DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


MANON DES SOURCES - COLLECTION CLAUDE BERRI

Lui écrire surfeur51

Manon des sources - Collection Claude Berri DVD sorti le 03/03/2004


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Pathé
Distributeur :
Fox Pathé Europa

Date de sortie en salle : 19 Novembre 1986
Nombre d'entrées : 6 645 000.

Durée du film : 1 h 54 min

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
8174


   

Le Film : 9.5/10

Résumé : Dix ans près la mort de son père Jean de Florette, Manon est gardienne de chèvres. De son côté, obsédé par son passé, Ugolin a fait fortune en cultivant des œillets avec le Papet. Mais pour Manon, l'heure de la vengeance a sonné. En bouchant la source qui alimente le pays, elle prive d'eau les habitants du village...

Avis : "Manon des sources" est dans la stricte continuité de "Jean de Florette" et il n'est guère envisageable d'en apprécier toute la saveur si l'on n'a pas auparavant assisté à l'enfance de Manon quand elle aidait son père à rapporter de l'eau pour cultiver ses terres. Claude Berri a réalisé cette suite en se tenant toujours très proche du roman de Pagnol, et l'on retrouve à peu près les mêmes personnages, Emmanuelle Béart remplaçant la jeune Ernestine Mazurowna dans le rôle de Manon. Le film a connu le même succès que son prédécesseur, ce qui est assez logique, tous ceux ayant aimé le premier film voulant forcément connaître la fin de l'histoire.

Alors que les cultures d'œillets d'Ugolin (Daniel Auteuil) ont fait sa renommée, Manon élève des chèvres dans les collines, et se comporte comme une sauvageonne, fuyant les habitants du village, à l'exception du nouvel instituteur, Bernard Olivier (Hippolyte Girardot), qui semble ne pas la laisser indifférente. Le Papet (Yves Montand), aimerait bien qu'Ugolin prenne femme pour assurer une descendance aux Soubeyran, une famille autrefois puissante et riche qui risque de s'éteindre après eux. Quant à Ugolin, qui épie en secret Manon quand elle se baigne toute nue dans des points d'eau créés par les pluies d'orage, il en est devenu follement amoureux et il suit de loin, avec jalousie, ses rencontres avec l'instituteur. Mais Manon n'a pas oublié les évènements tragiques qui dix ans plus tôt ont conduit son père à mourir accidentellement en voulant creuser un puit avec des explosifs. Et quand elle découvre par hasard l'endroit d'où part l'eau qui alimente à la fois les cultures d'Ugolin et tout le village, elle va imaginer une vengeance qui touchera tous ceux qu'elle rend à juste titre responsables de la mort de son père. Les langues vont alors se délier, la machination du Papet et d'Ugolin va éclater au grand jour et des évènements tragiques pour les uns et heureux pour les autres vont se succéder jusqu'à la révélation finale, inattendue, qui éclairera d'un jour nouveau l'ensemble de cette tragédie.

Le film conserve les mêmes qualités visuelles et artistiques que son prédécesseur, montrant la Provence sous un côté encore un peu plus sauvage dans toutes les scènes où Manon se tient à l'écart de la civilisation. En se rajoutant à ce qu'on a appris d'eux dans le premier film, les caractères des personnages d'Ugolin et du Papet s'affinent, et si l'on a du mal à pardonner leurs actions dictées par la cupidité, on ressent forcément une certaine compassion pour Ugolin dans son amour pour Manon, amour impossible car elle ne voit en lui que l'assassin de son père, et pour le Papet quand face à sa solitude il mesurera l'étendue du gâchis dont il est, à cause d'une pirouette du destin, responsable. Les personnages du village sont aussi plus présents, et la rencontre organisée avec un spécialiste du génie rural donne l'occasion à des prises de bec mi-cocasses, mi-cruelles. Emmanuelle Béart et Hippolyte Girardot rejoignent avec bonheur un casting parfait et leurs personnages illuminent d'un cœur pur (on ne voit aucune noirceur dans la vengeance de Manon) une histoire où l'appât du gain, le mensonge, la lâcheté et souvent simplement la bêtise, guident les actes des villageois. Si le scénario est parfois cruel envers ces gens simples, il permet néanmoins de redécouvrir un monde pas si lointain où le progrès moderne n'avait pas encore pénétré et où la vie de tous les jours dépendait d'un labeur acharné, poussant forcément à un certain égoïsme.

Le dénouement est à la fois satisfaisant, parce que très moral et surtout pas moralisateur, mais il laisse aussi une note très mélancolique et un goût un peu amer quand on mesure comment des petits riens insignifiants, une simple lettre perdue en temps de guerre entre la France et l'Afrique, peuvent conduire à détruire des vies. La rondeur visible du ventre de Manon est alors le signe que malgré tout la vie continue, avec ses bonheurs tout simples…


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : La qualité de l'image est dans la lignée de celle de "Jean de Florette", avec ses couleurs vives qui soulignent si bien la luminosité des paysages provençaux. Les contrastes et la définition sont sans reproches, et la compression presque optimale. La photographie de Bruno Nuytten garde son côté esthétique naturel, avec en plus une bien belle Manon qui apporte aussi sa part de lumière.


Le Son : 2/3

Détails techniques : Dolby Digital 2.0 en Français.

Avis : On ressent une petite déception devant une bande sonore d'excellente qualité, mais avec juste deux canaux restituant une stéréo évidemment dépourvue d'effets arrières qui auraient ajouté du relief aux nombreux bruitages du film. Les dialogues ressortent néanmoins parfaitement, et la très belle musique Jean-Claude Petit (avec toujours en thème principal l'air de Jean de Florette joué par Manon à l'harmonica) est parfaitement restituée.


L'Interactivité : 1/3

L'ergonomie des menus :
Menus animés et sonorisés. Le film est découpé en 21 chapitres.


Les bonus :

Bonus essentiellement sous forme de textes illustrés. On regrettera, pour un tel film, l'absence de making of ou de commentaires.

  • Marcel Pagnol : pages de textes en 16/9, retraçant la carrière littéraire et cinématographique de Pagnol, illustrées de photos d'époque en N&B
  • Bande annonce en 16/9, format cinéma respecté.
  • Manon des sources dans la presse. Rappel du succès des deux films vu à travers des réactions de la presse de l'époque (textes en 16/9)
  • Remise des Césars : vidéo en 4/3 de la remise du César 1987 du meilleur acteur à Daniel Auteuil, qui, très ému, rend hommage à Claude Berri et aux autres acteurs du film.
  • Interview écrite de B.Nyutten; Reprise d'un bonus existant aussi sur le DVD de "Jean de Florette" où le directeur de la photographie évoque son travail sur les deux films.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Boîtier amaray transparent, sans que soit utilisée la possibilité d'imprimer la liste des chapitres au verso de la jaquette. Le visuel reprend exactement l'affiche du film, sur base d'une composition rassemblant les principaux protagonistes.



    La sérigraphie

    Impression jaune sur fond vert sombre pour le titre, les logos, et les textes légaux en pourtour, le rond central étant imprimé. Tout cela ne remplace pas une belle image…


    Note Finale : (15.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020