DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


LES SIMPSON : SAISON 1 - EDITION COLLECTOR / 3 DVD

Lui écrire langeikki

Les Simpson : Saison 1 - Edition collector / 3 DVD DVD sorti le 09/10/2001


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : 20th Century Fox
Distributeur :
Fox Pathé Europa

Date de premiere diffusion : 22 Decembre 1990

Durée de la saison 1 : 4 h 57 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
4124


   

Le Film : 10/10

Résumé : Springfield, petite ville typiquement américaine... Il y a là le supermarché, les écoles, la mairie, le poste de police, le bar, le centre commercial et...... les Simpson ! Venez vivre les aventures loufoques d'une banale famille d'américains moyens ! Liste des épisodes : Noël mortel, Bart le génie, Un atome de bon sens, Simpsonothérapie, Terreur à la recré, St Lisa Blues, L'abominable homme des bois, Bart à perdu la tête, Marge perd la boule, L'odyssée d'Homer, L'espion qui venait de chez moi, Un clown à l'ombre, Une soirée d'enfer.

Avis : Ce n’est pas encore du niveau des feux de l’amour ou de la guerre de 100 ans mais Springfield tient toujours debout 17 ans après…

Le 22 décembre 1990, une drôle de famille s’apprêtait à débouler dans nos petites lucarnes pas encore dans le format ultra plat qui relégua depuis la convivialité du foyer aux oubliettes d’un confort technique de plus en plus imposant. Au beau milieu des décorations d’un noël semblable à tout les autres, Santa Claus dans un élan de générosité peu commun mis dans sa hotte un cadeau qui déferlera comme une douce folie presque universelle devant les yeux ébahis de plusieurs générations de téléspectateurs aux 4 coins de la planète.

LES SIMPSONS

Homer, Marge, Bart, Lisa et Maggie Simpson sont une famille d’américains moyens vivant dans la communauté de Springfield. Le papa ouvrier, la maman au foyer, un garçon, une fille, un bébé, un chat et un chien. Voici un bien joli tableau de perfection à l’américaine proposé par Matt Groening créateur de cette galerie de personnages pourtant pas aussi stéréotypée que cette description ne le laissait présager…

Les Simpson se présentent avant tout comme une caricature grossière mais fichtrement pertinente du mode de vie occidental et par la même occasion de la société américaine dans son ensemble. Satire grinçante et parfois même blessante pour ceux qui s’y reconnaîtront, les Simpson gardent néanmoins toujours les pieds du bon coté de la barrière et ne franchiront jamais la ligne rouge qui les placeraient dans une posture ironique plus cinglante qui desservirais bien entendu les ressorts comiques découlant tout naturellement de leur bonhomie et de la tendresse évidente qui se dégage de chacun d’entre eux.

Très fidèle à la société dans laquelle il évolue, Groening poussera tout au long de cette aventure les clichés à leurs extrêmes en posant Homer le bedonnant sans cervelle comme responsable de la sécurité d’une centrale nucléaire, la gracieuse et douce marge comme mère modèle toujours à l’heure pour préparer le petit déjeuner et passant le reste de ses journées à attendre le retour de sa famille pour le goûter puis le dîner. Le diabolique Bart enfant terrible de la famille toujours en train de préparer un mauvais coup, l’utopiste Lisa incomprise de tous, rêvant d’avoir un poney et jouant d’un instrument (le saxophone) collant parfaitement à son caractère bridé sans oublier la petite Maggie et ses deux meilleurs amis (T’N’T Tétine and Télévision)

