DVD & Blu Ray Les blogs
Tous DVD Blu-ray

Compte DVDpasCherien
login

 | Inscription | Mot de passe ?

DVD A LA LOUPE


FREDDY I : LES GRIFFES DE LA NUIT (1984) - EDITION PRESTIGE TF1

Lui écrire langeikki

Freddy I : Les griffes de la nuit (1984) - Edition prestige TF1 DVD sorti le 17/10/2002


Cliquez pour voir la jaquette en haute-définition

Editeur : Seven7 / Metropolitan Filmexport
Distributeur :
TF1 Vidéo

Date de sortie en salle: 06 mars 1985
Durée du film : 1 h 31 min.

Achat du DVD : Comparer les prix avec le moteur

Nombre de visites :
3153


   

Le Film : 9/10

Résumé : Nancy est une jeune adolescente qui fait régulièrement des cauchemars sur un homme au visage brûlé, avec un vieux pull déchiré et cinq lames tranchantes à la place des doigts. Elle constate d'ailleurs que parmi ses amis, elle n'est pas la seule à faire ces mauvais rêves. Mais bientôt, l'un d'entre eux est sauvagement assassiné pendant son sommeil. C'est ainsi que le groupe fait la connaissance de l'ignoble Freddy Krueger, qui se sert des cauchemars pour assassiner les gens qui rêvent de lui. Nancy comprend qu'elle n'a plus qu'une seule solution : si elle veut rester en vie, elle doit rester éveillé...

Avis : Une, deux, Freddy te coupera en deux, trois quatre, remonte chez toi quatre a quatre, cinq six n’oublie pas ton crucifix, sept huit surtout ne dors pas la nuit, neuf dix il est caché sous ton lit… Il y a des comptines dont on ne connais pas l’origine et dont on ne veux assurément pas savoir la source. La peur chez l’enfant est souvent orchestrée par des mises en garde sans nom ou des épouvantails que l’on brandit pour garder la progéniture sous son aile protectrice, bien a l’abri de ce que l’extérieur a de plus inconnu ou de plus menaçant. La peur se dissout et la conscience supplante cette peur confinée désormais dans l’inconscient. Les terreurs n’ont plus comme moyen d’expression que les angoisses et les cauchemars. La sueur, le sursaut du cœur de la peau ou de l’esprit…

Wes Craven dans ce film a voulu inverser habilement la relation parents/enfants et également nous faire partager certaines angoisses et ses propres expériences tout en adaptant un fais divers relaté dans le L.A Times a la fin des années 70. Les griffes de la nuit est un condensé de ces sujets que l’on aime traiter gravement et sans stress au détour d’un film qui rapportera un palme ou un ours doré. Ici on en parlera autour d’un bon feu, dans la chaleur de nos chaumières et le pop corn a la main. Freddy Freddy c’est un nom bien connu et je commence a me dire que ce personnage aurait pu exister bien avant, peut être d’ailleurs en trouverons nous un jour une trace dans des manuscrits anciens ou sur des parois de roche a Lascaux ? La peur n’a pas d’age quelle que soit sa forme et l’insouciance des jeunes d’Elm street aura bien vite fait d’être tarie. Il existe des tas de fables morbides et tordues. Pourquoi ne pas se servir de ce film pour vous conter la mienne ?

Je vais l’appeler : LA FLUTE ET LA HARPE Un croqueur d’enfants mal habillé sale comme un peigne et délaissé griffais le temps de collections en enterrements pour succomber et oublier. Parents de ci parents de la, magiciens sans gueules ni éclat lassés de la peur et des larmes cerclèrent de feu, liants le poing le malheureux qui dans un cri rendit les armes. « Mes chers mignons dormez vous bien ? Je me retire mais je reviens, le croquemitaine non ne meurt pas, il s’est glissé dans vos doux draps » Mamans et parents rassurés mais de bravoure ayant tués « c’était une légende inventée laissons nos enfant a Morphée » Sans s’inquiéter même enchantés les petites graines sautaient la corde et fredonnant pour en jouer un air connu et redondant, prévenant du soir au matin que voir Freddy signe la fin. Les années passent et le malin dont l’ombre rampait sur l’asphalte ou sur la maison du copain trouva la porte de sortie dans vos doux lits et vos belles nuits « Mes chers mignons dormez vous bien ? Mes lames sont si particulières, voyez la mienne, donnez la main… » La vérité frappait enfin même si en soi elle n’était rien. Freddy marginal assassin désormais plus que fantomette il est un spectre et il tue bien… « Incrédules enfants que vous êtes, négligeant berceuses et comptines! Dans les légendes il y eu toujours une partie d’authenticité et la vengeance se joue au dé mais moi je me laisse pas plumer! Pauvres parents qui savez tout, laissez voir vos petits crever, damnés et perdus pauvres fous ! Un coup de griffe, un coup de lame, sentez l’harmonie sur la trame! Ma petite musique est en marche et la frustration, la colère comme les instruments que l’on parque deviennent de frénétiques joueurs, des funambules de la terreur ayant plus d’une corde a leurs arcs pour passer dans l’échine la peur…

