DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


VAMPIRES - EDITION COLLECTOR / 2 DVD

Lui écrire SebsokK

Vampires - Edition collector / 2 DVD DVD sorti le 09/11/2004


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : M6 Vidéo
Distributeur :
Warner Home Vidéo

Date de sortie en salle: 15 Avril 1998

Durée du film : 1 h 42 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
2627


   

Le Film : 9/10

Résumé : A l'aube de XXIème siècle, les vampires ne craignent ni les gousses d'ail, ni les crucifix.
Un homme, Jack Crow, accompagné d'une poignée de mercenaires, les traque impitoyablement et détruit leurs nids jusqu'à l'éradication totale. Il doit gagner la guerre avant que ces adorateurs du Mal ne mettent la main sur la croix de Berziers qui leur assurerait de régner à jamais sur la Terre...

Avis : John Carpenter a consacré une bonne partie de sa vie a tenter de ressuciter un genre que l'on pensait plus ou moins mort et enterré: le Western. Probablement un des plus grands fan de "Rio Bravo", John Carpenter a tenté de rajeunir le film d'Howard Hawks dès son premier long métrage (officiel): "Assault on Precinct 13". Avec "Vampires", il va tenter pour notre plus grand plaisir de mélanger directement Western et Fantastique. Quelques années plus tard, il va d'ailleurs pousser le "Mix" encore plus loin avec "Ghosts Of Mars" mais c'est une autre loupe!

Sachez que quand Big John fait un film de vampires, le résultat n'est pas à mettre devant tout les yeux... Décapitations, ouvertures de gorges et d'autres organes divers, combustions spontanées et génocides de prêtres ou de moines sont monnaie courante dans ce film. C'est d'ailleurs à mon avis son métrage le plus violent à ce jour. Tout reste dans un esprit assez "Gore" genre année 80. C'est particulièrement évident lorsque James Wood doit "enterrer" ses équipiers morts. On le voit alors s'assurer qu'ils ne sont pas devenus vampires les uns après les autres avec divers ustensiles (Hache, pieu, couteau...). Le sang gicle a l'écran, mais le contraste avec la décontraction évidente du héros empèche le métrage de basculer dans le (trop) malsain: ce n'est pas hyper réaliste, c'est donc pour "le trip".C'est cette ambiance particulière, mi-horreur/fantastique mi-aventure/western, qui fait à mon sens la grande force du film. Et deux éléments en particulier y contribuent: James Wood et la musique. Dès le début du film, le ton est donné. On voit James Wood habillé très "Rock'n'Roll" avec un blouson de cuir et des lunettes de soleil diriger une équipe de mercenaires assez atypique sur fond de musique Rock/Country géniale. Les riffs de guitares rebondissent sans fin comme seul John Carpenter sait le faire et finissent par nous envouter, par nous "hypnotiser" auditivement, et on n'a plus qu'une envie, c'est d'enfiler notre blouson de cuir, nos gants, et de nous lancer nous aussi à l'assaut de ce nid. Rappellez vous le générique d'ouverture d'"Invasion Los Angeles" en plus rock, c'est presque le même. Plus qu'un simple "gazier" comme les autres, James Wood (ou Jack Crow) apparaît comme un survivant, un dur que rien n'arrête, un véritable (anti)héros. Le genre de type dont le moindre mouvement respire le style. Il pourait même être un héros de Comics (comme Franck "The Punisher" Castle). Ce genre de héros que seul Carpenter sait créer comme Snake Plissken, Napoleon Wilson, John Trent ou encore McReady... Bien entendu, Jack Crow n'échappe pas à la règle: c'est un homme qui ne respecte rien ni personne, suivant son instinct en toutes circonstances. Il ne va pas hésiter par exemple à passer lui même des prêtres à tabac, ou à se saouler et à finir dans les bras de filles de joie à l'instar de son équipe de mercenaire...

En ce qui concerne la réalisation pure et dure, "Vampires" est aussi à part dans son genre. Beaucoup plus simple dans ces plans de caméras que la plupart des autres Carpenter, on dirait que John a voulu se concentrer uniquement sur l'action et sur Jack Crow. Pas de travellings ni de zooms ici: on s'autorise parfois à faire des montages "cut" mais c'est tout. Pas de fioritures: le film est aussi brut que possible, comme Jack Crow. Il y a aussi un atmosphère visuelle particulière à cause des couleurs. Le réalisateur a employé plusieurs filtres ce qui donne une photo et un grain particuliers à l'image. Certaines couleurs semblent fades, alors que d'autres se détachent beaucoup plus... Parfois même certaines couleurs sont torturées pour les faire changer, par exemple le ciel bleu qui devient rouge dans la partie supérieure de l'écran (comme le montre la troisième capture d'écran). Cet aspect "kitsch" est à mon goût véritablement jouissif, n'insistant pas non plus sur le réalisme, mais sur l'ambiance qui est, je le répéte, la plus grande force du film. Pareil pour les flammes dans lesquels se consumment les vampires: rouges fluos! Enfin pour les scènes se déroulant en plein jour, on a aussi l'impression que l'image est un peu sur-exposée... Petit clin d'oeil aux Westerns d'époque?

