DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

CRITIQUE DVD


COFFRET MOHAMED CHOUIKH : YOUCEF + L'ARCHE DU DESERT + LA CITADELLE / 3 DVD




Titre : Coffret Mohamed Chouikh : Youcef + L'arche du désert + La citadelle / 3 DVD

Version : Française
Auteur de la critique : nicofeel
Date de la critique : 29/01/2008

Cette critique a été visitée 621 fois. Aide

 

Editeur : K-films
Année de sortie au cinéma : 1988
Date de sortie du DVD : 01/11/2006
Durée du film : 291 minutes


Résumé : La Citadelle : Une journée particulière dans la vie d'un village du Sud oranais. Une farce tragique sur la solitude des uns et la polygamie des autres ; l'histoire d’une population composée de deux sociétés, celle des hommes et celle des femmes. Deux sociétés divisées par des murs. Le personnage central du film est Kaddour, pierrot lunaire qui tombe amoureux de la femme du cordonnier et va devenir un danger pour tout le village. Youcef : Youcef a été interné à la fin de la guerre d'Algérie dans un asile psychiatrique. Pour lui le temps s'est arrêté en 1960, et il se croit toujours prisonnier de l'armée française. Lorsqu'il s'évade et découvre l'Algérie contemporaine, il est terrifié. Ses frères du FLN ont sombré dans la corruption du pouvoir et d'autres dans un intégrisme religieux. L'arche du désert : Une histoire de baisers anodins entre Myriam et Amin va bouleverser l'ordre établi pendant des générations, entre les différentes ethnies. Il existe un élément pour lequel les différences sociales et raciales ne jouent aucun rôle : l'eau. Devant cette eau, tout le monde est égal et parce que cette égalité semble insupportable, les habitants détruisent ce qui est l'essence de leur vie.
Acheter ce DVD
Aucune offre pour ce DVD

 
Avis Artistique
Avis sur le film :   (9/10)

Youcef :
Avec Youcef, qui reprend le prénom du principal protagoniste du film, Mohammed Chouikh, réalisateur algérien, s'intéresse une fois de plus à l'histoire de son pays. Ayant passé plusieurs années en hopital psychiatrique après avoir combattu lors de la guerre d'Algérie, Youcef s'enfuie du lieu où il est enfermé. Il se retrouve dans une Algérie qui a bien changé puisque les accords d'Evian, marquant la fin des hostilités entre la France et le FLN (18 mars 1962), ont été signés depuis longtemps. L'Algérie est donc un pays libre. Mais Youcef est le seul à être persuadé que la guerre n'est pas finie. Ce personnage est hanté par ses souvenirs de la guerre d'Algérie (nombreux flashbacks du film) et il tente par tout moyen de servir son pays. Mais son pays a changé, les valeurs qu'il avait alors connues (fraternité, entraide) ont alors disparu pour laisser place à des valeurs soit individualistes (naissance du capitalisme) soit rétrogrades (la femme est sous la coupe de l'homme, il n'est point question d'égalité, loin de là). Si Youcef apparaît comme un être déphasé dans cette société qui a évolué, il n'empêche que c'est le personnage le plus pur et le plus désintéressé. En cela, on peut penser que Youcef sert d'intermédiaire pour le réalisateur, afin de montrer cette société algérienne qui est gangrénée. En poussant un peu loin la démonstration, on peut penser que Youcef représente quelque part le messie, venu sauver un monde en perdition. Mais comme souvent dans ce cas, la fin peut être tragique La dernière scène du film est de ce point de vue très claire.
9/10

