DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


COFFRET ROMAN POLANSKI - EDITION DVDY / 3 DVD

Lui écrire Hotkiller

Coffret Roman Polanski - Edition DVDY / 3 DVD DVD sorti le 20/02/2003


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : DVDY Films
Distributeur :
DVDY Films

Ce Coffret Contient :
- Répulsion (1965- 1 h 41 min.)
- Cul de Sac (1966- 1 h 47 min.)
- Le couteau dans l'eau (1962- 1 h 30 min.)
Acteurs: Hugh Grant

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
4621


   

Le Film : 8/10

Résumé "Répulsion" : Carole (Catherine Deneuve), jeune et belle manucure habite à Londres avec sa soeur Hélène. Carole, assez introvertie éprouve une certaine répulsion pour les hommes (dont principalement le nouvel amant de sa soeur) et tout ce qui de près ou de loin aurait à voir avec le sexe. Helene et son amant décidant de partir en vacances laissent alors Carole seule dans l'appartement : elle ne tardera pas à basculer dans la folie la plus terrible.

Avis : Premier film de Roman Polanski réalisé en langue anglaise, ce film nous conte l'histoire d'une lente et inexorable descente vers la folie.

Rangé, à l'époque dans la catégorie des films d'"horreur", ce film va par delà le genre initié par Hitchcock (Psychose) ou Michael Powell (Le voyeur). En effet, l'intérêt du film est de filmer la folie "de l'intérieur". Polanski s'amuse à nous montrer comment quelqu'un bascule dans la folie non pas d'un point de vue extérieur, mais en plaçant le spectateur à la place du personnage de Carole, dont le problème est qu'elle est simultanément attiré et révulsée par les hommes. Dérangée dans son sommeil par les cris de plaisir de sa soeur (le premier orgasme féminin jamais entendu dans le cinéma britannique !), sa folie commencera le jour où sa soeur, partie en vacances la laissera seule dans l'appartement. Pour renforcer cette impression, Polanski utilise intelligemment des bruits agissant comme autant de facteurs accentuant la névrose de son personnage : bruits de pas dans l'escalier, "tic-tac" des pendules et des horloges, comme s'il s'agissait des seuls bruits que Carole entende pendant l'absence de sa soeur.
L'une des autres astuces de Polanski est d'avoir choisi volontairement une belle actrice pour interpréter ce rôle. le contraste entre la folie de Carole et la beauté de Catherine Deneuve est saisissant renforçant encore plus l'impression de malaise que Polanski veut suggérer à son spectateur. Cetherine Deneuve est à ce titre assez convaincante dans ce rôle avec très peu de dialogues et exprime assez bien sa folie par les gestes et surtout le regard.

Un film d'"horreur" intelligent et très bien mis en scène par Roman Polanski.


Résumé "Cul de sac" : Isolés sur une île irlandaise, George et Teresa vont voir leur vie bouleversée par l'arrivée de deux gangsters en cavale

Avis : Récompensé par un Ours d'Or au Festival de Berlin en 1966, Cul de sac, troisième film de Roman Polanski (après Le couteau dans l'eau et Répulsion) est aujourd'hui considéré comme un "classique".

Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il s'agit d'un film à la fois étrange et très clair : d'une part le titre Cul de Sac désigne-t-il l'endroit ou habite ce couple qui a délibérément choisi de s'isoler dans un immense chateau ou bien désigne-til le chemin qu'ont emprunté ces gangsters, comme s'ils se jetaient dans une impasse dont ils ne pourront sortir ? Etrange également, le peu d'informations que Polanski nous donne : que font-ils ici, pourquoi ont-ils choisi cet endroit ? Autant de questions qui s'accumulent au fur et à mesure du film. Mais au final la trame narrative du scénario est assez simple : il ne s'agit pas d'une histoire conventionnelle où les personnages ont une motivation, un passé et où les évènements s'enchainent avec une suite logique et bien organisée. Le propos de Polanski est simple : son scénario s'attache à décrire l'impossibilité de chacun à échapper à ses responsabilités, et le fait de façon assez plaisante comme si un grand cauchemar se déroulait devant les yeux du spectateur.

De plus le scénario nous réserve quelques moments également drôles (l'un des gangsters se voit transformé en domestique suite à l'arrivée incongrue d'amis du couple, dont la très jeune Jacqueline Bisset) qui destabilisent le spectateur. On ne sait plus s'il s'agit d'un film noir, d'un polar, d'une tragédie ou d'une comédie. De même, lorsque l'un des gangsters décide de couper la ligne de téléphone, on comprend qu'il coupe par là même le seul moyen qui reliait ce chateau à la réalité des choses. Désormais les trois personnages (l'autre gangster est décédé de ses blessures) sont à la merci du monde cauchemardesque symbolisé par ce chateau.

Le casting choisi par Polanski est remarquable : Donald Pleasence (le Dr. Loomis d'Halloween notamment) interprète avec conviction et sincérité un mari faible, éffacé, timide et incapable de prendre une décision, marié à une femme éclatante de beauté, Françoise Dorléac (la soeur de Catherine Deneuve). Leur couple est presque irréel dans cette sombre demeure.

Bref, un film qui est une leçon d'humour noir et pour lequel la direction technique de Polanski est remarquable.


Résumé "Le couteau dans l'eau" : un couple prend en voiture un auto-stoppeur et le mari invite le jeune homme à une promenade en mer à bord de leur bateau. C'est le début d'un huit clos mettant en valeur la force de caractère de chacun.