Pour les acteurs, je pense que vous avez compris que James Wood est incroyable. Il est méconnaissable! Lui qui n'a eu que des rôles de méchants ou d'avocat, James Carpenter lui offre un rôle de héros d'action dont lui seule connaît la recette: descendant en ligne droite de John Wayne... dans son attitude! En 1998, lorsque le film est sorti au cinéma, je n'aimais pas plus que cela l'acteur... Après "Vampires" j'ai commencé de près à m'interesser à sa carrière, et c'est vrai que John Carpenter est le seul réalisateur à lui donné une opportunité si audacieuse dernièrement. Encore un acteur sous estimé!
Comme tout "Super Héros", Jack Crow a un partenaire, un second couteau. C'est ici Montoya, incarné par Daniel Baldwin (le plus gros de la famille). Ce personnage est assez fade, voire creu, mais ce qui est intéréssant c'est son évolution sur la durée du film. Même si la prestation de Daniel Baldwin n'est pas mémorable (dur de piquer la vedette à ce James Wood en très très très grande forme), elle est honnète et retranscrit bien les dilemnes moraux de Montoya.
Cathrina est interprétée par Sheryl Lee qui nous offre un performance... embrumée... Elle passe presque tout le film complètement dans les vappes, et elle est plutôt crédible. Disons qu'elle s'en tire pas mal même si on a déjà vu Carpenter choisir de plus beaux rôles féminins!

Je vous laisse donc découvrir ce "Vampires", cocktail détonnant de pleins de choses... Peut être pas aussi symbolique que les autres Carpenter (même si l'Eglise s'en prends pas mal dans les dents), l'esprit du maître est bien là. Encore un film "Bahlsen": quand on a ouvert le paquet on ne peut plus s'arreter avant la fin! Les personnages (très) hauts en couleurs, la musique, l'originalité du film et son rythme rapide en font un véritable incontournable. Sur ce je vous laisse: je viens de lancer la BO du film, je mets mes Santiags, mes lunettes de soleil, ma veste, et je vais cramer quelques suceurs de sang dans la rue!


L'Image : 2.5/3

Détails techniques : Format vidéo : 16/9 - Ratio : 2.35 : 1

Avis : Excellente en général: aucun défaut, on a des couleurs et une sur-exposition controlée au profit d'une ambiance visuelle impressionnante. Juste une petite remarque où je retrouve l'avis de Ninnin4: lors des scènes nocturnes la compression vidéo est parfois un tout petit peu visible, mais vraiment rien de dramatique! Non "Vampires" est un des Carpenter qui va le plus vous en mettre plein la vue!


Le Son : 3/3

Détails techniques : 5.1 Dolby Digital et DTS pour la piste Anglaise et la piste Française - Sous Titres : Français

Avis : Encore meilleure que l'image! La piste DTS est parfaite, avec une bonne localisation spatiale des sons. La musique est incroyable et crée une ambiance sonore irrésistible. Une réussite tout simplement éclatante: je ne vois pas d'autres mots.


L'Interactivité : 2/3

L'ergonomie des menus :
Alors je ne trouve pas les menus particulièrement "sexy"... Trop sombres et mettant trop en valeur Valek alors que le thème "classique" du film soleil couchant avec Jack Crow est bien plus efficace... Disons que c'est un choix: les menus s'accordent avec le fourreau cartonné du boîtier (qui est soit dit en passant plus moche que l'affiche originale). Tout est clair, et comme les textes interactifs sont écrits en rouge il n'y a pas de problème pour les repérer. C'est du gateau comme on dit!
Pour les transitions, elles sont présentes et assez sympatiques: l'écran se floutte d'un coup comme s'il devenait liquide et laisse place au menu suivant. C'est rapide, efficace, et pas lassant, même si ca sent le "Template" a plein nez! Enfin au final j'aime bien.


Les bonus :

Les bonus sont répartis sur deux DVDs. Le premier contient le film et les commentaires, le deuxième le reste. Pour ceux qui ont la flemme de lire le descriptif en entier, je vais faire une version courte: le contenu est dense et intéréssant, mais pas du tout centré sur le film "Vampires". Autant dire que si vous avez déjà les autres films en collector, il y a déjà des éléments que vous possédez déjà. Dommage il y avait beaucoup à dire sur le film je pense... Et puis j'aurais vraiment aimé que James Wood parle un peu plus...

