DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


DIE HARD 3 : UNE JOURNéE EN ENFER - EDITION COLLECTOR / 2 DVD

Lui écrire dam51

Die Hard 3 : Une journée en enfer - Edition Collector / 2 DVD DVD sorti le 24/04/2002


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Touchstone
Distributeur :
Buena Vista

Date de sortie en salle : 02 Août 1995

Durée du film : 2 h 06 min.

Acteurs: Jeremy Irons Bruce Willis

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3652


   

Le Film : 10/10

Résumé : Simon, un fou dangereux, fait exploser l’un des plus grands magasins de New-York et menace de faire sauter d’autres lieux si McClane ne joue pas à son jeu dont les règles sont simples : répondre à ses énigmes. Avec l’aide de Zeus, ils devront réfléchir vite et bien pour éviter le pire…

Avis : Après avoir laissé Renny Harlin réaliser 58 minutes pour vivre, John McTiernan reprend les rênes de la série et conclut brillamment la trilogie avec Une journée en enfer et s’impose définitivement comme le roi du film d’action (entre les 2 films, il a tourné le superbe A la poursuite d’Octobre rouge et le génial mais sous-estimé Last action hero). Dès les premières secondes, le ton est donné : on ne s’embarrasse pas d’un générique (juste le titre du film plaqué d’une manière violente sur une vue globale de New-York). Quelques images de la ville, quelques plans dans la rue (sur une musique entrainante) et boum ! Un magasin vole en éclats. Le tout en moins d’une minute ! Le décor est planté. Et l’action ne faiblit jamais pendant 2 heures. Hallucinant…

L’entreprise de démolition récurrente du personnage principal atteint ici son paroxysme : McClane apparaît usé, crevé, détruit (toute la journée, il se plaint d’une gueule de bois persistante, probablement due à un excès d’alcool), sa femme l’a quitté et il n’a pas de nouvelles de ses enfants : c’est une loque et il est déjà au bout du rouleau avant même de commencer !
Plusieurs nouveautés dans la série : tout d’abord, McClane n’agit plus seul. Il est accompagné de Zeus (extraordinaire Samuel L. Jackson), un black qui cultive une haine féroce pour les blancs. Autre nouveauté : le contexte d’opposition entre les races est ici très (trop ?) important dans le récit (la première scène à Harlem, l’opposition entre McClane et Zeus, les multiples remarques sur la race et la couleur de peau). Mais ce qui différencie le plus ce film des 2 autres c’est qu’on ne sait pas tout de suite ce que veut le terroriste et on le découvre petit à petit en même temps que les personnages, ce qui fait monter l’intensité chez le spectateur, avide de savoir ce qui va bien pouvoir se passer.

Jeremy Irons est un méchant assez convaincant. New-York est son terrain de jeu et McClane et Zeus sont ses pantins, ses jouets. On s’amuse autant que lui. Pour la première fois dans un « Die hard », on ne voit le terroriste qu’au bout de 45 minutes (même si on entend sa voix au téléphone, seul moyen de communication entre lui et la police) et il ne rencontre McClane qu’à 30 minutes de la fin. La mise en scène de son personnage est grandiose (le montage et la mise en scène de la scène du vol de l’argent, associé à une musique idéale, atteint la perfection).
McTiernan maîtrise à merveille l’utilisation de la caméra à l’épaule, ce qui permet d’être au plus près de l’action et des personnages. Cette manière de filmer donne une vigueur et une puissance folles aux nombreuses scènes d’action (explosion sur Bonwit, traversée du parc en taxi, explosion dans le métro, la poursuite sur l’autoroute…).

Suspense haletant, histoire prenante, montage frénétique : une merveille du genre et probablement le meilleur film de la trilogie. Les 45 premières minutes sont démentielles. La seconde partie est un peu plus « calme » mais tout aussi excellente. Seule déception : la fin du film, ridicule, n’est pas celle prévue initialement par le réalisateur qui n’a pas obtenu le director’s cut (certains de ses films, comme le 13ème guerrier, ont ainsi été charcutés). La « vrai » fin du film est présente dans les bonus. Ouf !


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 – Ratio : 2.35 : 1

Avis : Une image poustouflante. Couleurs puissantes, définition impressionnante, niveau de détails hallucinant, luminosité exceptionnelle…Les superlatifs manquent. Le top du top. La mention THX n’est pas usurpée...

[ Voir le Top Image pour ce DVD ]


Le Son : 3/3

Détails techniques : Dolby digital 5.1 en Anglais et Français, DTS 5..1 (mi débit) en Français – Sous-titres Français

Avis : La bande-son est d’une redoutable efficacité. Les nombreux effets sonores et explosions sont détonants et la répartition des canaux est un modèle de précision. L’apport du DTS est indéniable et offre un spectacle très haut de gamme. Génial.