Avis : Ce film est le premier de Roman Polanski et le seul long métrage qu'il tourna en polonais, sa langue maternelle. En décidant de shooter la grande partie de son film sur un bateau, Polanski opte veritablement pour un film qui sera une étude de personnages et de caractères.
La confrontation entre l'époux et le jeune garçon est intéressante. Analysée comme un rapport de force, Polanski nous montre que le mari dispose de la supériorité physique, de l'expérience due à son plus grand âge mais aussi et surtout d'une femme. Assez curieusement cependant, il cherche à tout prix la reconnaissance et le respect du jeune homme. On comprend dès lors que la rupture entre tous ces personnages n'est pas loin et cette impression de point de non retour est renforcée par le confinement des personnages à un espace volontairement réduit, le bateau.

Pour autant, le rythme du film est assez lent (limite ennuyeux), malgré l'espèce de violence sourde que l'on sent monter au fur et à mesure de l'histoire, tandis que la fin permettant une scène romantique (entre le jeune homme et la femme) est assez convenue.
Il s'agit de la première oeuvre du réalisateur qui nous donnera par la suite Rosemary's Baby, Chinatown ou plus récemment Le Pianiste et qui donc, par définition, est tout de même intéressante, surtout si l'on considère que Polanski doubla lui-même la voix du jeune homme, que le rôle de la femme est doublé par une comédienne professionnelle. Une curiosité !

Ce coffret au final est quand même assez intéressant car il nous permet de voir les trois premières oeuvres d'un réalisateur atypique. Les numéros d'acteurs sont globalement assez bons et rendons grâce à l'editeur d'oser sortir ce type de film aux antipodes des succès commerciaux et autres blockbusters de tout poil.


L'Image : 1/3

Détails techniques : Ratio : 1.33 - Format video : 4/3 Le moins que l'on puisse dire c'est que l'usure du temps fait parfois des dégâts sur les copies de films. En effet, pour les trois films qui nous sont proposés, on ne peut vraiment pas parler de restauration. L'image très souvent granuleuse se dégrade rapidement dans les scènes sombres. De même certains passages donnent une impression désagréable de lissage extrême (présence d'un léger voile grisâtre) enlevant toute profondeur de champ aux images. Enfin , l'image tremble également (Repulsion surtout) sur de nombreux plans. Rien à redire sur le format, les films étant tournés en 1.33, leur retranscription se fait au format 4/3 d'une télé classique

Avis : Le moins que l'on puisse dire c'est que l'usure du temps fait parfois des dégâts sur les copies de films. En effet, pour les trois films qui nous sont proposés, on ne peut vraiment pas parler de restauration. L'image très souvent granuleuse se dégrade rapidement dans les scènes sombres. De même certains passages donnent une impression désagréable de lissage extrême (présence d'un léger voile grisâtre) enlevant toute profondeur de champ aux images. Enfin , l'image tremble également (Repulsion surtout) sur de nombreux plans. Rien à redire sur le format, les films étant tournés en 1.33, leur retranscription se fait au format 4/3 d'une télé classique.


Le Son : 1.5/3

Détails techniques : DD 2.0 en anglais - DD 2.0 en Français - DD 2.0 en polonais - Sous-titres : Français

Avis : Les trois films sont présentés dans un dual mono sans trop de défauts mais également sans véritable relief. Les voix sont assez monocordes dans l'ensemble et ont une légère tendance à monter dans les aigus. De même, il faut un peu pousser le volume pour que les dialogues se dessinent bien. Cela entraîne par voie de conséquence un léger souffle en arrière-plan sonore qui ne gêne pas trop le visionnage du film quand même.
Le troisième film, "Le couteau dans l'eau" est le seul en polonais d'origine (les autres films ont de toute façon été tournés en anglais) et ne fait pas l'objet d'un doublage en français. Rien d'exceptionnel au final, mais rien de médiocre non plus : la moyenne donc pour la note finale.


L'Interactivité : 1/3

L'ergonomie des menus :
Les menus proposés sur chacun des DVD sont peu nombreux (3 au total), sommaires et basiques. Le chapitrage des films est disponible en VO ou VF (sauf "Le couteau dans l'eau") et les vignettes, de taille moyenne, sont animées. Néanmoins, tout ceci donne un ensemble un peu "tristounet" et peu dynamique au final.


Les bonus :

Grosse déception pour les fans du réalisateur polonais : aucun des DVD présentés ne présente un quelconque bonus. Pas même une filmographie. Certes il n'est peut être pas très aisé de récolter des informations sur ce genre de films, mais un peu plus de détails sur le réalisateur ou ces films auraient été les bienvenus.

A la décharge de l'Editeur, il faut rappeler que ce coffret vous permet de voir 3 films assez peu connus et rares à un prix inférieur à 25 euros, ce qui n'est déjà pas si mal.


Les Visuels : 1/1



La pochette / Le packaging

Le digipack 4 volets dans son fourreau est très soigné : dans les tons noir et blanc, il présente un aspect un peu rétro très sympathique. De même on appréciera les mentions sur le digipack concernant la carrière et le résumé de ces 3 films. Un très beau travail.

[ Voir le Top Packaging pour ce DVD ]



La sérigraphie

Même si le rond central n'est pas imprimé, les sérigraphies présentent une assez bonne qualité en termes de définition et de conception. On remarquera qu'elles sont en harmonie avec le fond du digipack et que la saturation de couleur blanche contraste parfaitement avec la dominante noire du coffret.


Note Finale : (12.5/20)

Commentaires concernant cette critique

il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


Achat du DVD :

Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

Aller plus loin

Nous contacter
Signaler un bug
Partenariat | Affiliation
Souscrire aux fils RSS
Facebook-Rejoignez nous

DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020