DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


ALEXANDRE - EDITION COLLECTOR / 2 DVD

Lui écrire ninnin4

Alexandre - Edition collector / 2 DVD DVD sorti le 03/08/2005


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Pathé
Distributeur :
Fox Pathé Europa

date de sortie en salle : 05/01/2005
Nombre d'entrées : 1 234 000 env.

Durée du film : 2 h 50 min.
Acteurs: Colin Farrell Angelina Jolie

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
75897


   

Le Film : 9/10

Résumé : La vie d'Alexandre le Grand, narrée par Ptolémée : de son enfance à sa mort, des cours d'Aristote aux conquêtes qui firent sa légende, de l'intimité aux champs de bataille. Fils du roi Philippe II, il soumit la Grèce révoltée, fonda Alexandrie, défit les Perses, s'empara de Babylone et atteint l'Indus pour établir à 32 ans l'un des plus grands empires ayant jamais existé.

Avis : Quel dilemme avant de voir ce film ! Y aller pour le talent fou d’Oliver Stone et son côté polémique qui fait que ses films sont toujours sujets à des discussions cinéphiliques et politiques durant de longues heures, oh ça oui ! Oui mais bon, après la vision des premières bandes annonces où se dévoile un casting complètement bizarroïde comprenant la siliconée Angelina Jolie et le blond platine Colin Farell dans le rôle principal, brr !!! Ca faisait froid dans le dos, et en ces temps de frilosité financière, j’avais laissé tombé ma place de cinéma et me promettant de me jeter sur l’édition la plus aboutie lorsqu’il sortirait dans notre cher format. Maintenant que je l’ai vu, qu’en dire ????

Il est vrai, surtout pour la scène d’introduction, qu’une partie du décor, largement en image de synthèse est aussi kitsch qu’une partie des acteurs. On sait qu’on veut voir grand mais les restrictions budgétaires sont là et il est de plus en plus courant de miser sur le tout numérique que sur l’opulence humaine des péplums d’antan. Mais le film nous offre des purs moments de bonheur visuel avec certains décors faramineux (les scènes en Inde, l’arène où est tué Philippe) et le nombre de figurant nous rappelle que de nos jours, on peut faire mieux que le pitoyable « Troie » de Wolfgang Petersen. Les scènes du Harem, où le repas festif avec les roitelets hindous m’ont fait pensé à la grandeur passée du « Tombeau Hindou » de Fritz Lang, les scènes de bataille peuvent largement rivaliser avec celle de « Braveheart » et surtout pour une fois, la violence n’est pas aseptisée. Quand ça tranche, ça tue et le sang coule à flot.
En comparant toujours les deux films, ça m’a beaucoup amusé que ce soit Farell qui interprète l’Alexandre admirateur des exploits d’Achille qu’interprétait alors que Brad Pitt dans le film précité. Pour peu qu’on analyse le jeu de Farell dans ses film (tics du visage, gestuelle…), on se rend compte qu’il est le penchant brun du blond Pitt.
Mais j’arrêterai là mon analogie car « Alexandre » contient bien plus de qualité que son prédécesseur.

Premièrement, Oliver Stone est un immense réalisateur qui sait aussi bien diriger ses comédiens que sa caméra. S’il a abandonné pendant une bonne partie du film son montage hyper découpé qui marquait le brio de ses dernières œuvres (« Tueurs nés », « U-Turn » ou encore l’excellentissime « l’enfer du dimanche »), c’est pour mieux s’adapter au genre historique dans lequel c’est sa première incursion.
La vie d’Alexandre est une tragédie et stone a voulu construire son film dans ce sens. D’une part, la superbe musique de Vangelis est mélancolique à souhait mais une bonne partie des dialogues (notamment ceux d’Anthony-Ptolémée-Hopkins) font vraiment penser à du théâtre, non pas qu’ils soient chiants, mais dont le phrasé et la diction rejoignent les textes anciens. Ça aurait pu être déroutant voire énervant si Stone n’avait pas aussi bien dosé ceci.
C’est d’ailleurs dans ces moments que la caméra se fait plus sage. En parfaite adéquation avec l’histoire, elle s’attarde sur les acteurs et même s’il est en mouvement perpétuel, elle permet de mieux apprécier le jeu des acteurs et leur beauté et il me semble d’insister là-dessus.
Si mes à priori voulaient que le casting soit loupé, il s’avère que chacun trouve sa place par un jeu des plus juste et posé, Farell en tête : par son regard noir encore plus mis en valeur par la blondeur de sa chevelure, il a su donner dans son regard, l’ambivalence qui habitait Alexandre.
Angelina Jolie tient là, pour moi, le plus beau rôle de sa carrière et j’ai plus qu’apprécié la présence de Val Kilmer dans le rôle du brutal Philippe de Macédoine.
Les seconds rôles ne sont pas en reste, Jared Leto notamment (il prouve une fois de plus après « Requiem for a dream » et « Panic Room » qu’il est capable de tout jouer) et même si ils sont pour la plupart inconnus du grand public, ils sont le reflet exact de leur personnage.