Bien sur ces 5 la ne sont pas seuls et rien qu’en sélectionnant les personnages secondaires de cette première saison on a de quoi remplir des pages et des pages d’histoires aussi farfelues que délirantes. Il y a la catégorie des solitaires qui fait dans le nombre : Montgomery Burns le très vieux patron grippe sous, conservateur et machiavélique de la centrale, son second Smithers tellement admiratif de ce dernier qu’il finira à force de révérences par en tomber amoureux (?!) Apu immigré indou tenancier de la superette locale ouverte « Chet chour sur chet 24 treur sur fintquatre » Moe l’éternel célibataire au service de tout les poivrots de Springfield, Barney le saoulard bon à rien accessoirement le meilleur ami d’Homer, les sœurs de Marge : Patty et Selma totalement aigries par leur célibat et leur manque de sociabilité, le principal Skinner entièrement sous l’emprise de sa « mêêêêre » Madame Crapabelle, institutrice Ô combien traumatisante, Grand père Simpson confiné dans un hospice, Otto le conducteur de bus baba cool un peu paumé, Herman le marchand d’armes et d’artefacts guerriers « complètement azimuté » Tahiti Bob intellectuelle marionnette de bouffonneries qu’il ne goûtera que très peu ou Krusty le clown véritable icône vivante pour tout les enfants, qui n’est en fait rien d’autre qu’un charlatan hypocrite vouant sa vie à un culte mercantile qui lui apportera la gloire et l’argent tout en le destinant à n’être qu’une surreprésentation de lui-même condamné à vendre son image par tout les moyens possibles et imaginables.

Il y a aussi la catégorie des gens bien pensant et respectables : les médecins bien surs, hommes de confiances pour tout un chacun : Le Psy Marvin Monroe qui vends ses services à grand renfort de publicités méprisantes et de Talk Show racoleurs ou le Docteur Hibbert à qui on donnerait le bon dieu sans confession. Ned, Maude, Rodd et Todd Flanders représentant la famille idéale qui réussit tout ce qu’elle entreprend, chrétienne à l’extrême et jamais avare de compliments ou de gentillesses qu’Homer prendra toujours à plus ou moins juste titre pour de la forfanterie… Il ne faut pas oublier le modèle moralisateur pour toute la ville personnifié sous les traits du révérant Lovejoy prédicateur fantoche, sa pipelette d’épouse ou encore le Chef de la police locale Wiggum aussi incompétent, démagogue et corrompu que Quimby le maire de cette bonne vieille Springfield…

La cour de récréation pas encore très étendue lors de ces premiers épisodes comptait déjà ses figures de proue. Les affinités se font jour sans mal entre Bart et son meilleur ami Milhouse qui aura surtout ce statut de par sa nature non belliqueuse et sa franche camaraderie. Ses traits de caractère laisseront bien sur le premier nommé comme maillon fort au sein de cette complicité. Bart rêvera aussi d’introduire le cercle très fermé de la bande à Jimbo pour devenir « cool » Les antagonismes naissent aussi rapidement en particulier avec Martin le surdoué lèche cul du corps professoral, Sherri et Terri les jumelles pimbêches, Wendel la machine a vomir ou Nelson le gros dur plusieurs fois redoublant accompagné sans relâche par ses acolytes tout aussi querelleurs que leur « chef » La petite Lisa quand à elle ne sera pas encore au centre du débat scolaire, ses rares apparitions dans ce milieu se feront surtout lors du cours de musique qui lui vaudra les railleries du maestro lui-même quand au choix de son orientation blues et de son instrument privilégié (le saxophone)

Cette saison 1 arrive directement après la mini série d’histoires courtes diffusés lors du Tracy Ullman Show à partir de 1987. La popularité grandissante de cette famille donne rapidement l’idée aux producteurs de la Fox d’allonger le format réduit et de donner les Simpson en pâture au gigantesque public du prime time américain. La préexistence des shorts exclura toute introduction banale de présentation des personnages, c’est donc le désormais culte générique d’ouverture formidablement mis en image, interactif et de plus joué par le virtuose Danny Elfman qui sera le préambule d’un succès immédiatement au rendez vous. Le tableau des punitions écrites de Bart, le twist du fauteuil différent pour chaque épisode, les références culturelles foisonnantes et la ressemblance frappante des personnages avec les caricatures vivantes que nous côtoyons chaque jour au quotidien auront posé les jalons d’un véritable règne dynastique toujours pas éteint. Ces 13 premiers épisodes expérimentaux compteront bientôt 400 petits frères et ce n’est pas fini…