L'arche du désert :
Avec l'arche du désert, le réalisateur algérien Mohammed Chouikh fait explicitement référence à L'arche de Noé. Sauf que dans son film, on assiste plutôt à l'inverse du mythe de Noé. En effet, dans ce film, des ethnies très différentes cohabitent dans un endroit où l'eau, denrée rare, coule. De simples baisers entre Myriam et Amin, vont provoquer l'embrasement de cette communauté. Des conseils de « sages » ont beau être convoqués, on constate que c'est évidemment l'ethnie la plus forte qui a le dernier mot. Ce film montre la folie des hommes pour un problème qui aurait pu se régler très rapidement. Les enfants et les femmes, très lucides dans cette affaire, ne peuvent rien faire et assistent malgré elles à toute une série de violences. La cohabitation d'ethnies différentes est très difficile comme le montre ce film (la notion de racisme est sous-jacente). Ce n'est donc pas une arche de Noé, censée sauver du déluge toutes les espèces animales, que nous montre Mohammed Chouikh mais une arche du désert où les dunes ont remplacé les eaux et où les coeurs des hommes se sont asséchés. Il n'y a finalement dans cette entreprise que peu de personnes qui s'en sortent : c'est notamment le cas de cet enfant qui quitte cette communauté pour tenter de rallier une communauté où l'on ne brûle pas les maisons et où l'on ne tue pas les enfants.
8,5/10

La citadelle :
Film le plus célèbre de Mohammed Chouikh, un réalisateur algérien, La citadelle s'avère un excellent film. Et pour une raison simple : c'est un véritable film de militant engagé. En effet, La citadelle montre que l'Algérie actuelle (le film date de 1988) n'a pas évolué d'un pouce en terme sociétal. Elle croule toujours sous le poids de traditions où l'homme prend la femme comme un objet, comme un sous-être humain. Le film, brillant réquisitoire contre le régime social actuel, s'ouvre et se ferme par une cérémonie de mariage. Il montre que surtout les gens (hommes et femmes d'ailleurs) sont véritablement formatés. Dans une cérémonie de mariage, où l'ensemble du village est concerné, l'homme se doit de montrer qu'il est supérieur à la femme. Raison pour laquelle il frappe une femme (voilée) qu'il découvre pour la première fois. La femme est le joug de l'homme et n'a pas son mot à dire. D'ailleurs, plusieurs femmes doivent partager leur mari puisque, selon le Coran, comme elles le disent elles-mêmes, l'homme peut avoir jusqu'à 4 femmes, s'il est capable de les entretenir. La polygamie est donc parfaitement autorisée en Algérie. Par contre, quinconque ne rentre pas dans le moule peut en faire les frais. C'est le cas du « héros » du film, qui est le référent du spectateur, qui se refuse à maltraiter la femme et qui pourtant, à la fin, finit par être formaté comme les autres. Au terme d'une scène finale proprement ahurissante et tétanisante, Mohammed Chouikh nous montre que la condition de la femme en Algérie est encore loin d'une évolution positive. Les pleurs et les tentatives de révolte d'une petite fille sont on ne peut plus clair.
9/10

Au final, on a droit à trois excellents films du réalisateur algérien Mohamed Chouikh qui, hélas bénéficient de copies de piètre qualité.


 
Avis Technique
Avis sur l'image :   (1/3) Avis sur le son :   (1/3)

Une image généralement de mauvaise qualité (digne d'une VHS) sur les trois films (lesquels ne sont disponibles qu'en version originale sous-titrée, avec des sous-titres parfois difficiles à lire voire carrément des passages de films sans sous-titres !).

Le son est d'assez mauvaise qualité sur les trois films.
On constate un truc hallucinant sur le DVD de Youcef : un changement de bobine en plein milieu du film ! C'est tout bonnement scandaleux.

Avis sur les bonus & l'interactivité :   (1/3) Avis sur les visuels :   (0/1)

Aucun bonus. Chacun des films démarre directement, dès que le DVD est mis dans le lecteur !
Cette édition comprend en plus du coffret un livre au format de proche reprenant des interviews donnés par Mohamed Chouikh.

Boîtier qui prend la forme d'un boîtier amaray, mais en plus épais. A l'intérieur du coffret se surexposent les 3 DVD de chacun des films, ce qui est assez embêtant pour les enlever.
Le coffret met l'accent sur Mohamed Chouikh en sa qualité de cinéaste (on le voit avec une caméra juste à côté).


Note finale :

  (12/20)


Commentaires concernant cette critique

il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous



 Revenir à la page d'accueil de la rubrique critique - Retour Page Principale

Aller plus loin

Nous contacter
Signaler un bug
Partenariat | Affiliation
Souscrire aux fils RSS
Facebook-Rejoignez nous

DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2019