[ Voir le Top Son pour ce DVD ]


L'Interactivité : 3/3

L'ergonomie des menus :
Des menus exceptionnels dans la même veine que ceux des autres DVD de la série. Cette fois-ci on se trouve dans le métro et les animations des menus nous laissent pantois. Le film est découpé en 10 chapitres seulement (petite erreur du visuel qui en annonce plus de 30) et on peut changer de langues et de sous-titres pendant le film.


Les bonus :

DVD n°1 :

  • Commentaire audio de John McTiernan, du scénariste Jonathan Hensleigh et d’un ancien de la FOX, Tom Sherak. Ils reviennent sur la fameuse fin qui n’a pas été choisie et on entend le scénariste parlant de sa joie quand il a appris que son script était choisi pour devenir un « Die hard ». On apprend que de nombreuses scènes ont été tournées à New-York même (chose inconcevable depuis 2001).


  • DVD n°2 :

  • Une journée en enfer : making of (21’46) : créé pour la fameuse chaîne HBO, ce documentaire, présenté par Reginald Veljohnson (Al Powell), revient brièvement sur les 2 épisodes précédents et décortique certaines scènes du film (explosion sur Bonwit, dans le tunnel…). Un peu trop conventionnel malgré tout (tout le monde est génial, j’ai adoré travailler avec lui…).
  • Une nuit à en mourir : McClane revient (21’35) : documentaire produit à l’occasion de la première diffusion de 58 minutes pour vivre sur CBS. Présenté par un Samuel L. Jackson déambulant dans les rues de New-York, ce documentaire fut réalisé avant la sortie ciné du film. On y retrouve certaines interventions du making-of avec une petite particularité : de nombreuses célébrités (Kareem Abdul-Jabbar, Ice T, Melanie Griffith…) parlent de ce qu’ils aiment dans cette trilogie. Amusant mais pas assez centré sur le troisième épisode.
  • Making-of promotionnel (4’20) : comme son nom l’indique, ce bonus est une featurette ultra classique à l’intérêt quasi nul.
  • Fin alternative : « LA » pièce maîtresse de ces bonus (possibilité de la visionner avec le commentaire du scénariste). Après visionnage de cette séquence, il apparaît évident que c’est cette fin qui aurait du figurer dans le film. On y voit McClane et Simon dans un bar jouant à « Simon says »…avec un lance-roquettes ! Je ne vous en dit pas plus. A voir absolument.
  • Terreur dans le métro (8’53) : module passionnant sur la mise en place de la scène du déraillement du métro.
  • Promenade dans le parc (10’24) : même type de bonus, cette fois-ci sur la scène de la traversée du parc en taxi. On se rend compte de l’importante logistique nécessaire pour une telle scène.
  • Explosion sur Bonwit (7’50) : nouveau module sur la préparation de la scène d’ouverture de l’explosion du magasin.
  • Storyboard (2’10) : donne accès au storyboard de la scène où McClane est poursuivi par l’eau dans le tunnel.
  • Entretien avec Bruce Willis (6’21) : ce bonus aurait du s’appeler « hommage à Bruce Willis » tant les intervenants sont dithyrambiques sur la star !
  • Les méchants d’Une journée en enfer (4’24) : la parole est donnée à Jeremy Irons dans des interventions vues dans les autres bonus.
  • Effets spéciaux : Cette section donne un aperçu de la conception étape par étape de 7 scènes nécessitant das effets spéciaux numériques. Beaucoup d’écrans verts et de chutes dans le vide...
  • 2 bandes-annonces (1’03 et 2’41) en VOST


  • Des suppléments bien plus intéressants que les éditions des 2 premiers épisodes. Manque toujours un bon gros making-of compilant les multiples modules…



    [ Voir les Bonus Cachés pour ce DVD ]

    Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    L’éditeur (différent puisque c'est Buena Vista) n’est pas le même que pour les 2 films précédents mais le packaging est de la même trempe que les 2 autres et c’est tant mieux (seul un livret manque à l’appel). Toujours aussi majestueux, ce digipack est amené à devenir une pièce de collection à cause du visuel montrant les 2 tours du World Trade Center dans un ciel en flammes.

    [ Voir le Top Packaging pour ce DVD ]



    La sérigraphie

    Des sérigraphies absolument splendides reprenant les images de la scène d’ouverture du film. Finesse du grain, discretion des logos, impression du rond central : une merveille du genre.

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (20/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 29/11/2004 à 16:29 par Aérochouf : Mrd 20/20 - çà c'est de la note o_O j'ai regardé si je possèdais bien le même (pour la sérigraphie) ouf!!! c'est bon ;o)

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020