DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LISA ET LE DIABLE - SéRIE MARIO BAVA / MAD MOVIES

Lui écrire Hotkiller

Lisa et le diable - Série Mario Bava / Mad Movies DVD sorti le 20/12/2002


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : One plus One
Distributeur :
One plus One

Date de sortie cinéma : 28 septembre 1977
Nombre d'entrée en salle :
?

Durée du film : 1 h 35 min.


Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3935


   

Le Film : 7/10

Résumé : Lors d'une visite touristique de la ville de Tolède, une touriste américaine (Elke Sommer) remarque une peinture murale censée représenter le Diable. Peu de temps après, s'étant perdue dans la ville elle rencontre un couple et leur chauffeur en panne de voiture. Arrive alors un majordome (Telly Savalas) ressemblant curieusement au Diable peint sur la fresque. Il leur propose des les héberger dans la demeure d'une comtesse pour qui il travaille et qui vit seule avec son fils. La nuit sera longue, macabre, à la frontière du visible et de l'invisible, du monde des vivants et du royaume des morts…

Avis : Second volume de la collection Mario Bava éditée par One plus One et le magazine Mad Movies, Lisa et le Diable est véritablement un film à part dans la carrière du réalisateur italien et ce pour plusieurs raisons. D'une part, "l'histoire" du film (comment il fut réalisé et son exploitation commerciale) est assez étonnante : une fois Lisa et le Diable réalisé, il fut interdit d'exploitation ou censuré dans plusieurs pays européens dont la France, l'Italie et l'Angleterre. Devant cet échec, le producteur Alfred Leone demande à Mario Bava de rajouter quelques scènes d'exorcisme. En effet, devant le succès international de l'Exorciste de Friedkin sorti quelques mois auparavant, l'opportuniste producteur italien jugea bon de surfer sur la vague "exorciste" du moment. Mario Bava accepta et se mit à plagier certaines scènes du film américain (on retrouve les vomissures de couleur verte, la présence d'un prêtre…). Néanmoins, il refusa que son nom soit lié à ce film qui désormais était baptisé La Maison de l'Exorcisme. La Maison de l'Exorcisme remporta un réel succès commercial et devant ce succès, Bava demanda à ce que son nom soit remis au générique. Alfred Leone refusa et se brouilla définitivement avec le réalisateur. Autant dire tout de suite que le film édité par One plus One est véritablement l'œuvre originale de Bava, avec son propre montage et sans aucune scène rajoutée. Bref, la perle rare que peu de gens ont pu voir. La seconde raison pour laquelle ce film est à part est liée intimement au scénario de Bava : alors que l'intrigue de ses précédents films était simple et compréhensible, Lisa et le Diable se présente comme une sorte de rêve onirique assez baroque (Bava adore les châteaux et ce film ne fait pas exception à la règle) où une jeune femme évolue entre les vivants et les morts ayant du mal à distinguer la réalité de la fiction. Le film peut à ce titre en dérouter certains. Toutefois, on se prend vite au jeu tandis que la caméra de Bava alterne les meurtres sanglants et les moments très poétiques. De plus Bava utilise différents types de musique dans son film : du très classique alterné avec de la musique typiquement 70's (notamment dans les scènes où un personnage court pour échapper à son assassin) sans oublier un peu de musique que l'on pourrait qualifier "d'ascenseur". Tout cet imbroglio tant musical que visuel participe à la déroute du spectateur. Certains ont pu voir dans Lisa et le Diable un hommage à la putréfaction des corps et au morbide (bon nombre de plans représentent des cadavres morts depuis longtemps). D'autres le perçoivent comme un gâchis de pellicule sans queue ni tête. C'est certainement la force de ce film : il ne peut laisser indifférent. Mi-fantastique, mi-intimiste, il faut certainement avant tout le voir comme un très bon "giallo" de l'époque. Bava exploite à fond le style qu'il a créé plusieurs années auparavant : même si l'on retrouve le cocktail classique du giallo (meurtres sanglants, fantastique et soupçon d'érotisme), le réalisateur y ajoute une touche véritablement personnelle (l'hommage à son père qui était chef opérateur dans le cinéma italien est bien réel). De même, il distille une peu de fantastique tout au long de son film, donnant ainsi du ressort à son histoire qui connaîtra son apothéose dans les trois dernières minutes (d'ailleurs censurées en France). Du côté des acteurs, on notera la présence d'Elke Sommer (qui avait fait Baron Vampire avec Bava la même année) et celle, assez curieuse de Telly Savalas (alias Théo Kojak). Les deux sont assez bons et Bava exploite à merveille la "gueule" de Savalas en majordome diabolique déjà abonné aux sucettes acidulées et ce bien avant Kojak (curieux non ?). Un film certes spécial, mais à voir absolument ne serait-ce que parce que c'est un inédit en France (il ne faut vraiment pas le confondre avec la Maison de l'Exorcisme, sorte de patchwork de Lisa et le Diable et de scènes plagiées de l'Exorciste) et qu'il est certainement le film le plus personnel du grand réalisateur italien. Signalons enfin qu'à la suite de la brouille avec le producteur Alfredo Leone, Mario Bava ne tournera plus véritablement de films, signant une œuvre inachevée (Les chiens enragés) et un téléfilm italien d'ici sa mort en 1980. On peut donc considérer Lisa et le Diable comme sa dernière incursion dans le genre du "giallo" dont il était le créateur.


