DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LE DISCOURS D'UN ROI (BLU-RAY + DVD)

Lui écrire montana62

Le discours d'un roi (Blu-ray + DVD) DVD sorti le 07/06/2011


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Wild Side Vidéo
Distributeur :
Universal StudioCanal Vidéo

Date de sortie en salle : 2 Février 2011

Nombre d'entrées : 3 022 205
Durée : 1 h 58 min 42s

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3721


   

Le Film : 7.5/10

Résumé : D’après l’histoire vraie et méconnue du père de l’actuelle Reine Elisabeth, qui va devenir, contraint et forcé, le Roi George VI (Colin Firth), suite à l’abdication de son frère Edouard VIII (Guy Pearce). D’apparence fragile, incapable de s’exprimer en public, considéré par certains comme inapte à la fonction, George VI tentera de surmonter son handicap grâce au soutien indéfectible de sa femme (Helena Bonham Carter) et d’affronter ses peurs avec l’aide d’un thérapeute du langage (Geoffrey Rush) aux méthodes peu conventionnelles. Il devra vaincre son bégaiement pour assumer pleinement son rôle, et faire de son empire le premier rempart contre l’Allemagne nazie.

Fiche technique : Film britannique réalisé par Tom Hooper Scénario : David Seidler, Direction artistique : Netty Chapman, Décors : Eve Stewart, Costumes : Jenny Beavan, Image : Danny Cohen, Montage : Tariq Anwar, Musique : Alexandre Desplat, Production : Iain Canning, Emile Sherman, Gareth Unwin, Geoffrey Rush

Distribution : Colin Firth: Albert dit « Bertie », Geoffrey Rush : Lionel Logue, Helena Bonham Carter : Elizabeth Bowes-Lyon, Guy Pearce : Édouard dit « David », Michael Gambon : George V, Timothy Spall : Winston Churchill, Jennifer Ehle : Myrtle Logue, Derek Jacobi : archevêque de Canterbury, Anthony Andrews : Stanley Baldwin - Premier ministre, Eve Best : Wallis Simpson, Freya Wilson : la princesse Elizabeth, Ramona Marquez : la princesse Margaret, Roger Parrott : Neville Chamberlain - nouveau Premier ministre .

Avis : Tout fraichement auréolé lors de la cérémonie des oscars 2011, le discours d’un roi avec son pan historique méconnu pouvait laisser craindre une montagne d’académisme nous laissant aussi froid que son contexte : Alors succès mérité ?

Nous découvrons d’emblée le faible pouvoir de communication du personnage central dans ce stade de Wembley, obligé de remplacer au pied levé son père, nous prenons conscience de son terrible handicap. Les multiples thérapies pour vaincre ce stress restent vaines, au passage on peut apprécier ce clin d’œil volontaire (?) à «My fair lady» et des fameuses billes dans la bouche. Après ce dernier essai infructueux, la rencontre avec cet atypique australien Lionel Logue sera le point de départ d’une rencontre aussi riche que peu conventionnelle.

La naissance de cette future amitié est sans conteste le point fort de cette trame qui s’écoule lentement aux rythmes des onomatopées du futur roi. Les familiarités audacieuses et parfois incongrues de cet australien ainsi que les jurons royaux aussi étonnants qu’impressionnants constituent les seuls traits d’humour dans cette vie princière austère. Le cours des événements s’emballe dans la seconde partie du film, accélérant la destinée de ce futur roi mais pas forcément le rythme du film. Les faits historiques permettent une petite leçon de rattrapage scolaire, n’oublions pas que la souveraine britannique actuelle était sa fille. L’occasion est également donnée de nous plonger dans les traditions et obligations d’usage des membres royaux où l’amour et les sentiments ont peu de place tant les convenances sont de mises.

Tel le concert de Radu Mihaileanu qui délivrait sa merveilleuse partition finale dans un film inégal, le fameux discours peut mettre en marche la machine à oscars appuyé par cet inéluctable combat de la volonté et du dépassement de soi-même, un combat qui plus est, face au mal personnifié par le nazisme. La mise en scène austère n’en est pas pour autant dépourvue d’émotion se servant à merveille des hésitations du duc d’York, les plages de silence servant à accélérer à l’infini la puissance de son combat. Mais derrière cette belle leçon d’amitié, pointent malgré tout des longueurs dispensables et certaines facilités de mises en scène.

Colin Firth est impeccable d’un point de vue technique même si je n’ai pas été complètement touché, sans doute par la nature du rôle. Geoffrey Rush est également formidable dans la peau de cet australien peu regardant sur les conventions, dommage qu’il sombre un peu dans la facilité sur la fin. Enfin on reste un peu frustré pour Hélèna Bonham Carter sous-employée mais néanmoins impeccable.

Plébiscité par les oscars en étant nominé pas moins de 12 fois, le film s’est octroyé les plus prestigieux titres, en s’adjugeant le meilleur film, réalisateur, acteur principal et scénario original. Le discours d’un roi a comblé au delà du possible tous les vœux de ses producteurs car pour une mise ridicule de 15 millions de dollars, le film en a rapporté plus de 414. Même le public français a adhéré aux bégaiements de Bertie puisque plus de 3 millions de spectateurs ont suivi avec attention les cours prodigués et cette incroyable amitié. Ce succès se démarquant largement des productions actuelles aux effets tapageurs, s’est construit sur l’interprétation exemplaire et formidable de son duo d’acteurs.

Au final le discours d’un roi reste un film attachant et humain, pas trop académique mais pas non plus... royal.