Pour parler plus précisément du film et de ce qu’on était en droit d’attendre d’un nouveau film d’Oliver Stone en matière de provoque et de polémique, voici ce que je dirais.
Tout d’abord, s’il semble s’être assagi, ce n’est qu’en apparence. En effet, devant le puritanisme ambiant américain, le cinéaste n’a pas hésité à nous livrer une œuvre exclusivement gay ou du moins bisexuelle. Même s’il ne nous soumet aucun rapport sexuel entre hommes (ou du moins il le fait en arrière plan, un peu à la manière de Stanley Kubrick dans la scène d’orgie de « Eyes Wide Shut »), il ne nous cache pas les ‘divergences’ sexuelles de ses héros et n’offre ainsi aucune alternative avec la réalité de l’époque à ce sujet : chaque garçon passé un certain âge bénéficiait d’un tuteur qui l’initiait au plaisir sexuel et avoir des rapports amoureux avec entre homme n’était pas plus outrageux qu’en avoir avec une femme. De même à propos de la violence : les scènes de combats sont rudes et abondent de sang, fait qui colle aussi avec la vérité historique ce qui fait qu’on est bien éloignés des derniers blockbuster historiques aseptisés que nous livré Hollywood ces dernières années, je pense notamment à « Troie » (une fois de plus) et au tout aussi mauvais « Le roi Arthur ». Rien que sur ces points, « Alexandre » fait figure de film courageux car même si Stone semble être moins ‘grande gueule’, tape à l’œil et rentre-dedans que lors de ses meilleurs films, il nous offre un spectacle sans concession.
Pour continuer, je parlerai aussi volontiers de l’audace visuelle dont il fait à nouveau preuve. Je ne reviendrai pas sur les moyens humains qu’il a mis en œuvre pour nous rappeler ce que fut le vrai péplum mais plutôt sur l’inventivité de la mise en scène. Ses cadrages sont toujours aussi soignés, sa maîtrise de la caméra dabs les plans séquences et le montage prodigieux. Avoir osé nous offrir une séquence de combat (celle des éléphants) filmée en infra rouge couleur alors qu’il s’agissait d’un des moments les plus forts du film relève du génie pur.

Ce qui m’a en fait le plus gêné dans cette œuvre, c’est le manque de précision dont fait preuve le scénario. Le grand Stone nous ayant habitué à mieux dans ses pamphlets précédents (« JFK », « Nixon »). En effet, toute la première partie de l’ascension d’Alexandre est occultée : ses conquêtes en Palestine et surtout ses victoires en Egypte m’ont cruellement fait défaut car j’attendais beaucoup du film à ce sujet. De même, l’absence de séquence avec le prophète de Shiwah m’a paru être une hérésie car il s’agit d’un moment crucial dans la vie du chef. C’est en effet à ce moment qu’elle lui confirme qu’il est le fils de Zeus et son comportement va radicalement changer en passant d’un simple chef d’armée ambitieux à celui de héros de guerre mégalo.
De même, tout le monde sait qu’Alexandre était un génie militaire et ses tactiques ont servi tous les généraux de toutes les armées qui l’ont suivi. Or, ce n’est pas quelque chose sur lequel Stone s’est suffisamment attardé à mon goût. Comme je l’ai dit plus haut, ses combats sont très bien filmés dans les plans rapprochés mais les plans d’ensemble sont beaucoup trop brouillons et sentent le numérique à plein nez. Je ne souhaitais pas avoir un cours didactique sur chaque grande bataille mais je pense qu’une meilleure lisibilité de ses séquences n’aurait pas été inutile.