Dans cette saison on aura l’occasion de voir Bart mettre en péril le noël de sa famille a cause d’un tatouage ou entrer dans une école de surdoué après avoir triché a un examen de Q.I Il sera envoyé en voyages d’études en France, se posera en rassembleur pour lutter contre le tyrannique Nelson et tentera même d’éviter à Krusty de finir en prison ! Rien n’y fera ! Bart est une véritable terreur, lui et ses frangines seront capables de mettre hors d’état de nuire la baby sitter démoniaque, il ira même jusqu’a couper la tête de la statue du fondateur : Jebediah Springfield ! Homer enfilera lui la casquette d’un monsieur sécurité incorruptible, embarquera femme et enfants dans une expédition forestière pas commune et deviendra même le nouvel apollon de la danse du ventre grâce à l’appareil photo d’espion de son fils ! Marge de son coté aura plusieurs crises de nerfs à cause de son mari et tombera tout naturellement sous le charme d’un joueur de bowling français sachant aussi bien manipuler les gens que les boules ! Lisa vivra son premier coup de blues et toute la famille passera même chez le psy lors d’une mémorable thérapie de groupe orchestrée par le docteur Marvin Monroe. Comme vous pouvez le constater cette première saison ne sera pas avare en rebondissements et en situations irrésistibles...

La relation délicate des Simpson avec l’argent y est exprimée clairement dès le départ tout comme le penchant d’Homer pour l’alcool, ses nombreux soucis de travail et le fait qu’il soit très influençable. On aura droit à d’éclatantes démonstrations de sa naïveté dans des épisodes comme Noël Mortel, Un atome de bon sens, Simsonotherapie ou L’abominable homme des bois dans lesquels il voudra bien faire mais sera piégé par son enthousiasme aveugle. A contrario son coté égocentrique et j’en foutre sera mis en avant surtout en ce qui concerne ses relations avec son épouse dans Marge perd la boule, L’odyssée d’Homer ou Une soirée en enfer. A ne pas rater non plus L’espion qui venait de chez moi pour remarquer l’amour infini qu’il semble porter à son fils MDR. A ce sujet, le personnage de Bart se pose d’emblée comme maillon fort de la série en débordant de diableries mais aussi de tendresse. L’ambivalence terrible qu’il porte en lui n’est sans doute pas étrangère à beaucoup d’entre nous. Habitué à l’exceptionnelle perfection montrée par les medias, il se sera sensiblement éloigné d’un père jugé ringard pour lui préférer les pantalonnades de krusty « son héros » De la même manière quand sa mère lui demandera de dire à Lisa qu’il l’aime il répondra « on le sait de toute façon » Ici est l’essence de Bart Simpson, gentil garçon de 10 ans imbibé jusqu'à la moelle par la société dans laquelle il évolue qui n’aère que rarement son cœur toquant pourtant à la fenêtre d’un esprit pas si imbécile que ça. Son caractère aimant et protecteur sera bien mis en exergue dans des épisodes comme Noël mortel, Terreur à la récré ou Un clown à l’ombre. Pour apercevoir ses faiblesses et son manque de confiance en lui il faudra plutôt lorgner sur Bart a perdu la tête, Bart le génie ou L’espion qui venait de chez moi. Le caractère de Marge, mère au foyer délaissée mais posant presque naturellement un mouchoir sur sa vie de femme s’échauffera aisément dans plusieurs épisodes de cette saison où ses colères mémorables verront le pauvre Homer se retrouver seul face à ses négligences. Simsonotherapie, L’odyssée d’Homer, Marge perd la boule et une soirée d’enfer lui offriront largement de quoi botter les fesses potelées du « gros nounours » qui lui sert de mari en lui rappelant que l’amour ne se donne pas à sens unique. Ces exceptions impliquent par ailleurs une douceur et une attention extrêmes dans les autres épisodes ce qui contraste fort bien en donnant des situation presque jubilatoires dans les cas cités plus haut. Lisa et sa petite sœur elles ne seront pas installées en avant dans cette première saison. Les apparitions sporadiques pour la petite Maggie sont tout de même extrêmement craquantes que ce soit dans sa doudoune étoile, lors de son adoption par une famille d’ours ou lors des séquences lancinantes ou elle nous fera grâce des mélodieuses harmonies de se tétine rouge lol Pour en finir avec nos héros il faut dire un petit mot sur Lisa, sans aucun doute le personnage le plus abandonné de ces 13 premiers épisodes. Un seul lui sera pleinement consacré en lui offrant une tribune pour exprimer son désenchantement face à la condition humaine qu’elle exposera dans des morceau de jazz echevelées et plutôt pas mauvais pour une gosse de 8 ans. Elle jouera sa partition mi chat mi chien avec Bart et aura souvent le mauvais rôle… Son intelligence supérieure ne sera pas tout de suite trop voyante et on préférera jouer sur la corde de l’ambiguïté en la montrant totalement accro aux niaiseries de la VHS des petits lutins de noël ou aux imbécillités de Krusty le clown. On arrive tout de même à mettre à son crédit une lucidité acérée ce qui change de celle des autres membres de la famille… Les personnages secondaires n’en sont encore qu’au stade d’ébauches et aucun d’entre eux n’aura pour le moment droit à SON épisode. Ils laissent tout de même transparaître facilement leurs traits de caractère les plus grossiers (voir par exemple Patty, Selma, Martin, Krusty ou les Flanders) Les thèmes récurant de la série sont eux déjà bien encrés comme l’omniscience influente de la télévision et des medias en général sur l’esprit des américains, les problèmes d’argent, la marchandisation, la jalousie, le moralisme, le mensonge et beaucoup d’autres défauts qui auront au sein de cette série tout loisir de s’exprimer enfin hors des sentiers battus. Mieux vaut en rire qu’en pleurer ! De cette maxime, Groening tira le positif en créant cette famille d’ahuris attachants, reconnaissables sans peine avec leurs visages jaunes, leurs 4 doigts et leurs enooormes yeux bien ouverts sur le monde qui les entoure.

