DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LA VENGEANCE DANS LA PEAU

Lui écrire surfeur51

La vengeance dans la peau DVD sorti le 25/03/2008


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Universal Pictures Video
Distributeur :
Universal Pictures Video

Date de sortie en salle : 12 septembre 2007
Nombre d'entrées : 1 539 000

Durée du film : 1 h 51 min.
Acteurs: Matt Damon

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2650


   

Le Film : 8.5/10

Résumé : Jason Bourne aspire à vivre en paix, après l'assassinat de sa compagne Marie, et la mort de l'instigateur du programme Treadstone qui avait fait de lui un assassin. Mais le Département de la Défense avait lancé un second programme encore plus sophistiqué, Blackbriar, dont Jason Bourne était le prototype... Ce dernier reste donc, pour le directeur des opérations, une menace à effacer au plus vite…

Avis : "La vengeance dans la peau" clôt une trilogie amorcée avec "La mémoire dans la peau", basée sur les romans de Robert Ludlum, eux-même très librement adaptés au cinéma par Tony Gilroy, et mettant en scène un amnésique qui va se révéler doté de qualités athlétiques et de réflexes exceptionnels, et entraîné à tous les combats. Ce volet boucle l'histoire qui avait débuté par le sauvetage de Jason Bourne par des marins italiens, les dernières images de ce troisième épisode faisant directement référence au début du premier. On retrouve globalement la même équipe que dans le film précédent, le réalisateur Paul Greengrass conservant en outre son style particulièrement tonique avec un tournage caméra à l'épaule qui donne au film un aspect reportage sur le vif assez marqué, mais parfois aussi un peu le tournis au spectateur. Sur le plan du rythme et des cascades, cet épisode est certainement le plus élaboré des trois, par contre on pourra lui reprocher d'être un quasi remake du second quant à sa structure narrative. Le franc succès en salles connu par cette trilogie peut laisser envisager des suites éventuelles aux aventures du nouveau héros.

Le prologue revient sur l'épisode moscovite de "La mort dans la peau", et la dernière scène à New York de ce deuxième volet se retrouve repris et développé aux deux tiers du présent épisode, essentiellement constitué d'une gigantesque chasse à l'homme pendant laquelle Jason Bourne (c'est bien évidemment toujours Matt Damon qui interprète le rôle) va devoir défendre sa vie et celle de Nicky Parsons (Julia Stiles, malheureusement un peu fade), un agent de la CIA dont on apprend qu'elle fut autrefois sa copine, contre la horde d'assassins lancée à leurs trousses. Derrière ces tueurs on trouve le responsable de l'opération ultra-secrète Blackbriar, Noah Vosen (David Strathairn) et le directeur de la CIA Ezra Kramer (Scott Glenn). Mais au sein même de la CIA, tout le monde ne joue pas le jeu pourri de Vosen, et, en particulier, Bourne trouvera en Pamela Landy (Joan Allen, qui joue le rôle le plus nuancé et le plus crédible du film), une alliée objective. Plus que jamais, notre héros amnésique montre des qualités de surhomme invincible, quasi indestructible, anticipant tous les mouvements de ses adversaires et montrant une connaissance de tous les lieux et toutes les technologies absolument fabuleuse. Heureusement, le côté spectaculaire des scènes d'action fait un peu oublier leur caractère totalement irréaliste, car avec des courses poursuites et des explosions au cœur même de Moscou, Paris, Londres, Madrid, Tanger et New York, le film se déroule sur un rythme échevelé sans laisser au spectateur la moindre seconde de répit. En parallèle, quelques flash-back en pointillé lors de l'action relatent des bribes d'évènements du passé qui reviennent à la mémoire de Bourne, la fin du film permettant enfin de lever toutes les questions que celui-ci se posait sur son identité réelle et sur comment et pourquoi il est devenu un tueur.

On délaissera un peu l'analyse du jeu des acteurs, au demeurant sans reproche particulier, au profit de la qualité des cascades et des effets pyrotechniques, sachant que le réalisateur privilégie le tournage classique aux effets spéciaux numériques. Sur le plan narratif, le film ne propose pas vraiment de "résumé des épisodes précédents" et de nombreux points risquent de rester largement hermétiques pour ceux qui découvriraient ici la série. Par contre les références aux autres volets sont nombreuses, à travers des clins d'œils comme quand Nicky se coupe les cheveux de la même manière que Marie l'avait fait dans "La mémoire dans la peau", ou lors des images finales du film au fond de l'eau. Les amateurs d'action seront comblés avec cet épisode, mais on pourra regretter qu'il véhicule beaucoup moins d'émotion que les volets précédents, le personnage de Bourne apparaissant cependant encore plus sombre, et plus torturé par son passé, que dans "La mort dans la peau". Ce film n'est heureusement pas "l'épisode de trop", et les amateurs du genre ne bouderont certainement pas leur plaisir si la série devait se rallonger.