L'Image : 0.5/3

Détails techniques : Ratio : 1.85 - Format vidéo : 16/9

Avis : Compte tenu de la quasi inexploitation en salle de ce film et donc de son faible succès commercial, il était évident que la copie proposée par One plus One soit de qualité très moyenne, pour ne pas dire médiocre. La copie proposée sur ce DVD laisse apparaître de très nombreuses faiblesses : les arrières plans sont très souvent flous tandis que la quasi-totalité des scènes sombres (plus de la moitié du film) sont très pixellisées, les noirs changeant de couleur virant parfois du jaune au bleu. Une scène extérieure du château au début du film est à ce titre particulièrement abîmée puisqu'on distingue à peine les acteurs et le décor. Pour les scènes éclairées, ce n'est guère mieux, l'image présentant un grain énorme sur pratiquement tous les plans ainsi que des couleurs certes contrastées mais ayant une légère propension à baver. On peut véritablement regretter que le master n'ait pas du tout été retravaillé.


Le Son : 0.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 2.0 en Français et en Anglais – Sous-titres français Le son (dual mono) proposé par cette édition n'est guère mieux que l'image. En anglais, les dialogues sont très souvent étouffés et l'on remarque constamment des décalages de synchronisation, ce qui rend le visionnage du film assez pénible dans cette langue. Pour la VF, même si les dialogues sont plus aigus et plus clairs, la bande son présente un souffle en arrière plan sonore très désagréable

Avis : Le son (dual mono) proposé par cette édition n'est guère mieux que l'image. En anglais, les dialogues sont très souvent étouffés et l'on remarque constamment des décalages de synchronisation, ce qui rend le visionnage du film assez pénible dans cette langue. Pour la VF, même si les dialogues sont plus aigus et plus clairs, la bande son présente un souffle en arrière plan sonore très désagréable.


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
les menus de cette collection sont tous identiques reprenant toujours la même identité visuelle (tons rouges et verts). Simples et sobres, ils ne présentent pas de difficulté particulière d'utilisation. Le passage du sommaire aux rubriques est légèrement animé (on entend un hurlement et un éclair fait trembler l'image). Les chapitres sont présentés sous forme de vignettes animées sur un fonds sonore. Cependant le découpage est curieux alternant des chapitres parfois de 5 à 6 minutes tandis que d'autres sont supérieurs à 15 minutes.


Les bonus :

Les bonus présentés dans cette édition permettent notamment de mieux appréhender l'histoire commerciale du film :

  • Le cauchemar de Lisa et le Diable : texte défilant reprenant toute l'histoire du film depuis sa pré-production jusqu'à sa transformation en Maison de l'Exorcisme.
  • Galerie d'affiches : un choix d'affiches françaises et/ou étrangères tant pour Lisa et le Diable que la Maison de l'Exorcisme, les deux films étant intimement liés.
  • Revivez la Maison de l'Exorcisme : cette rubrique présente les photos de production de ce film. On trouve également des "planches contact" de Lisa et le Diable, aucune photo n'ayant été réalisée pour son exploitation commerciale
  • Filmographies : on retrouve les filmographies des principaux acteurs (Elke Sommer, Telly Savalas, Gabriele Tinti, Sylvia Koscina) et de Mario Bava. Celles-ci sont présentées sous forme d'une texte défilant
  • Court-métrage : un court-métrage de 3 minutes intitulé Domino Cass Crad réalisé par David Morlet.
  • La série Mario Bava : 2 extraits des 3 films de la collection éditée par One plus One
  • Collection Ciné-talents : 5 bandes annonce de films extraits de cette collection
  • Malgré la mauvaise qualité de l'image et du son, il est évident que le film édité par One plus One et Mad Movies est un collector en lui-même, le film original n'ayant quasiment jamais été exploité en salles. C'est donc l'unique occasion de connaître l'une des toutes dernières œuvre de Mario Bava. Néanmoins, il est à réserver aux fans exclusivement


    Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Un boîtier Amaray contient l'affiche française du film avec des couleurs et un visuel assez psychédélique et très 70's. On notera au verso les informations "ironiques" de l'éditeur en rouge indiquant que le film présenté n'est pas la version du film remontée et transformée en Maison de l'Exorcisme.



    La sérigraphie

    Sérigraphie dans le même esprit que les autres titres de la collection : le fond est rouge tandis l'héroïne est dessinée en contours, son "remplissage" se faisant par la couleur métal originale du DVD. Les informations légales sont disposées à l'horizontale dans la moitié basse du DVD ne gênant pas trop en cela le reste de la sérigraphie.


    Note Finale : (10.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020