DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


KILL BILL VOL. 1 - EDITION COLLECTOR / 2 DVD

Lui écrire Hotkiller

Kill Bill Vol. 1 - Edition collector / 2 DVD DVD sorti le 24/05/2004


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : TF1 Vidéo
Distributeur :
TF1 Vidéo

Date de Sortie en salle : 26 Novembre 2003
Nombre d'entrées : 1 570 000 env.

Durée du film : 1 h 52 min.
Site du film : Visitez
Acteurs: Uma Thurman

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
5311


   

Le Film : 10/10

Résumé : Après 4 ans de coma, une jeune femme qui avait été laissée pour morte lors de sa cérémonie de mariage, entreprend une longue et minutieuse quête afin de se venger d'une bande de tueurs internationaux dont elle fut membre auparavant. 5 personnes à retrouver, 5 personnes à tuer....leur chef : Bill.

Avis : On ne présente plus Quentin Tarantino tant le talent et l'imagination de ce réalisateur sont immenses. Ne dit-on pas ainsi le 4ème film de Tarentino plutôt que Kill Bill Vol 1 un peu à la manière de Fellini en son temps ? Donc, que vaut ce 4ème film de Tarentino ? Il semblerait que ce dernier ait encore repoussé plus loin les limites de son talent : Reservoir Dogs, Pulp Fiction, Jackie Brown étaient déjà des chefs d'oeuvre de films noirs. Kill Bill l'est tout autant à ceci près que Tarentino a su y rajouter de façon plus prononcée ses références personnelles au cinéma asiatique. Kill Bil est donc un polar, un western, un film de kung-fu... bref un film multi-facettes, multi-genre. Mais Tarentino va plus loin, parce que non seulement il s'inspire des meilleurs pour chacun de ces genres mais qui plus est, y apporte une touche personnelle qui transforme Kill Bil Vol. 1 en film hommage. Citons ainsi le passage à l'hôpital avec Elle Driver (interprétée par Darryl Hannah) monté comme un film d'Hitchcock/De Palma (dans les images et dans la musique), le passage en manga racontant l'histoire d'O-Ren-Ishii (géniale trouvaille puisqu'il raconte l'enfance violente d'une jeune sino-américano japonaise), le combat final, véritable hommage à tout le cinéma hong-kongais, sans oublier l'excellent film français de François Truffaut, "La mariée était en noir", pour le"quel Tarentino ne saurait renier la parenté...bref, autant de références, autant de morceaux de cinéma qui mis ensemble donnent un cocktail dédié au pur plaisir du spectateur.

Mais le talent de Tarentino ne s'arrête pas là : son scénario qui somme toute, tient sur un ticket de bus nous tient en haleine pendant quasiment 2 heures. Certainement parce que son montage est tout bonnement génial : à la manière de Pulp Fiction, les chapitres du film ne se suivent pas dans un ordre chronologique qui aurait donné une histoire linéaire. Flashbacks, coupures, ruptures de rythme et de tons donnent un montage destructuré du film rendant le mélange des genres, paradoxalement plus fluide. Le seul reproche peut être à faire, mais c'est un simple avis personnel concerne une scène du début du film où l'on voit la Mariée rayer le nom de Vernita Green sur sa liste de personnes à éliminer. Le plan nous permet également de voir que le nom de O-Ren-Ishii est déjà rayé alors que celle-ci ne mourra qu'à la fin du film. Un peu dommage car le spectateur sait déjà ce qui va se passer dans l'heure et demie de film qui reste.
Quentin Tarentino est donc véritablement un grand réalisateur, mais tout cela ne serait rien si par-dessus il ne savait pas raconter une histoire : la thématique de la vengeance a maintes et maintes fois été portée à l'écran. Mais le 4ème film de Tarentino donne au genre un coup de balai phénoménal. D'une part dans la profondeur des personnages : chacun d'entre eux a sa propre histoire, chacun d'eux est détaillé et le rôle de chacun est parfaitement expliqué quant à ses rapports avec la Mariée qui reste le personnage central de l'histoire. Cette même Mariée dont on ne connaît pas le nom. Certes son ancien nom de tueuse à gages était Black Mamba mais son véritable état civil reste inconnu du spectateur et ne sera révélé que dans le Kill Bill Vol. 2. Alors elle est tour à tour "Arlene Machiavelli" pour les flics du Texas, "Jane X" pour l'infirmier pervers, "la guerrière aux cheveux d'or" pour l'homme d'Okinawa et les seules fois où son nom est prononcé, la bande son est intelligemment "bippée" comme si la prononciation de ce nom serait une des clés de l'histoire.

