DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LES AVENTURIERS

Lui écrire surfeur51

Les aventuriers DVD sorti le 09/05/2007


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : M6 Vidéo
Distributeur :
Warner Home Vidéo

Date de sortie en salle : 12 Avril 1967
Nombre d'entrées : 3 120 000 env.

Durée du film : 1 h 50 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
5307


   

Le Film : 9.5/10

Résumé :  En panne de succès, Roland et Manu, deux amis unis par leur passion de la vie et des sports extrêmes, décident de partir à la recherche d’un trésor englouti en Afrique… Ils emmènent avec eux une jeune artiste, Laetitia, qui a décidé de les suivre après un vernissage raté.

Avis : Devenu un grand classique à la fois du cinéma français et du film d'aventure, "Les Aventuriers", réalisé par Robert Enrico est un mélange harmonieux d'aventures exotiques et d'action sur fond d'amitié virile indéfectible, et de tragédie. Alternant une fraîcheur bon enfant et des moments dramatiques intenses, il comporte plusieurs scènes inoubliables, soulignées par une partition musicale devenue culte, due à François de Roubaix. Ayant connu un solide succès lors de sa sortie en salles, il fut diffusé de nombreuses fois à la télévision avant de connaître une édition tardive, mais d'excellente qualité, en DVD.

Manu (Alain Delon) est pilote acrobatique, mais il va perdre sa licence suite à un essai raté de passage sous l'arc de Triomphe en biplan. Son copain Roland (Lino Ventura) construit un dragster, mais celui-ci va exploser lors d'un essai à grande vitesse. Laetitia (Joanna Shimkus) produit des objets d'art métalliques à partir de pièces de récupération, mais sa première expo publique ne lui vaut que des critiques acerbes de la part de la presse spécialisée. Manu ayant appris par hasard l'existence d'un trésor resté dans un bimoteur écrasé en mer au large du Congo, voilà nos trois amis partis sur un voilier pour plonger à la recherche de l'épave. La découverte de celle-ci sera facilitée par l'irruption du pilote rescapé (Serge Reggiani), lui aussi cherchant à récupérer le trésor. Cette quête, émaillée de plusieurs tragédies, verra sa conclusion au fort Boyard, une forteresse sur un îlot au large de La Rochelle. Le scénario, inspiré d'un roman de José Giovanni qui a lui-même réécrit les dialogues, est découpé en trois parties, les évènements qui vont unir les trois amis, dans la grisaille de l'automne parisien, la recherche du trésor en mer sous le soleil d'Afrique, et le dénouement là où Laetitia avait passé son enfance en rêvant d'acheter le fort perdu en mer. Bien que dans le prolongement les unes des autres, ces trois parties apparaissent bien distinctes, chacune étant marquée par une photographie et une ambiance particulières. Le rythme est assez prenant, même si l'épisode parisien comporte quelques longueurs, comme la scène du vernissage qui fait un peu tomber la pression.

Le casting est bien sûr dominé par les monstres sacrés qu'étaient déjà Delon et Ventura, qui incarnent à la perfection deux hommes aux caractères bien différents mais dont l'amitié résistera à tout, même à la présence de la jolie Laetitia qui ne peut laisser indifférent ni l'un ni l'autre. Alors que Delon joue un Manu jeune, enthousiaste et sympathique, beau à faire rêver toutes les femmes, Ventura incarne un Roland sobre, réservé, un brin grognon, un brin protecteur. Joanna Shimkus est une Laetitia craquante et lumineuse qui rayonne de joie de vivre, et c'est elle qui apporte toute la fraîcheur de ce film où un aspect sombre, voire dramatique est souvent présent. L'actrice canadienne, alors au début de sa carrière, allait abandonner celle-ci quatre ans plus tard, à vingt-huit ans, après son mariage avec Sidney Poitier, et ce rôle de Laetitia reste le sommet d'un passage trop bref devant les caméras. Au niveau du casting, il ne faut pas oublier Serge Reggiani, qui a accepté un second rôle ambigu dont l'importance est cependant vitale pour le scénario, le chanteur-acteur montrant ici l'étendue de ses qualités de comédien.

