DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LE SAINT

Lui écrire surfeur51

Le saint DVD sorti le 07/12/2000


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Paramount
Distributeur :
Paramount

Date de sortie en salle : 18 Juin 1997
Durée du film : 1 h 52 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2836


   

Le Film : 8/10

Résumé : Vous cherchez quelqu'un capable d'infiltrer une organisation secrète ou encore de voler une formule scientifique qui pourrait changer la face du monde? Si vous y mettez le prix, le Saint est votre homme...

Avis : A peine sorti de deux adaptations de romans de Tom Clancy avec Harrison Ford dans le rôle de Jack Ryan, le réalisateur australien Phillip Noyce se lance dans l'adaptation sur grand écran de la série télévisée "Le Saint", elle-même issue des romans de Leslie Charteris et immortalisée dans les années 60 par l'acteur Roger Moore alors qu'il avait quitté l'armure d'Ivanhoé et pas encore revêtu le smoking de James Bond. Mais à part la référence au personnage, le film n'a pratiquement aucun point commun avec la série TV, ni dans le scénario, ni dans l'atmosphère générale. Cette fois-ci c'est Val Kilmer qui se glisse dans la peau de Simon Templar, le roi du déguisement capable de se fondre n'importe où pour parvenir à ses fins, et son style se démarque nettement de celui de Moore. Mais si l'on n'est pas un adepte inconditionnel de la série TV, et que l'on regarde ce film sans références, il apparaît comme un excellent film d'aventure, avec une intrigue intéressante, du rythme et un suspense certain, et on le comparera plutôt à un James Bond, le héros étant toutefois d'une personnalité fort différente.

Le film commence par l'enfance de celui qui allait devenir le Saint (joué à ce moment là par le jeune Adam Smith), ce qui permet de bien camper la personnalité future de Templar, cambrioleur de haut vol capable de changer sans cesse d'apparence et utilisant les outils les plus high-tech pour réussir ses coups. Son passé sombre n'en fait néanmoins pas un vulgaire escroc, mais plutôt un Arsène Lupin moderne capable de sentiments et de droiture. Lorsque Ivan Tretiak, un homme d'affaires crapuleux de Moscou, magnat du pétrole, lui propose une somme considérable pour dérober le secret de la fusion froide mise au point par le professeur anglais Emma Russell, Templar voit là l'occasion d'une dernière affaire lui permettant de prendre sereinement une retraite dorée. Seulement Emma Russell est une jeune femme belle, intelligente, et surtout désintéressée et travaillant pour le bien de l'humanité, pas pour que certains s'enrichissent sur le dos des autres, sa découverte devant permettre de solutionner le problème de l'énergie dans le monde. Templar tombe amoureux du joli professeur et va devoir la protéger contre Tretiak et ses sbires. C'est l'occasion de voir des scènes d'action assez enlevées mais sans surenchère, de nombreux traits d'humour, mais aussi des moments plus dramatiques, plusieurs scènes ayant été tournées en fonction du scénario initial qui prévoyait la mort d'Emma.

Val Kilmer n'a pas grand chose à se reprocher, avec un jeu varié alors qu'il se montre dans le film sous une dizaine d'apparences différentes, la tonalité générale étant de donner un côté plutôt sombre au personnage de Templar. Mais le film est illuminé par Elisabeth Shue qui incarne une scientifique à la fois déterminée et volontaire, mais aussi vulnérable et émouvante, et irrésistiblement craquante. Les méchants sont Ivan Tretiak (Rade Serbedzija, que l'on peut voir dans des films bien différents tels que Stigmata, Eyes Wide Shut et Batman begins) et son fils Ilya (Valery Nicolayev), très réussis, et l'on sait qu'il faut a minima des méchants charismatiques pour faire un bon film, ce qui est ici le cas. Comme souvent dans le genre, la crédibilité des situations est un peu mise à mal au profit de l'action et du suspense mais cet effet n'est pas vraiment gênant. La réalisation de Noyce est très professionnelle, et le scénario donne l'occasion de montrer de belles images de l'université d'Oxford et de sa fameuse librairie, et de Moscou avec la Place Rouge. Le film bénéficie aussi d'une musique originale et très réussie due à Graeme Revell. "Le Saint" est un bon divertissement, ses limites étant celles des films d'action qui ne cherchent pas la profondeur et ont donc du mal à marquer l'esprit.


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : Image plaisante, les couleurs ayant un rendu naturel, avec de beaux contrastes. La définition est plutôt bonne, et la compression ne se fait pas remarquer. S'il n'y a pas de recherche esthétique très particulière dans la photographie de Phil Meheux, les décors, les costumes et les lieux de tournage laissent une impression globalement favorable. Les quelques trucages sont parfaitement intégrés aux scènes leur donnant un réalisme certain.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en Anglais - Sous-titres : Anglais, Français

Avis : Les deux pistes 5.1 sont de qualité proche, avec une bonne utilisation des voies, mais le nombre de scènes vraiment spectaculaires sur le plan sonore est assez limité. La musique de Graeme Revell, avec une partition assez originale tout en reprenant quelques thèmes de la série TV, est enveloppante et manifeste une présence certaine, sans empiéter sur les dialogues qui restent toujours clairs.


L'Interactivité : 1/3

L'ergonomie des menus :
Le film se lance directement lors de l'insertion du disque. Les menus, accessibles à la télécommande, sont fixes et muets avec un graphisme directement inspiré de l'affiche du film. Le menu bonus est un montage avec six des déguisements du Saint. Le film est découpé en 21 chapitres, et on peut changer de langue et sous-titres à la volée, y compris les commentaires.


Les bonus :

A défaut d'un vrai making of, les commentaires permettent d'avoir une bonne approche de la réalisation du film.

  • Commentaires du réalisateur Phillip Noyce en VOst. Si le réalisateur adopte un ton assez peu enthousiaste, sa diction impeccable permet un suivi sans sous-titres si on se débrouille en anglais, et il fournit beaucoup d'informations assez intéressantes sur les conditions du tournage, les choix artistiques et les différents aspects techniques.
  • Bande annonce en 16/9 VO.

  • Les Visuels : 0/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray noir, avec un visuel qui reprend l'affiche du film, une composition monocolore bleue avec le visage du héros et en fond une scène se passant à Moscou. Un feuillet avec la liste des chapitres est inséré dans le boîtier.



    La sérigraphie

    Il y a juste l'impression du titre du film en anglais (The Saint), et en bleu, avec des logos et quelques textes légaux en jaune et bleu. L'absence de sériographie est décevante, mais c'était courant pour une édition Dvd datant de fin 2000.


    Note Finale : (14/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020