DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


A TON IMAGE

Lui écrire ninnin4

A ton image DVD sorti le 26/01/2005


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Europa
Distributeur :
Fox Pathé Europa

Date de sortie en salle: 26 Mai 2004
Nombre d'entrées : 51.000 env.

Durée du film: 1 h 34 min.
Acteurs: Christophe Lambert

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2209


   

Le Film : 8/10

Résumé : Le plus beau rêve de Mathilde et Thomas, deux êtres au passé douloureux, est d'avoir un enfant. Face à la stérilité de Mathilde, Thomas a recours secrètement à la manipulation génétique. Lorsque Manon voit le jour, leur bonheur semble complet. Pourtant, la petite développe une étrange personnalité. Portrait craché de sa mère, Manon se montre anormalement précoce et de plus en plus menaçante. Les secrets de chacun pèsent chaque jour un peu plus lourd, les démons enfouis s'apprêtent à surgir.....

Avis :  Faire un film français sur le clonage humain avec deux acteurs aussi has been que Christophe Lambert et Nastassja Kinski était un pari difficilement relevable. Reprendre de manière plus ou moins conforme la trame du très mauvais « Godsend, l’expérience interdite avec le tout aussi has been Robert DeNiro compromettait gravement les chances de succès de ce film au regard de la très mauvaise qualité scénaristique de l’homologue américain et des résultats critiques et publics plus que catastrophiques (quasiment un direct-to-video).

Et pourtant, pour commencer par les acteurs, la principale qualité du film vient d’eux. On n’a pas vu Lambert aussi bon depuis de nombreuses année et si son jeu n’égal pas celui qui l’a fait connaître dans « Greystoke », il sublime ici grâce à son rôle de père torturé par le terrible secret qu’il est seul à connaître et qui met en danger les membres de sa famille. Pour vous donner un ordre idée, je dirai qu’il se rapproche du niveau qu’il avait lorsqu’il tourna « Max et Jérémie ». Il fait preuve d’une sobriété exemplaire, d’une présence indéboulonnable et permet d’ajouter au personnage de Thomas un éventail d’émotions que peu d’acteurs sont capable d’accomplir (en tout cas, largement supérieur à Greg Kinnear dans le film précité.)
Nastassja Kinski apporte une crédibilité incroyable à son rôle de mère dépressive et considérablement dépendante de sa fille. La rencontre avec Lambert au début du Film rend hommage à un de ses plus grands rôle, celui q’elle avait dans « Paris Texas » de Wim Wenders et sa formidable interprétation de Mathilde permet de transcender les émotions dégagées par cette femme. Son physique vieillissant mais encore superbe, son refus de vouloir ressembler à une lolita au ventre plat et aux seins siliconés comme l’aurait fait une Sharon Stone permettent de mieux apprécier ce personnage de mère qui passera d’une gouaille naturelle et provocante de jeunes fille, au bonheur d’être mère puis pour finir à une dépression mélancolique et terrifiée à la limite de l’état de choc.
Les actrices interprétant la petite Manon (deux âges différents) sont elles aussi formidables. Je passerai rapidement sur la plus jeune qui n’occupe qu’une faible partie du temps mais elle permet d’instaurer un trouble rapidement. Vient ensuite la jeune Audrey Dewilder. Choisie parmi 1900 autres jeunes adolescentes, sa première qualité est son physique, ressemblant étrangement à celui de Kinski. Mais cela ne s’arrête pas là. Il faut reconnaître à cette jeune fille un talent indéniable jouant tour à tour une jeune fille de bonne famille, capable d’une violence presque psychotique, de faire la fifille à maman puis d’allumer son père à l’aide de tenues toutes plus provocantes les unes que les autres. Ce qui m’a le plus marqué, c’est la beauté inquiétante de son visage ce qu’elle arrive à en faire pour littéralement nous terrifier.
Je serai un peu moins enthousiaste pour les seconds rôles, dont l’interprétation restera anecdotique…même pour l’immense Rufus que j’ai trouvé ici sous exploité dans son rôle de grand-père soumis à sa mégère de femme. N’y aurait-il pas des scènes coupées avec lui ??