Morale de l’histoire : L’enfer dompte le troupeau et saigne les agneaux. Sans vouloir trop partir en live j’ai dévié de la critique pour participer a la légende de Freddy, preuve qu’il est entré dans la mythologie contemporaine et que ses griffes, son chapeau ou son pull rayé ne sont pas simplement des accessoires de cinéma... Freddy Krueger est bel est bien LE croquemitaine. Wes Craven l’a senti en concluant la saga de son personnage fétiche en le faisant entrer dans sa réalité hollywoodienne souvent nommée a juste titre « rêve Hollywoodien » Si on pourra reprocher beaucoup de choses sur la longueur a cette franchise voire même au premier épisode, jamais on ne pourra nier l’impact que provoque Freddy sur le spectateur. Peut être que parmi tout les monstres qui ont peuplé les écrans ou les romans celui-ci était le plus a même de hanter le quotidien du spectateur. En effet, le sommeil qui sert a oublier se mue en véritable dilemme car l’effet prodigieux de prolonger la terreur au delà même du souffle scénaristique puis celui de condamner l’accès vers la sortie de secours (le sommeil) est bel et bien une idée de génie. J’avoue que lors des projections suivantes la surprise n’est plus palpable et que le métrage s’enlise dans les méandres du vieillissement. Les griffes de la nuit est à ce titre une œuvre éphémère condamnée par le génie de son propos à devenir banale, un objet de collection qui aura marqué son époque mais qui n’est pas impérissable. Comme vous l’aurez compris le chef d’œuvre n’est pas dans la réalisation ici mais dans l’incarnation du mal que campe avec beaucoup de brio Robert Englund. Néanmoins un grand méchant ne passe pas à la postérité sans un adversaire a sa taille... La jeune Nancy sera son égal, elle portera ce rôle avec bonheur et conviction. Cette héroïne la n'a aucun mal à contrebalancer le poids du mal par sa fraîcheur, son courage et les contours angéliques de son visage tout en jurant comme un charretier ou hurlant sur sa mère incrédule et noyée dans l’alcool. Elle n'aura jamais eu besoin de poses lascives pour épater la galerie ou convaincre le spectateur de sa brillante prestation. Oui c’était une autre époque…

Comme par hasard Heather Langenkamp et Robert Englund traîneront ce rôle tout au long de leur carrière, comme enfermés par l’indentification assimilée par le public... Dans leur cas je ne pense pas qu’ils en soient peu fiers. Craven lui restera toujours a mes yeux un réalisateur surestimé même si je ne renie pas une certaine qualité a son travail… Le scénario est évidemment tres bon, sa signification assez clairement exprimée (relations parents/enfants et confrontation du réel et de l'imaginaire) a pour but de nous montrer Nancy passant de l'adolescence a l'age adulte par ce cheminement. Il est porté par l’onirisme qui est son socle et qui lui autorise beaucoup de fantaisies (de quoi parfois être décontenancé par certaines invraisemblances) Il a comme principal défaut une fin négociée laissant un goût d’inachevé…

Les rôles distribués avec beaucoup d’a propos ont une grande implication dans le "LABEL" culte des griffes de la nuit. Les deux acteurs précités au premier chef sans oublier le jeune Johnny Deep qui faisait la sa première apparition au cinéma ou les deux autres adolescents premières victimes du monstre. Le generique est egalement crédité de l'acteur chevronné John Saxon et de Ronnie Blakley qui jouent les parents dechirés de la jeune Nancy avec sobriété et beaucoup de vérité. Les scènes horrifiques sont en première ligne lorsqu’il s’agit de faire l’éloge du métrage. Je citerai en particulier le meurtre de Tina (dans son introduction plus que dans sa finition d’ailleurs) qui est pour moi l’une des meilleures scènes du genre avec des jeux d’ombres et la partition sans faille d’un Freddy paraissant plus terrifiant que jamais, le bain que prend Nancy, les apparitions de Tina dans son « body bag » ou le geyser de sang lors du meurtre de Glen toujours pas effacé de ma mémoire depuis mon premier visionnage il y a des années pourtant…

