DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


TOUT CE QUI BRILLE (BLU-RAY + DVD) - EDITION BLU-RAY VIP

Lui écrire montana62

Tout ce qui brille (Blu-ray + DVD) - Edition Blu-ray VIP DVD sorti le 16/02/2011


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Pathé
Distributeur :
Fox Pathé Europa

Date de sortie en salle : 24 mars 2010

Nombre d'entrées : 1 419 927
Durée : 1 h 39 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3760


   

Le Film : 7/10

Résumé : Ely et Lila sont amies de longue date et vivent dans une banlieue parisienne populaire, à Puteaux. Elles rêvent de vivre à Paris et s'incrustent de temps en temps dans des soirées chics où elles ne sont a priori pas acceptées. Lors de l'une de ces soirées, Lila tombe amoureuse de Max et Ely vient en aide à Agathe et Joan, un couple de lesbiennes agressé par un homme à la sortie. Lila décide de faire croire aux trois personnes qu'Ely et elle vivent à Neuilly, histoire de se fondre dans cette classe sociale à laquelle elles n'appartiennent pas.
Fiche technique Film Français de Géraldine Nakache et Hervé Mimran, Scénario : Géraldine Nakache et Hervé Mimran, Photographie : Guillaume Deffontaines, Montage : Scott Stevenson, Décors : Ivan Maussion, Costumes : Emmanuelle Youchnowski, Production : Aïssa Djabri et Farid Lahouassa

Distribution Géraldine Nakache : Ely, Leïla Bekhti : Lila, Virginie Ledoyen : Agathe, Linh-Dan Pham : Joan, Audrey Lamy : Carole, Simon Buret : Maxx, Manu Payet : Eric le fiancé de Lila, Daniel Cohen : Maurice le père d'Ely, Nanou Garcia : Danielle la mère d'Ely, Fejria Deliba : Nadia, la mère de Lila, Lucie Bourdeu : Annah, Nader Boussandel : Slim.

Avis : Pour une première collaboration et surtout un premier film de Géraldine Nakache, le pari de faire parler la banlieue parisienne sous le thème de la futilité relevait d’une sacrée audace, Alors pari gagné ?

On suit Ely et lila deux jeunes femmes en plein post-adolescence, habitant la banlieue où rien ne se passe. Paris n’est qu’à dix minutes, mais dix minutes d’un monde qu’elles ont bien du mal à rejoindre, fascinées par les paillettes, certains choix s’avèrent difficiles pour ne pas perdre son identité.

Ce qui frappe finalement l’œuvre est l’absence totale de partis pris, pas de jugements extrêmes sur les conditions de vie, pas de feux de poubelles ou de voitures, pas de dealers ou de guerre de gangs. A l’heure où le bling-bling est roi, on voit des jeunes filles s’enfuir pour ne pas payer la course d’un taxi mais dépenser des sommes inconvenantes pour une paire de chaussures. Le travail, le logement, la famille, tout est bon pour s’évader et se brûler les ailes sur l’autel de la superficialité, on est finalement pas très loin d’une fièvre du samedi soir remis au goût du jour. Ces deux amies partagent la même folie, mais Ely dispose de repères familiaux que lila n’a pas, mirage et réalité ne font pas bon ménage et les deux inséparables vont l’apprendre à leur dépens.

La mise en scène alerte compense la futilité apparente du scénario aidée par une interprétation pêchue ! Les deux filles vampirisent littéralement l’écran avec leur tchatche, la gente masculine constituant le maillon faible du récit. Du père indigne aux petits amis indécis ou envahissants sans oublier le beauf de service, on peut comprendre qu’elle aient du mal à vouloir construire quelque chose.

Le casting féminin est donc à la fête avec une Leïla Behkti toute fraîchement césarisée pour le meilleur espoir féminin. Elle suscite avec une facilité déconcertante l’empathie immédiate pour cette bimbo-mytho qui plus est très agréable à regarder. Géraldine Nakache complète ce duo explosif par un jeu plus pragmatique, elle symbolise la frontière à ne pas dépasser avec une jolie émotion. Il serait injuste de ne pas citer la décapante Audrey Lamy qui nous gratifie de quelques scènes savoureuses, la célèbre zézétte du « Père Noël est une ordure » devrait apprécier. Virginie Ledoyen et Linh-Dan Pham, sans doute à cause de l’écriture, ne laissent pas un souvenir impérissable, la première par un jeu trop prosaique et la seconde par une transparence égale à la nature du sujet. Côté masculin c’est franchement terne, Manu Payet essaye bien d’exister, mais pris dans la tornade de leïla Behkti il est balayé comme un fétu de paille. A noter une composition hallucinante qui sauve l’honneur du sexe fort lors de cette soirée hard-discount avec Alexandre Castagnetti et Clément marchand, il faut tendre l’oreille et savourer les paroles, un grand moment de merchandising !

Tout ce qui brille a rencontré un joli succès auprès du public français engendrant près d’1,5 millions de spectateurs. Il a même décroché deux nominations aux césars remportant celui du meilleur jeune espoir féminin.

Au final, le film réussit le pari de conserver tout notre intérêt grâce à ces futilités joliment interprétées, même si son sujet risque vite de le faire oublier.