La musique de Kill Bill Vol. 1, comme dans tous les autres films de Tarentino, fait partie intégrante de l'histoire. Comme à l'accoutumée, les morceaux choisis par le réalisateur peuvent parfois surprendre (musique du "Frelon Vert" par ex.), mais ils servent véritablement l'image, se mettent au service du scénario, le mettent en valeur. Citons ainsi la belle et douce musique du passage où la Mariée découvre l'exposition de sabres d'Hattori Henzo : comme un chant lyrique la musique renforce cette inmpression de découverte d'un sanctuaire par la Mariée : elle est dans le Temple, la Cathédrale, les images et la musique semblant en totale harmonie. Citons également la musique façon Morricone également belle et douce qui se met en contraste avec les images manga d'une grande violence décrivant la mort des parents d'O-Ren-Ishii : la mise en valeur du scénario provient alors de cette opposition radicale de ce que le spectateur voit et de ce qui l'entend. Citons enfin la musique du combat final entre O-Ren-Ishii et la Mariée : le choix de Don't Let me Be Misunderstood rend le combat encore plus jubilatoire et la trouvaille provient du décalage entre une musique très ryhtmée et les gestes des combattantes peu nombreux mais d'une précision mortelle. Là aussi le choix du réalisateur révèle son immense talent artistique.

Quelques mots pour finir sur le jeu des acteurs : actrice fétiche et emblêmatique de Tarentino, Uma Thurman signe ici une véritable performance : en effet, son personnage est double : il y a toute une partie intellectuelle et toute une partie purement physique. Ces deux traits du personnage sont parfaitement interprétés. Pour les autres le talent est également présent, mais plus fort encore est certainement le choix du casting par Tarantino. Il fallait oser rappeler un acteur comme David Carradine (perdu dans le cinéma de seconde zone depuis son rôle de Kwaï Chang Caine dans la série Kung-Fu) pour interpréter Bill. Il fallait oser pour mettre un bandeau sur l'oeil de Darryl Hannah, cassant ainsi son image de poupée blonde et gentillette dont elle n'a jamais véritablement pu se défaire depuis le Splash de Ron Howard. A ce titre rappelons que les deux plus grands rôles de cette actrice talentueuse restent "Pris" dans Blade Runner et donc "Elle Driver" dans Kill Bill Vol. 1, Ridley Scott et Tarentino ayant compris que ce visage d'ange était parfait pour interpréter des rôles de tueurs froids et sanguinaires. Belle performance également de Lucy Liu qui depuis Payback est parfaite dans les rôles de dominatrice impitoyable. Enfin, Kill Bill ne serait rien sans les autres personnages dits secondaires mais qui portent véritablement le scénario : l'homme d'Okinawa, Gogo Yubari... sont autant de personnages parfaitement interprétés et qui pour Tarantino sont l'aboutissement de rêves de gosses qui par exemple avait toujours voulu tourner avec Sonny Chiba depuis qu'il l'avait découvert sur une chaîne japonaise du cable dans les années 70.

Kill Bill Vol.1 est donc un grand, très grand film : avec peu de choses sur le papier, Tarentino signe un film techniquement très abouti (le mouvement de la SteadyCam dans le restaurant japonais est un véritable plan de folie), subtilement monté et magnifiquement interprété. A voir, à revoir encore et encore, sans modération.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : Le télécinéma proposé par ce DVD est tout simplement splendide. La reproduction du film est très fidèle à l'image proposée en salles du point de vue des couleurs et des contrastes. Le grain est présent juste ce qu'il faut et l'image est très lumineuse. Le choix artistique pour cette édition Z2 française nous gratifie du combat contre les hommes de mains d'O-Ren-Ishii en noir et blanc (la couleur ayant été réservée à l'édition asiatique du film). On peut regretter ce choix quelque part bassement mercantile, mais ce passage en NB donne un certain charme au film et s'inscrit dans le cours de l'histoire sans fausse note. Rien à redire sur le master qui est absolument impeccable (même meilleur que ce qu'il m'a été donné de voir au cinéma).