L’ambiance sonore tout en synthé signée Charles Bernstein + la voix du croquemitaine remplie d’écho de toute sorte est également essentielle et fit des griffes de la nuit un film à l'atmosphère inimitable pour son époque. Il ne faut pas oublier que les autres grands méchants au début des années 80 (Jason et Michael Myers) ne parlent jamais et que pour la première fois on fait face a un adversaire qui sans être d’un grand niveau balance ses insulte et autres menaces perverses avec une gouaille qui change de l’habituel contour carré de ses contemporains. Pour en terminer avec le premier volet de cette franchise qui en comptera 7 je ne peux que m’incliner devant la persévérance et la foi que l’équipe du film a eue en son bébé. Refusé de toutes part, le script de Craven aura voyagé longtemps avant de trouver preneur chez New Line, petite firme qui aura offert le crédit (sens propre et figuré) nécessaire pour permettre l’avènement d’un film faisant date mais aussi d’un personnage inoubliable. Faites de beaux rêves les enfants...


L'Image : 3/3

Détails techniques : Format image : 16/9 - Ratio : 1.85:1

Avis : L’image est vraiment excellente pour un film qui a plus de 20 ans. Beaucoup de tres beaux éclairages et des jeux d’ombres bluffant. Freddy a presque toujours le visage dans la pénombre et ça rend fichtrement bien ! Craven filme des décors assez classiques que l’on retrouve dans pas mal de films d’horreur à l’époque. Pavillons bourgeois a façade blanche avec garage et pelouse. Il introduit sa créature la ou ça fait mal. Cela me rappelle d’ailleurs l’attitude d’Oswald Cobblepot dans Batman le défi qui va chercher les derniers nés de Gotham « dans leurs petits nids douillets » pour les conduire a l’échafaud. L’univers des rêves n’est pas développé excessivement dans cet épisode, il reste sobre mais efficace ; Encore une fois je me répète mais les éclairages sont fabuleux et ne nécessitent aucuns effets spéciaux superflus. Vraiment c’est du grand art.


Le Son : 2.5/3

Détails techniques : Dolby Digital 5.1 français et anglais et Mono d’origine français - Sous-titres : Français et Anglais

Avis : Deux pistes audio en français et une en anglais. C’est le minimum pour une édition prestige mais c’est tellement bien fait qu’on s’en contente. Il faut dire que la musique de ce Freddy est sans doute ma partition favorite dans la catégorie film d’horreur avec celles des films de Carpenter. C’est fantastique à quel point elle nous glace le sang ! Chaque note semble avoir été préparée avec soin pour faire battre notre cœur un peu plus vite a chaque fois. Bien que ce soit surtout vrai dans la première moitié du film cette ambiance finit par peser et personnellement je me suis surpris a subir quelques frissons biens sentis dans l’échine. Charles Bernstein signe une partition royale qui contribue fortement à accentuer la sensation de peur qui se dégage des images. Une vraie réussite, il ne reste plus qu’à savourer….


L'Interactivité : 2.5/3

L'ergonomie des menus :
Le film est divisé en 25 chapitres accessibles en quelques clics, 4 chapitres par page. Tous les menus sont animés et sonorisés de belle manière, leur ergonomie frôle la perfection. Tout est simple et facile d’accès, impossible de se perdre !


Les bonus :

Pas énormément de bonus mais un Doc de 50 minutes tres intéressant qui mérite le coup d’œil. Une fin alternative cachée, deux mini documentaires techniques et une filmographie complète des principaux protagonistes du métrage. Les menus sont animés et sonorisés dans la veine de ce que fais habituellement Metropolitan c'est-à-dire du tres bon travail.