Comme les Monty Pythons en leur temps, la famille Simpson apporte une vue lucide sur les problèmes d’une société en crise permanente. Néanmoins, au contraire de beaucoup d’humoristes qui aujourd’hui n’en possèdent plus que le nom, elle ne se prends pas assez au sérieux pour paraître prétentieuse ou déplacée. Toi qui me lis en ce moment, j’espere t’avoir convaincu d’acheter ce dvd. Tu passeras un délicieux moment, tu riras et tu ne pourras qu’être ravi d’avoir dépensé tes 20 petits euros durement gagnés pour ces instants merveilleux. Dans le cas contraire :

VA TE FAIRE SHAMPOUINER !!!!!!!


L'Image : 1.5/3

Détails techniques : Format Vidéo : 4/3 - Ratio : 1.33:1

Avis : Techniquement parlant cette édition est dans la moyenne haute de ce qui se faisait à l’époque de sa sortie (2001) dans le domaine du DVD. La définition est très correcte, les couleurs plutôt jolies mais la compression pas exempte de tout reproches. Artistiquement parlant ce n’est une bombe, certains épisodes ont un graphisme très voisin de ce qui se faisait sur le Tracy Ullman Show et le moins que l’on puisse dire c’est que tout cela n’est pas très esthétique. On pardonnera toutefois facilement cette lacune en prenant conscience que ce sont les débuts d’une série qui n’était pas certaine de rester à l’antenne si l’audience n’avait pas été au rendez vous.


Le Son : 1.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 en fraçais et en anglais - Sous-titres : Anglais, Français, Néerlandais, Grec

Avis : Rien de transcendant malgré des pistes en Dolby Digital 5.1 dont on peine à distinguer l’apport vis-à-vis de pistes mono ou stéréo censées être moins performantes… On pourra tout de même souligner l’énorme casting qui nous est proposé au niveau du doublage en comparant avec la V.O : Les voix sont presque toutes très semblables et cela n’est sans doute pas étranger au succès de la série. Petite remarque d’ailleurs sur celle d’Homer qui porte déjà la signature de Philippe Peythieu mais dont le timbre ressemble étrangement à celle du grand père Simpson… Assez déroutant pour quelqu’un qui regarderai cette saison après avoir vu des épisodes plus récents.


L'Interactivité : 2.5/3

L'ergonomie des menus :
Direct dans le feu de l’action ! Les menus de chaque disque sont agencés de la même manière soit : Choix de l’épisode/ sous menu / choix des langues et des sous titres, chapitres et bonus. C’est assez déroutant mais au final plutôt pratique pour avoir envie de découvrir les commentaires audio ou la V.O par exemple.