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format : 2.35 - 16/9

Avis : Un Blu-ray qui démontre sans doute derrière une qualité technique irréprochable, les limites que ce support peut apporter en plus-value à la nature d’un film. En effet, les contours jouissent d’une belle franchise, le piqué est appréciable, la palette colorimétrique est en parfaite harmonie avec la sécheresse du contexte, couleurs froides et austères, le contraste est sans faille tout comme la compression, bref la copie est vraiment excellente mais on se dit que la version SD compte-tenu du contexte aurait été au final suffisante.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : DTS-HD Master Audio 5.1 Français, Anglais - Audio-Description en Français DTS 2.0 768 Kbps
Sous-Titrage : Français

Avis : On apprécie de constater une fois de plus que Wild Side offre une piste HD pour la VF. Mais dans ce contexte, la VO est quasi obligatoire pour apprécier à sa juste valeur le travail de Colin Firth. De plus si la qualité du mixage se remarque sur la précision et surtout la subtilité des plages de silence, les surrounds ne servent que de décors et il faut se contenter uniquement de la partie frontale. Le débit est loin de s'affoler plafonnant pour les 2 versions à moins de 2Mbps, même si la clarté des dialogues est sans faille, une fois encore on se dit que la version SD peut-être suffisante.
La version SD propose une VF en DD à 448Kbps, une VO en DTS à 754Kbps ou en 2.0 à 192Kbps


L'Interactivité : 2.5/3

L'ergonomie des menus :
Le menu principal du disque propose l’envoi du film, Chapitres au nombre de 16, le choix de la version audio, Bonus et enfin En Blu-ray pour les bandes annonces. L’interface se fond dans les images fixes du film. Il est possible de changer à la volée la version audio et les sous-titres


Les bonus :

On démarre avec Le Making-of (23'40) qui nous laisse franchement sur notre faim, on assiste plutôt à une longue bande annonce ponctuée de complaisances un peu trop appuyées. Essentiellement constitué d'extraits et de commentaires des protagonistes, rares sont les images propres du tournage

  • Si le making-of ne nous apprend au final pas grand chose, le sujet suivant Le commentaire audio de Tom Hooper est une véritable mine d'informations, le réalisateur se prêtant avec une grande aisance à l'exercice

  • Entretien avec l'équipe du film (22'01) est un jeu de questions-réponses en public animé par Matt Holzman. On retrouve le réalisateur Tom Hooper, Colin Firth, Helena Bonham Carter, Guy Pearce et Claire Bloom. Il manque quand même Geoffrey Rush

  • Entretien avec Mark logue (10'36) permet de remonter l'histoire avec le petit fils de l'orthophoniste

  • L'homme qui ne voulait pas être roi (56’23) est un reportage de près d’une heure, animé par l’homme tout dévoué à cet univers Stéphane Bern. Nous prenons une véritable leçon d’histoire avec une première grosse partie réservée à George V, très riche en anecdotes, le module se suit avec grand intérêt. Il est à noter que le reportage est en HD

  • Au cœur de l’histoire (26’14) présenté par Franck Ferrand sur Europe 1 constitue également un reportage intéressant, on glisse cette fois de l’aspect historique à celui de cinématographique, le tout éclairé par Bruno Cras un spécialiste de la maison. La seconde partie revient bien sur au coeur de l’histoire avec la présence de Bernard Cottret. On peut qualifier ce reportage de tout chaud puisque l’émission a été diffusé le 3 juin 2011 sur l’antenne soit 4 jours avant la sortie du Blu-ray

  • Les discours de George VI
  • - Discours d’entrée en guerre (3 septembre 1939) (5’45) est un module audio
  • - Discours de la victoire en europe (14 mai 1945) (2’31) est cette fois en images

  • Le reportage La parole retrouvée (18’14) permet une incursion plus précise dans ce trouble de la parole. Anne-Marie Simon secrétaire générale de l’Association Parole Bégaiement, François Lehuche phoniatre et membre fondateur de l’APB, Alain Paute et Marie-Noelle Guillouzouic membres de l’APB prennent tour à tour la parole.

  • On termine par la bande annonce (2’14) et les remerciements

  • Au final on dispose d’un peu plus de 2h30 avec une bonne connaissance de l’histoire de ce roi, les commentaires audio complètent heureusement l’aspect cinématographique en compensant un making-of un peu trop promotionnel. Sans ce défaut, c’était la note maximale.


  • La version SD propose les commentaires, les discours, la bande annonce et les liens internet.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Le fourreau identique à la jaquette joue sur le nouveau média et illustre parfaitement le sujet. Le distributeur ne manque pas évidemment d’afficher fièrement les oscars remportés. Sur le verso la lisibilité est exemplaire, photo, synopsis, bonus, partie technique, rien ne nous échappe avec au passage un petit rappel des prix remportés. On note malgré tout une erreur sur la durée du film, la jaquette indique 2h02 alors qu‘il dure un peu moins d’1h59mn. On retrouve à l‘intérieur un petit dépliant du catalogue wild side, une feuille sur les fréquence d‘Europe 1 et le code permettant le téléchargement de la copie numérique, l‘offre est valable jusqu‘au 8 octobre 2011.



    La sérigraphie

    On peut parler d’une sérigraphie assez atypique, alors qu’on pouvait parier sur un micro ou tout simplement le même visuel que la jaquette, on retrouve en fait le format d’un disque, le tout empreint d’une grande sobriété à l’image des décors où évoluent les personnages.


    Note Finale : (15.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2017