Fox Pathé Europa

Date de sortie en salle : 03 Mars 2004
Nombre d'entrées : 366 000 environ

Durée du film : 1 h 40 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
4771


   

Le Film : 9/10

Résumé :  Delft, XVIIe siècle. La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Au fil du temps, la douceur, la sensibilité et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l'introduit dans son univers.

Avis : "La Jeune Fille à la Perle" est une adaptation d'un roman de Tracy Chevalier, une passionnée d'histoire qui s'est inspirée du tableau du même nom réalisé par Vermeer, pour imaginer la relation qui se serait établie entre le peintre et son modèle, restée anonyme. Le film est donc un prétexte à rentrer dans l'univers du maître, la plupart des autres personnages ayant, eux, réellement existé (principalement la famille du peintre et son mécène Van Ruiven). L'action est lente, avec peu voire pas de rebondissement, mais le spectateur est transporté par l'esthétisme délicat et merveilleusement soigné d'une photographie qui se rapproche des toiles du grand peintre. Il n'y a pas non plus beaucoup de dialogues, Griet ayant la réserve qui sied à une jeune servante officiant dans la demeure d'un homme d'une notoriété certaine. On entre donc dans l'intimité des personnages avec un travail tout en douceur du réalisateur, Peter Webber, dont c'est le premier film, s'attachant à capter les gestes, les regards, les frémissements de la jeune fille, et ceux de Vermeer, utilisant pour cela des gros plans d'une grande intensité. Il dissèque les rapports difficiles de Griet avec la femme et la fille du peintre, celles-ci jalousant l'intérêt que lui porte leur mari et père. La condition des personnes les plus modeste dans la Hollande du XVIIième siècle est naturellement évoquée à travers le harcèlement exercé par le mécène Van Ruiven qui ne rêve que de mettre la jeune Griet dans son lit. Enfin le film est l'occasion de comprendre les techniques de peinture de l'époque, avec la fabrication des couleurs à partir de divers pigments, et en explicitant de façon discrètement didactique le travail permettant de figurer les ombres et les lumières sur la toile, à l'occasion de la peinture de "La femme à la cruche d'eau", décrit avec un réalisme très poussé

Scarlet Johansson est une Griet qui ressemble étonnamment à la jeune fille du vrai tableau, et fait une composition remarquable de justesse, avec un jeu fin et dépouillé, mais débordant de sensibilité, voire de sensualité malgré une grande pudeur (voir la scène où Vermeer lui demande de s'humecter les lèvres pour le reproduire sur le tableau). C'est Colin Firth qui joue Vermeer, lui aussi tout en délicatesse et retenue. L'affreux Van Ruiven, qui cherche à profiter de la situation financière précaire des Vermeer, et de la fragilité de Griet, est parfaitement interprété par Tom Wilkinson, et le casting principal est complété par la femme et la belle-mère de Vermeer (Essie Davis et Judy Parfitt), parfaites dans leur rôle. La reconstitution historique est minutieuse, avec des décors inspirés des tableaux du Maître que l'on découvre à plusieurs occasions dans le film. Les vues de Delphes en hiver, sous le soleil ou sous la neige, sont filmées avec beaucoup de recherche, et les très beaux costumes nous replongent dans l'époque du peintre.

Loin de toute recherche de spectaculaire, ce film joue sur la grâce, la beauté, le réalisme et l'expression nuancée des sentiments, pour nous émouvoir, et maintenir une attention soutenue malgré la lenteur de l'action. Le seul reproche qu'on pourrait lui faire, c'est qu'il idéalise probablement une réalité qui ne devait certainement pas relever au quotidien d'un esthétisme aussi abouti, et il ne satisfera sûrement pas les amateurs exclusifs d'action tonitruante....


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : Etant donné la recherche esthétique de la photographie, la qualité technique de l'image se devait d'être impeccable, ce qui est pratiquement le cas, avec une définition excellente, des couleurs bien restituées et de beaux contrastes. On notera néanmoins de très légers défauts de compression dans les plages sombres unies, indétectables lors du visionnage, sauf en arrêt sur image. La qualité artistique est exceptionnelle, bénéficiant d'un éclairage magnifique et d'une extraordinaire reconstitution de l'époque.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en Anglais - Sous-titres : Français

Avis : Tous les canaux sont utilisés pour mettre en valeur la partition musicale enivrante d'Alexandre Desplat, en parfaite adéquation avec la sensibilité du film. Il en résulte une ambiance enveloppante, bien sûr dépourvue de tout effet sonore spectaculaire compte tenu du sujet traité. VO et VF sont proches techniquement, avec une bonne séparation des dialogues.


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
Menus animés et musicaux, avec des transitions longues focalisant sur les tableaux originaux de Vermeer. Le film est découpé en 20 chapitres, et on peut changer de langue et sous-titres à la télécommande.


Les bonus :

Assez conséquents pour une édition à un disque. Bien que courts, les deux documentaires sont peu promotionnels et assez intéressants.

  • Deux commentaires sous-titrés, l'un du réalisateur Peter Webber et du producteur Andy Paterson, l'autre de la romancière Tracy Chevalier et de la scénariste du film Olivia Hetreed. Dans les deux cas, il s'agit de dialogues presque ininterrompus, tournés vers les détails techniques et le tournage pour le premier, et plus vers l'histoire et la comparaison avec le roman dans le second. On sent d'ailleurs la romancière très fière de l'adaptation à l'écran de son oeuvre, et elle nous raconte de nombreux détails sur la vie réelle de la famille Vermeer. Comme souvent dans le cas de plusieurs commentaires, il y a certaines redondances concernant quelques anecdotes, mais les propos sont assez pertinents. Mais si on regarde le premier commentaire avec un intérêt certain, un visionnage supplémentaire pour le deuxième risque de lasser un peu.
  • Making of de 14 minutes, en 16/9 VOst, de forme assez classique avec des interviews des acteurs et de membres de l'équipe, des images du tournage et des extraits du film. Une bonne partie est consacrée à la fabrication des couleurs, et on évoque les difficultés à tourner en plein hiver, par –15 °C.
  • 8 scènes coupées, en 4/3 VOst, avec ou sans commentaires du réalisateur, un peu gâchées visuellement par de nombreuses incrustations techniques, heureusement situées dans les bandes noires. Une longue introduction a été abandonnée pour donner plus de mystère à la rencontre entre Griet et Vermeer, ainsi que 3 séquences concernant la peste, inspirées du roman, mais qui cassaient le rythme du film.
  • Anatomie d'une scène, de 24 minutes, en 4/3 Vost. Il s'agit de la scène du banquet donné à l'occasion de la naissance du dernier enfant de Vermeer. Ce documentaire constitue en fait une prolongation du making of, incluant une comparaison avec le roman original, et beaucoup de détails concernant les décors.
  • Films annonce en 4/3, l'un en VOst, l'autre en VF

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray transparent inséré dans un étui en carton, les deux reprenant exactement les mêmes visuels. Le visuel de couverture diffère de l'affiche du film qui était centrée uniquement sur Griet, alors que sur le DVD, Vermeer la rejoint. Dommage que la liste des chapitres n'aie pas été imprimée au verso de la pochette.



    La sérigraphie

    Seul le buste de Griet apparaît sur fond noir, dans la posture du tableau original de Vermeer. L'impression est fine, et comprend le rond central. Les logos blancs se détachent un peu trop, ainsi que l'avertissement "Interdit à la location", en jaune qui fait vraiment tache.


    Note Finale : (16.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020