[ Voir le Top Image pour ce DVD ]


Le Son : 3/3

Détails techniques : DTS en français et en anglais (mi-débit) - DD 5.1 en français et en anglais - Sous-titres : français

Avis : DTS VO ou VF, voilà au moins un DVD qui laisse le libre choix au spectateur. Je ne parlerai dans ces quelques lignes que de la VO qui est absolument prodigieuse en DTS. Même si l'encodage est à mi-débit (bitrate de 748kb/s), les effets confèrent une dynamique aux images assez impressionnante. D'une mouche qui vole à l'explosion d'une table en verre, tous les effets de la bande son ont une précision diabolique. Même remarque pour la bande musicale qui sait être très présente à l'avant en mettant bien en valeur le caisson de basses. La piste DD 5.1 classique est également très pointue mais ma préférence va nettement au DTS qui ne sature jamais et qui semble plus enveloppant à l'écoute.


L'Interactivité : 1.5/3

L'ergonomie des menus :
La couleur marquante de ce DVD est le jaune. Cette couleur se retrouve dès le message légal présenté en idéogrammes qui s'estompent peu à peu pour laisser place à un message en français. Arrive alors le menu principal : 16/9 et 5.1 en fonds sonore : bien fait. L'animation du menu de départ dure 2 mn et est rythmée par Don't let me be misunderstood. On remarquera la sympathique animation de combat en bas à droite reprenant certaines scènes du combat final de la Mariée. La transition vers les chapitres se fait via un plan de la Mariée à moto. Les chapitres sont découpés en 6 tableaux de 4 chapitres (2 pour le dernier) représentant un total de 22 chapitres avec vignettes animées qui lors de leur sélection changent la bande sonore. Le tout est bien fait, bien présenté et d'une ergonomie dès plus simples.


Les bonus :

Pour ne pas altérer la qualité de l'image et du son les bonus ont été regroupés sur un second DVD. Belle fumisterie en fait car on ne trouvera pas grand chose :

  • Making of : 20 mn en 4/3 peu intéressantes (sorte de featurette commerciale un peu rallongée). Seule anecdote intéressante, l'histoire de la sélection du groupe rock'n'roll 5,6,7,8's. Très moyen au final
  • Le concert des 5,6,7,8's : 4 mn de chanson rock'n'roll tournées comme un clip : inintéressant.
  • Bandes annonces : celle de KB Vol.1 et KB Vol.2
  • Galerie de photos : 20 photos de tournage à faire défiler sans fonds sonore.


  • TF1 signe une édition DVD très à la hauteur du point de vue technique (image et son). La présentation des bonus relève quand même du foutage de gueule intégral tant la consistance des bonus est mince et peu digne d'intérêt. Mais bon, c'est la logique commerciale qui a encore primé et nous, pauvres DVDvores affamés devront encore attendre une édition digne de ce nom pour savourer les "à côtés" d'un film aussi riche que Kill Bil vol.1.



    [ Voir les Bonus Cachés pour ce DVD ]

    Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    Le digipack cartonné proposé par TF1 est d'une qualité et d'une définition remarquable. Le titre apparaît en relief tandis que les informations figurant au verso ne sont pas sur une feuille volante, mais directement imprimées sur le boîtier du digipack. Couleur dominante jaune avec sur le fond la photo des deux principales héroïnes du film. On notera également un rabat aux formes d'Uma Thurman contenant un livret joliment fait mais assez creux par les informations qu'il propose.

    [ Voir le Top Packaging pour ce DVD ]



    La sérigraphie

    La mode est aux sérigraphies à effet brillant ou glacé. Les 2 DVD présentent une qualité exceptionnelle de définition avec des mentions légales très discrètes même si écrites en rouge, mais ceci reste en ton avec l'harmonie des couleurs du pacK. Belle réussite.

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (18.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 22/03/2005 à 16:12 par Aérochouf : Excellente critique ;o) j'ai acheté aujourd'hui les 2 volumes chez TF1 Vidéo, je ne pense pas regretter mon achat.

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020