Les bonus :

Des bonus pas très passionnants pour la plupart, le véritable trésor se cache dans le choix des langues avec un commentaire audio pour chaque épisode !!! Ca c’est du bonus !!!


  • Commentaires audio : 13 véritables pépites disséminées au gré des 3 DVD de cette saison 1 ! Chaque épisode a droit à son propre commentaire audio. C’est un vrai bonheur que de retrouver Matt Groening et pas mal de ses collaborateurs réalisateurs ou scénaristes sur Les Simpson. Les commentaires sont toujours de franches parties de rigolade où s’enchaînent analyses diverses, anecdotes marrantes et souvenirs précis. Une vraie mine d’or pour les connaisseurs ou les fans tout simplement. 10/10 MERCI
  • Les scripts : Voila typiquement le genre de bonus qui fera le bonheur des puristes et uniquement des puristes… Ce coffret nous offre le script original de 4 épisodes : Bart le génie, Terreur à la récré, Ste Lisa Blues et Une soirée d'enfer. Honte sur moi….. J’ai zappé.
  • Bêtisier inédit : Ce n’est pas vraiment un bêtisier… C’est une version très courte de l’épisode une soirée d’enfer assez incompréhensible et de très mauvaise qualité… Hop ! Poubelle…
  • Animation par ordinateur de « Terreur à la récré » : Un reportage très bref qui voit Matt Groening et David Silverman nous expliquer quelques procédés d’animation utilisées dans la série. C’est trop court pour être réellement passionnant.
  • Le tournage des Simpson : Je regrette beaucoup la trop courte durée de ce doc. (moins de 5 minutes) On y apprend les origines de la série et en particulier l’anecdote très drôle de Matt Groening avouant qu’il a donné les prénoms de sa propre famille aux Simpson par manque d’inspiration et de temps. Le phénomène « Simpson » est également passé au crible mais il faudrait bien plus que cette mini featurette pour faire le tour du seul nombril d’Homer… Dommage…
  • Extraits Internationaux : Cette partie des bonus est destiné à nous faire découvrir l’ampleur de l’épidémie via un extrait de l’épisode « Marge perd la boule » dans 5 versions de doublage différents (Français, Italien, Espagnol, Japonais et Portugais) Personnellement j’adore le doublage italien !(très similaire au doublage Français et Américain d’ailleurs)
  • Court métrage : Bonne nuit les Simpson est un court métrage issu du Tracy Ullman Show. Très drôle mais particulièrement peu ragoûtant graphiquement… On en profitera quand même pour avoir un aperçu de la famille Simpson de l’époque et pour savoir comment ne pas aviver les terreurs nocturnes de nos enfants lol
  • Les Simpson, conception artistique : Ce dernier bonus du coffret est à l’image des commentaires audio une vraie mine d’or. Mélange de croquis et de story-boards, il ne vous reste plus qu’a ouvrir les yeux pour savourer…


  • [ Voir les Bonus Cachés pour ce DVD ]

    Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    Digipack 4 volets de toute beauté à dominante grise avec de nombreuses illustrations et impressions en contour blanc. Le fourreau cartonné dans les mêmes tons est magnifié par un aspect brillant tout à fait remarquable. A noter l’astuce qui permet de mettre la famille Simpson dans 3 situations différentes a l’intérieur de la télé du fourreau. Bonus : Un petit livret sympa qui détaille les épisodes et les chapitres. Ca c’est du packaging de haut vol !

    [ Voir le Top Packaging pour ce DVD ]



    La sérigraphie

    Les 3 sérigraphies sont plutôt sympas au niveau de l’interactivité (les scènes s’animent quand on retire la galette) mais niveau qualité ça laisse à désirer… Le rond central est énorme et seuls les personnages sont imprimés. Ce détail sera toutefois corrigé dans les saisons suivantes.

    [ Voir le Top Sérigraphie pour ce DVD ]


    Note Finale : (16.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 04/03/2007 à 13:22 par maud : Bravo pour cette belle loupe !!!!!
    - le 04/03/2007 à 09:37 par gegeonix : Du très bon boulot! Une bien belle présentation sur cette série qui ne vole pas ses mérites. Encore bravo et bonne continuations pour les prochaines loupes de ces merveilles

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020