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.40:1

Avis : L'encodage restitue avec fidélité l'image cinéma, avec ses couleurs naturelles, tirant un peu sur le gris, ses contrastes très marqués et son léger grain. La définition est néanmoins précise, les arrêts sur image souffrant souvent d'un flou de bougé du à la rapidité de l'action. La compression est pratiquement invisible. La photographie d'Oliver Wood privilégie la variété à la recherche d'esthétisme, et on notera les différentes vues aériennes illustrant chacune des grandes villes où se déroule l'action.


Le Son : 3/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en Français et en Anglais - Sous-titres : Français, Anglais

Avis : Les deux pistes, VO et VF, sont assez proches et utilisent toutes les enceintes, sans trop de modération en ce qui concerne le caisson de basses, pour restituer au mieux tous les effets sonores du film. Ceux-ci font preuve du même tonus que les images, avec une spatialisation optimale, tant pour les effets subtils que pour les scènes d'action. La musique de John Powell, qui reprend le thème principal des épisodes précédents, est également rendue avec une bonne dynamique et une bonne ampleur, tout en préservant la clarté des dialogues.


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
Après l'abominable clip anti-piratage, on accède aux menus qui sont sonorisés, seul le menu principal étant animé. Le film est découpé en 20 chapitres, et l'on peut changer de langue et sous-titres à la volée.


Les bonus :

Assez conséquents pour une édition à un seul disque, surtout si l'on considère la qualité technique de l'image et du son. Les différents documentaires constituent de fait le making of du film

  • Commentaires VOst du réalisateur Paul Greengrass. Celui-ci se contente de commenter l'histoire, et même si quelques éléments sont intéressants, on aurait préféré plus d'anecdotes de tournage et plus de détails techniques.
  • Neuf scènes coupées en 4/3 VOst, format cinéma respecté, montées bout à bout pour une durée totale de 12 minutes. En général constituées de dialogues (sauf une scène d'assassinat à Madrid), elles donnent un éclairage complémentaire à certains points du scénario, mais auraient incontestablement ralenti le rythme du film.
  • Un homme qui bouge : Jason Bourne. Cinq documentaires, de 24 minutes au total, en 16/9 VOst, qui relatent le tournage dans différents lieux : Berlin (pour les scènes à Moscou), Paris, Londres, Madrid et Tanger. Avec de nombreuses images de tournage, des anecdotes techniques, ce document donne une bonne idée de l'ambiance qui régnait au sein de l'équipe.
  • Poursuite sur les toits : documentaire de 6 minutes en 16/9 VOst qui détaille le tournage de la poursuite à Tanger, lequel a nécessité une grosse préparation, avec câbles et grues.
  • Préparation des coups de poings : documentaire de 5 minutes en 16/9 VOst détaillant l'entraînement des acteurs et le tournage de la bagarre entre Bourne et Desh.
  • Ecole de pilotage (3 minutes, 16/9 VOst) : entraînement de Matt Damon en vue des scènes de conduite sportive en voiture.
  • Course poursuite à New York (11 minutes, 16/9 VOst). Tournage des cascades en voiture, en particulier la chute du toit, la poursuite dans les rues de New York et l'accident sur la pile de pont.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray noir, avec un visuel qui se démarque nettement de l'affiche du film, un montage faisant la part belle au héros avec en toile de fond une des séquences les plus spectaculaire du film.



    La sérigraphie

    La sérigraphie reprend le visuel de la jaquette. L'impression est fine, comprenant le rond central, mais l'esthétique globale est plombée par des logos trop gros et des textes légaux trop visibles. Exemple type où le marketing grossier tue la qualité…

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (17/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 05/04/2008 à 17:21 par drouvre : Oui, c'est clair que ça donne envie.
    - le 31/03/2008 à 21:45 par dale cooper : Belle critique. Je viens de me revoir cette semaine les deux premiers opus et je vais dès que possible me regarder celui-ci car tu m'as vraiment donné envie de terminer cette série très réussie. J'essaie de me remémorer cet épisode et le souvenir que j'en ai c'est comme tu l'as bien souligné qu'il n'ya pas de temps mort dans ce film.

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2017