  • [Commentaire Audio de John Carpenter]: le commentaire audio: classique. Dommage que James Wood ne soit pas présent... Souvent avec Carpenter ca tourne au délire le plus total. Je pense en particuliers aux commentaires audios où il est en duo avec Kurt Russel!
  • [Portrait de John Carpenter]: Hummm là ca sent le réchauffé! Au dos de la pochette on lit "Un Documentaire de 50 minutes INEDIT en DVD"! C'est faux il se trouve sur la version collector de "Assault On Precinct 13" sorti 8 mois avant... Hum Hum! Quoiqu'il en soit, le documentaire offre une retrospective agréable et intéréssante pour ceux qui désirent avoir une première approche du réalisateur: le contenu est un peu léger pour les "True Fans"!
  • [Interviews]: Petite featurette qui ne dure pas plus d'une dizaine de minutes. C'est certes amusant, mais pas indispensable. L'interview de James Wood ne dure que quelques secondes, et ils ont gardé que les passages les plus croustillants mais les plus vides aussi. Dommage!
  • [Filmographies]: Bonus classique: les filmographies des acteurs et du réalisateur... Seulement là on a en thème musical la musique de "Vampires", alors c'est nettement mieux que sur les autres DVDs!
  • [Bandes Annonces]: Là encore rien de bien original: les bandes-annonces de "Vampires" et de "Ghosts of Mars". Les deux films étant parfois assez proche dans l'esprit, il est normal de tenter une approche Marketing groupée! Ha les joies du commerce!
  • On remarque donc par rapport à l'édition précédement loupée par Ninnin4 que la petite featurette "pseudo Making-Of" n'est pas présente. C'est la principale différence entre les deux éditions, certes minime mais présente.


    Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    Si vous avez été voir la loupe de Ninnin4, vous avez certainement vu le très beau Top Packaging de "Vampires". Le problème c'est que l'édition que je possède n'est pas exactement la même...
    Le fourreau cartonné est le même, seul le contenu des bonus change, les miens étant un peu plus "light". On retrouve donc la pochette extrèmement sombre où seul le titre en rouge se détache véritablement, entouré du nom du réalisateur et de l'acteur principal. Plus haut, le visage cadavérique de Valek semble sortir de la brume, tous "crocs" dehors.
    Jusque là tout va bien... C'est maintenant que cela se gate! La première édition disposait d'un magnifique digipack, alors que la mienne c'est juste un fourreau cartonné avec un boîtier Amaray blanc à l'intérieur... J'ai récupéré sur le net un scan de la jacquette du boîtier Amaray afin que vous puissez comparer. C'est pour cette raison que j'ai préféré prendre la pochette "intérieure" et non pas celle du Digipack qui aurait été quasi-identique à celle de Ninnin4. Le recto reprends donc l'affiche originale du film: l'équipe de mercenaires prête à entrer dans le premier nid de vampire sur fond de soleil couchant et avec le visage de Valek sortant des nuages au dessus. Au dos, on remarque surtout une description plus complète du film, plus de captures d'écran, de logos, et un bonus en moins!
    Au final ce boîtier n'est pas horrible non plus, mais c'est dommage d'en avoir proposé deux de qualité aussi inégale...

    [ Voir le Top Packaging pour ce DVD ]



    La sérigraphie

    Les sérigraphies ne sont vraiment pas terrible je trouve... Non pas au niveau réalisation, mais au niveau design. Les mentions légales sont discrètes, les logos aussi et les ronds centraux sont imprimés. Non là où la sérigraphie pêche, c'est par faute de goût.
    Vous pouvez voir celle du DVD du film. Basique: la croix de Berziers sur fond noir. Si on regarde de près, la croix a été modélisée en 3D, avec un effet "Radiations Blanches" made in Photoshop. Ca fait incroyablement cheap si on regarde de près... D'autant plus que la résolution n'est pas si bonne... Sur le DVD des bonus, c'est encore plus mauvais... Résolution à vomir, effets Photoshop à outrances sur les polices (et c'est un graphiste qui parle), quand à l'image derrière il m'a fallu pas mal de temps pour enfin comprendre ce qu'elle représentait! On y voit un oeil semblant espionner de derrière un mur avec un rayon de soleil dessus... Pfiou!
    Non vraiment j'ai eu l'impression que la sérigraphie a été confiée à un débutant qui a voulu "trop" bien faire.


    Note Finale : (17.5/20)

    Commentaires concernant cette critique

    il n'y a pas encore de commentaire sur cette critique

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020