Mais cette œuvre ne se limite pas qu’à la rencontre de dinosaures ressuscités au contact d’une jeune prodige. Tous ces personnages déambulent au sein d’une histoire sordide et qui soulève nombre de questions intéressantes.
Le premier point positif du scénar est d’aller crescendo dans le trouble et l’angoisse. Ainsi, alors que les premières images du film défilent à l’écran, nous croyons nous retrouver face à une bluette pseudo dramatique avec des personnages inconsistants qui vont se retrouver face à des évènements qu’ils ne pourront pas maîtriser. Mais rapidement, on se rend compte que chacun a un passé douloureux qui explique nombre de réticences et d’actions parfois invraisemblables. Son défaut va être de nous perdre à la fin avec une histoire parallèle passée des années auparavant (Celle du petit Renaud pour ceux qui ont vu le film) et qui finalement dessert plus l’histoire qu’elle nous en apprend. A moi peut-être de revoir le film pour mieux comprendre mais j’ai trouvé ce passage un peu confus.
Ce que j’ai le plus apprécier, c’est le parti pris de ne pas opté pour le fantastique pur et dur (comme Godsend qui se perdait dans d’invraisemblables fausses histoires de fantômes) ni la science fiction mais de rester dans le présent, rendant ainsi l’atmosphère bien plus oppressante car plus réaliste. Nous nous trouvons face plus à un thriller psychologique qu’à une œuvre de science fiction.
Enfin, ce film reste une œuvre de distraction mais ne perd pas de vue le côté instructif et interrogateur pour rendre l’ensemble encore plus dérangeant. Ainsi, le scénario soulève des questions de société : quels sont les dangers du clonage humain ? Quelles sont les difficultés rencontrées pour une mère d’avoir un nouvel enfant après la mort d’un précédent quelques années auparavant ?. Il met aussi en image la tentation d’un père pour la ‘chaire fraîche’, sa fille ressemblant trop étrangement à sa mère plus jeune. Il relate les difficultés d’une enfant trop précoce et son sentiment d’exclusion de ses camarades qui en découle…en lien avec le refus des parents d’admettre que leur enfant puisse avoir des difficultés (cf. la scène de rencontre entre la directrice et Mathilde et Thomas). Enfin, j’ai trouvé excellente la description des liens fusionnels entre un parent et son enfant et le sentiment de mise à distance éprouvé par l’autre ainsi que le pouvoir qu’un enfant peut en tirer, en jouant sur la séduction de l’un ou de l’autre. C’est un problème tout à fait moderne et qui explique bien des problèmes de couple.
Je ne regretterai finalement que le fait que la réalisatrice n’ait pas voulu aller plus loin dans le sordide et le glauque.. Cela aurait donné un film encore plus noir qui aurait évité un happy end relatif. La fin est aussi un peu trop tirée par les cheveux et lorgne trop du côté des habituels thrillers américains.

Ce film est à voir principalement pour redécouvrir d’immenses acteurs jusque là tombés dans l’oubli voire le ridicule (n’est ce pas Christophe ??!!). C’est aussi l’occasion de rencontrer un jeune talent, Audrey Dewilder, qu’on espère revoir très prochainement dans des rôles à sa mesure. Nous en profitons pour nous rendre compte que le cinéma français est capable de parler avec justesse et sensibilité de sujets aussi graves que le clonage humain sans tomber dans des dimensions philosopho-auteurisante et garder une partie de son pouvoir de distraction. A voir absolument, à acheter même !!.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format Video : 16/9 – Ratio : 2.35:1

Avis : Rien à redire de particulier. L’ensemble a été traité avec respect, peu de grain, pas de défauts de master, bonne compression. Image dans la bonne moyenne.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en français, DTS (mi-débit) en français

Avis : Europa a pris le parti d’inclure la Vf DTS dés que cela est possible et nous n’allons pas l’en blâmer. Si le film ne se prête pas aux débordements acoustiques arrières, cette piste privilégie la qualité audio et la précision des effets concernés. J’ai baissé la note car on ne note aucun sous titres….faut des fois penser aux mal entendants !!!!


L'Interactivité : 0/3

L'ergonomie des menus :
Menus en 16/9ème, sonorisé avec la musique du film et qui contient à la fois des images fixes et animées. L’ensemble est très beau, avec des transitions magnifiques entre chaque page des menus et reste très fidèle à l’esprit du film. Un sans faute de ce côté-là.


Les bonus :

Aucun bonus si ce n’est un making-of d’à peine 10’ et la bande annonce du film. C’est bien peu pour un film qui parle d’un sujet aussi important et au regard de la qualité du tout. Dommage.


Les Visuels : 0.5/1



La pochette / Le packaging

Simple boîtier amaray transparent qui met finalement peu en valeur la pourtant très belle jaquette.



La sérigraphie

La sérigraphie est par contre magnifique et reprend l’idée des menus. Elle comprend le rond central et si les inscriptions sont nombreuses, l’éditeur a eu l’heureuse idée de les inscrire en dehors de l’image principale. Une des plus belles sérigraphies que j’ai vu à ce jour et qui explique le demi point donné.

[ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


Note Finale : (14/20)

Commentaires concernant cette critique

- le 15/05/2005 à 14:35 par ninnin4 : Ca fait plaisir de voir que les modérateurs du site surveille ce qui est fait et ce qui est dit. Ainsi, justice est rendue!!
- le 15/05/2005 à 02:21 par AnDy_DufReSne : AAAh ok , merci Alexis pour l'info , ma remarque était donc correcte, je le trouvais vraiment très productif ces derniers temps...
- le 15/05/2005 à 00:59 par Alexis : Anakin a vu ses critiques supprimées à cause de ses plagiats. Visiblement il cherche à se venger et n'a pas apprécié qu'on découvre le pot au rose
...voir tous les commentaires...

si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


Achat du DVD :

Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

Aller plus loin

Nous contacter
Signaler un bug
Partenariat | Affiliation
Souscrire aux fils RSS
Facebook-Rejoignez nous

DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020