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format : 2.35 - 16/9 compatible 4/3 - Encodage VC-1

Avis : Une copie qu'on qualifiera de paresseuse, il suffit de consulter les chiffres pour s'en persuader. Le disque n'est rempli qu'à la moitié (28,91 Go) où l'encodage VC1 a bien du mal à dépasser les 20Mbps. Côté satisfaction il y a la palette colorimétrique qui se met au diapason de ses actrices et le contraste qui reste soutenu avec une gestion des noirs correcte. Les contours donnent une belle précision en particulier sur les gros plans des actrices, on note une belle profondeur par moment même si le piqué n'est pas exceptionnel. Le grain se fait parfois plus présent ainsi que quelques fourmillements mais on dispose dans l'ensemble d'une copie très agréable.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : DTS-HD Master Audio 5.1 - Français, DTS-HD Master Audio 2.0 - Français
Sous-Titrage : Sourds et Malentendants

Avis : Même sentiment que pour l'image avec une bande son en dessous de ses capacités. Avec 2 pistes en HD sans qu'aucune version étrangère ne vienne encombrer l'espace, on a du mal à dépasser les 2,5Mbps, on note une pointe à 3Mbps au début du film dans la boîte de nuit mais on retombe très vite en dessous des 2Mbps qui sera la moyenne. Heureusement le dynamisme est bien présent, le mixage est précis même si les surrounds ont bien du mal à se faire remarquer, notre home cinéma est tout juste mis à contribution lors des scènes musicales, on est un peu frustré d'autant qu'on a la chance de disposer de pistes HD.
La version SD présente dans le packaging propose 2 versions, une piste DD 5.1 encodé à 448Kbps et une piste DD 2.0 encodé à 192Kbps.


L'Interactivité : 1.5/3

L'ergonomie des menus :
Le menu principal du disque propose l’envoi du film, Versions pour le choix de la version audio, Chapitres au nombre de 16 et Bonus . L’interface se fond dans les images du film avec ce détourage enfantin qu'on retrouve lors du générique. Il est possible de changer à la volée la version audio


Les bonus :

Pour la partie bonus on démarre avec :

  • - Commentaire audio filmé où l'on retrouve Géraldine Nakache, Leila Bekhti, Audrey Lamy, Hervé Mimran et Nader Boussandel. On sent un manque d'expérience flagrant dans ce registre, les filles commentent de temps en temps quelques plans pour l'anecdote mais jouent plus les spectatrices qu'autre chose, il ne faut pas s'attendre à un flot d'informations. De plus avec un sujet aussi futile, difficile de parler technique ou effets spéciaux pour combler les trous. Pour le début on apprend que la scène sur le banc s'est faite en 2 jours avec une bâche au dessus de la tête à cause de la pluie, Géraldine Nakache commente son coup de boule où elle trouve qu'elle a trop de cheveux "on dirait des rideaux". Voilà un petit aperçu d'un bonus qui s'avère au final dispensable
  • - On retrouve ensuite le Film annonce (1'47)
  • - Le making-of (16'15) Le sujet démarre sur un petit clin d'oeil de Leïla Bekhti qui joue aux fausses starlettes, très vite on s'aperçoit que le sujet est placé sous le signe de la détente et de la "déconne". Le déroulement se fait façon "zapping" pour donner beaucoup de rythme, la pluie a visiblement était souvent de la partie, on peut même parler de déluge. L'ingénieur du son a du beaucoup s'amusé pour ses mixages avec le survol régulier des avions. et de temps en temps les travaux domestiques des voisins. Comme fil rouge on a droit aux interviews de la carotte, le sujet est à l'image du film, pétillant, bordélique et sans prétention et au final moins barbant que ces making-of promotionnel.
  • - Journal de bord (21'50) On retrouve l'équipe tout d'abord au festival de l'alpe d'Huez, on sent l'équipe, malgré les sourires de façade, très tendue et émue. On assiste en direct à la remise du prix spécial du jury sous la présidence de Clovis Cornillac. On fait ensuite un petit tour de province, histoire de prendre la température du public, ça démarre par lille au Kinépolis, puis Strasbourg, Bordeaux, Marseille, Lyon, Nantes. L'equipe enchaine ensuite les plateaux Télé avec bien sur les incontournables Grand Journal ou Vivement Dimanche et pour terminer en beauté le tapis rouge de cannes. On apprend évidemment pas grand chose, si ce n'est la partie promotion toujours un peu obscur et il faut bien le dire répétitif.
  • - Rencontre avec Véronique Sanson (4'02) Contre toute attente cette rencontre constitue un petit bijou d'émotion et de très loin le plus beau sujet de ces bonus. On y voit Géraldine Nakache complètement envahie par l'émotion à l'idée de pouvoir serrer la chanteuse dans ses bras. Une fois les larmes essuyées, les 3 femmes interprètent avec une pêche du tonnerre la chanson phare, ces 4 minutes font un bien fou !
  • - Touskib le jeu (11'51) Un sujet au départ fun, inventer n'importe quel mot, mais au bout de quelques minutes on se lasse vraiment.
  • Bêtisier du Touskib (4'58)Un prolongement du jeu qui s'avère également au bout d'un moment lassant.
  • - le Clip On retrouve évidemment le clip du film
  • - On termine enfin par une superbe Galerie de photos (1'28)


  • Décontraction est le maître mot de cet ensemble de sujets où le sérieux n'est pas de mise. La futilité n'est pas reniée, mais le capital sympathie est tel pour l'équipe qu'on pardonne beaucoup de chose.

  • La version SD présente dans le packaging offre exactement les mêmes bonus.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Un sur étui et une jaquette conservant un visuel identique avec son duo explosif. le boitier arbore un superbe rose bonbon, fidèle à l'esprit du film. Au verso on retrouve les principaux protagonistes, c'est pas mal chargé mais plutôt bien rangé avec une bonne lisibilité pour la partie synospsis, le détail des bonus et la partie technique.



    La sérigraphie

    La sérigraphie conserve également le même visuel que la jaquette avec ces deux tornades brunes. La sympathie est au rendez-vous même si l'esthétique est au minimum.


    Note Finale : (14/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020