Le tournage bénéficie des décors naturels, tant de la côte africaine (le film a en fait été tourné en Tunisie) que de la côte atlantique, et on appréciera aussi les vues des profondeurs à la recherche de l'épave de l'avion, ainsi que la scène poignante et inoubliable des funérailles sous-marines. La partie action n'est pas négligée, avec des voltiges aériennes en début de film, et un final avec fusillade et explosions de grenades dans un fort Boyard non encore restauré à l'époque du tournage. Ce chef d'œuvre empreint de romantisme n'a quasiment pas vieilli, et la qualité de l'histoire, le charisme des comédiens, les paysages et la musique envoûtante de François de Roubaix le rendent incontournable, et l'on peut le voir et le revoir sans se lasser. Cette édition DVD devrait donc se retrouver dans la collection de tout cinéphile aimant l'aventure et les grands sentiments, traités à la française, donc avec un regard sur les personnages qui ne souffre pas d'une recherche artificielle de spectaculaire.


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35:1

Avis : L'image a été restaurée en haute définition, nettoyant la pellicule de ses défauts et restituant les belles couleurs d'origine. Que l'on soit dans la grisaille, sous le soleil d'Afrique, de jour ou de nuit, les contrastes sont optimaux, la définition parfaite respectant un léger grain de pellicule. La compression ne montre qu'en peu d'occasions un léger fourmillement. La photographie, due à Jean Boffety, est belle et variée et fait beaucoup pour le charme du film.


Le Son : 1.5/3

Détails techniques : Dolby Digital Mono 2.0 en Français - Sous-titres : Français pour malentendants

Avis : La piste mono d'origine est distribuée sur les enceintes latérales, mais n'atteint pas le spectaculaires de bandes son plus récentes. Une remasterisation en 5.1, même décriée par les puristes, aurait pu donner plus d'ampleur à la musique et créer quelques effets arrières faciles à intégrer aux scènes de fusillades. Certains dialogues manquent un petit peu de clarté, mais la magnifique partition musicale, pleine de lyrisme, est rendue sans la moindre distorsion.


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
Menus animés et sonorisés, avec un graphisme dépouillé dans des tons très clairs. Le film est très peu découpé (dix chapitres), ce qui ne facilite pas la recherche d'une scène précise. Il faut repasser par le menu pour mettre ou retirer les sous-titres.


Les bonus :

Un effort louable de l'éditeur pour rassembler des documents éclairant bien le film.

  • Présentation du film par Robert Enrico : documentaire de 9 minutes en 4/3 N&B, tourné en 1967. Le réalisateur revient sur son film, le scénario et les personnages, en particulier le choix d'un personnage féminin (Laetitia) en lieu et place d'un troisième homme que l'on trouvait dans le roman de Giovanni.
  • Histoire(s) du tournage : à mi-chemin entre reportage et making of, de 18 minutes en 4/3, commenté par Jérôme Enrico, le fils du réalisateur. Il nous rapporte des anecdotes de tournage, faisant part de la rivalité entre les deux vedettes masculines, qui ne se sent d'ailleurs jamais à l'écran, et de quelques tensions entre les acteurs (surtout Delon) et le réalisateur.
  • Rencontre avec Joanna Shimkus : interview de 10 minutes en 16/9. L'actrice revient sur sa courte carrière et le tournage des "Aventuriers", et évoque les autres films qu'elle a tourné avec Robert Enrico, "Tante Zita" et "Ho !"
  • françoisderoubaix.fan : le titre de ce documentaire de 25 minutes en 4/3 correspond au site Internet consacré au compositeur mort à 36 ans lors d'une plongée sous-marine. On regrettera cependant le manque de documents sur le compositeur lui-même, au profit de nombreuses interviews de fans nostalgiques de sa musique.
  • Bandes-annonces de la collection Enrico, en 16/9 : "Les Aventuriers" en version originale, "Les Aventuriers" en version remasterisée, et "Tante Zita". Les deux versions des "Aventuriers", identiques, permettent de mettre nettement en évidence l'effet de la restauration.

  • Les Visuels : 0.5/1



    La pochette / Le packaging

    Digipack simplifié, sans étui cartonné, donc sans possibilité de le fermer réellement. La coque de l'alvéole en plastique transparent est plus épaisse que pour les digipacks habituels, le rabat cartonné étant simple et non illustré à l'intérieur. Le visuel principal est un montage spécifique en jaune et noir, un peu décevant sur le plan artistique, et très différent de l'affiche originale qui était d'ailleurs encore moins réussie.



    La sérigraphie

    La sérigraphie reprend la partie haute du visuel principal. L'impression est fine et couvre le rond central. Les logos, sans être vraiment discrets, sont rassemblés en partie basse et ne gênent pas trop. Les textes légaux en pourtour sont minuscules et ne se remarquent guère.


    Note Finale : (16/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2019