Pour conclure, ce film est à mettre dans le haut du panier des péplums modernes, sur le même rang que « BraveHeart » ou encore « Gladiator ». Le tout est magnifiquement filmé et les presque 3 heures de film sont trop vite passées pour savourer ce spectacle grandiose dont une version de 5 heures n’aurait pas été un luxe pour les férus d’histoire dont je fais partie.
Les fans d’Oliver Stone auront peut-être un peu de mal à reconnaître à la première vision la pâte agressive de leur idole mais je les invite à revoir ce pur chef d’œuvre du genre pour se rendre compte qu’il a toujours la hargne et qu’il s’agit d’un des plus grands réalisateurs de notre temps.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35 :1

Avis : Pathé nous offre une copie labellisé THX qui rend gloire à la photographie et au spectacle. Un vrai disque de démonstration. La compression est exemplaire, aucun moirage ni grain à l’horizon, les couleurs sont chaudes et même les nombreuses scènes de poussières ou de fumées sont parfaites. Du grand art !


Le Son : 3/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en français & anglais– Sous Titres : Français.

Avis : Vf et Vo labellisée par THX et on comprend pourquoi. Que ce soit les basses rondes et puissantes, en passant par une spatialisation extraordinaire et une précision de tous les instants, l’ensemble s’avère parfait. On est loin des enceintes arrières atones de « Troie » !


L'Interactivité : 2.5/3

L'ergonomie des menus :
Page de menu en 16/9ème, avec des courtes scènes du film et sonorisés. Les images du film défilent dans un encart et les titres de menus se trouvent dans la partie inférieure de celui-ci. Très bonne lisibilité et navigation très facile A noter : de superbes transitions entre chaque page de menu.


Les bonus :

Sur la galette du film, on trouve

  • Très bon commentaire audio d’Oliver Stone très informatif
  • Sur le 2ème dvd :
  • 4 interviews de 3 minutes chacune qui ne nous apprennent strictement rien
  • Séries de films annonces et de teaser en Vf et en Vo
  • Soit disant making-of de plus d’une heure réalisé par le fils aîné de Stone, Sean mais qui s’avère bien plus que ça. C’est d’abord le portrait d’un homme, puis celui d’un réalisateur en train de faire son film et enfin celui d’un père de famille. Très bien filmé et monté, ce petit bijou de documentaire se révèle terriblement émouvant et montrer en Stone un homme brisé par le système, qui bien qu’il soit le plus brillant et courageux polémiste actuel n’en bave pas moins pour financer ses films.
  • Très bon documentaire historique du National Geographic sur la vie d’Alexandre où se mêlent des interviews de personnes d’origines différentes (c’est ce qui fait l’intérêt) : militaires, historiens, professeurs d’université littéraires….

  • Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    A l’heure où les prix des dvd baissent et entraînent avec eux une diminution de la qualité des packaging, Pathé a le mérite de nous sortir une édition collector digne de ce nom avec un somptueux digipack aux tons ocre et un surétui cartonné tout aussi réussi. J’ai apprécié le titre écrit en léger relief sur le surétui, la beauté de l’affiche qui m’a rappelé les illustrations de mes vieux bouquins d’histoire que j’avais à l’école primaire. En plus du très joli petit livret inséré dans la première page, on peut noter que le digipack 3 volets parsemé de maximes de contemporains de l’empereur est ornementé de superbes portraits des principaux protagonistes. Le support translucide des dvd permet de voir l’arrière plan complété par les sérigraphies des galettes quand elles y sont insérées.

    [ Voir le Top Packaging pour ce DVD ]



    La sérigraphie

    Elles sont justement aussi belles que le reste, dans les mêmes tons et avec une organisation judicieuse des logos, soit en bas du disque, soit sur le côté opposé au sujet principal de l’image. La couleur des polices se fond de façon harmonieuse au décor.

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (18.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 14/09/2008 à 20:28 par jean-michel : Une très impressionnante critique!! cela a du te prendre un temps fou!!!

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020