  • Dans les griffes de Freddy : Un long documentaire passionnant sur les origines de l’homme au chapeau. Craven nous explique déjà assez précisément qu’une série d’articles parus dans le L.A Time sur des ados mourant inexplicablement durant leur sommeil après avoir fait de nombreux cauchemars et une expérience effrayante qu’il a vécu a l’age de 7 ans sont les catalyseurs principaux de son histoire et du personnage de Freddy. Ensuite Bob Shaye producteur exécutif de New Line Cinema raconte comment il fut l’un des seuls a croire au script de Wes Craven et Sean Cunnigham auteur original de la franchise tres populaire « vendredi 13 » apporte un éclairage sur la mode des films d’horreur qui s’était emparée des U.S.A depuis le début des années 80. Vient le chapitre sur les deux acteurs principaux du métrage ; Wes Craven expliquera avec quelle facilité il reconnu Nancy sous les traits d’Heather Langenkamp qui deviendra pour lui une actrice fétiche (Il l’imposera dans Freddy 3 et la fera tourner dans Freddy 7 et dans Shocker) tandis que ceux de Freddy eurent plus de mal a trouver un hote. Les 2 intéressés s’expriment également et leurs interviews sont tres intéressantes en particulier celle d’Englund qui semble vraiment avoir été captivé par toutes ces années en freddy. On aura ensuite l’explication des codes de Freddy « pull rayé, griffes, chaleur, chapeau » Dave Miller responsable du maquillage nous parlera brièvement de la manière dont il a conçu le visage du monstre. Dans le chapitre suivant c’est le tournage et ses difficultés qui sont à l’ordre du jour. On apprendra en particulier que l’équipe du film a du travailler les 2 premières semaines sans être payée. Quelques anecdotes assez drôles nous sont également contées par Wes Craven et Heather Langenkamp. Bob Shaye nous expliquera comment le film a failli être vendu, avec le recul il est « heureux » pour New line que Le directeur de la Paramount Frank Mancuso refuse le film. Pour finir Craven regrette à juste titre selon moi que le film se termine de cette manière… Mais Hollywood aime offrir une seconde vie a ses « héros » Freddy en aura droit a 7 et ce n’est sans doute pas fini…. Interventions de Wes Craven, Robert Shaye, Sean Cunnigham, Heather Langenkamp, Robert Englund, Dave Miller, John Saxon, Sara Risher, Rachel Talalay.


  • Les effets spéciaux :


  • Le gant de Freddy : Lou Carlucci créateur du fameux gant de Freddy nous explique brièvement l’histoire de sa conception et une petite anecdote sus la mystérieuse disparition du gant original lors du tournage de Freddy 2


  • La chambre de Tina : L’un des responsables des effets spéciaux sur les griffes de la nuit Lou Carlucci, nous permet de mieux comprendre le trucage astucieux mais tres fastidieux qui a permis a l’équipe de tourner la scène du meurtre de Tina


  • Les Cauchemars :


  • La chaufferie : Un cauchemar bien réel
  • L’assassinat de Tina : Jeux d’ombres et effroi
  • Un cours Rasoir : Ne jamais s’endormir en classe !
  • Nancy dans le bain : Quel vicelard ce Freddy !
  • Sauvée par le gong : gleeeen !!!
  • Le pendu : La prison n’aide pas a survivre…
  • Au tour de Glen : Les chutes du Niagara….Rouge sang
  • Nancy passe a l’acte : Miss Rambo
  • Ultime confrontation : Ne te retourne pas….


  • Bande annonce en V.O.S.T des Griffes de la nuit


  • Commentaire audio : Wes Craven, Jacques Haitkin (directeur de la photographie) Heather Langenkamp et John Saxon nous tiennent compagnie durant le film mais passent surtout leur temps a s’entre-congratuler… Je n’ai pas accroché du tout a ce commentaire audio qui avait un autre potentiel que cette toute petite petite explication.


  • Filmographies : John Saxon, Ronee Blakley, Heather Langenkamp, Amanda Wyss, Johnny Deep, Robert Englund, Robert Shaye, Wes Craven.

  • Les Visuels : 1/1



    La pochette / Le packaging

    Quel dommage de ne pas retrouver l’affiche d’origine du film ! Bien heureusement le Digipack est très sympa et son volet intérieur nous permettra de la découvrir. Pour ceux qui ne la connaissent pas c’est une petite merveille de graphisme. On retrouve également dans le pack un petit article destiné a introduire le film, imprimé sur fond rouge et posé sous une photo de Freddy sans oublier les chapitres qui sont détaillés.



    La sérigraphie

    Le rond central n’est pas imprimé mais la sérigraphie est tellement belle que je m’en voudrais d’en dire du mal.


    Note Finale : (18/20)

    Commentaires concernant cette critique

    - le 23/01/2007 à 10:12 par langeikki : Merci a tous pour vos coms ! Ca fait toujours plaisir de savoir qu'une critique peut pousser un de ses lecteurs a voir le film concerné. C'est vrai que cet opus est le meilleur de la serie (ca y est j'ai fini le dernier hier donc mon avis est definitivement tranché) Par contre Niko06 Tu peux craquer sans probleme pour cette edition qui meme si elle n'est pas tres riche en bonus comporte quand meme un reportage de presque une heure tres interessant. L'edition collector Americaine est tres fournie en bonus et jeux divers mais ne comporte pas de VF ou de VOST. A toi de voir si ca te derange ou pas mais en tout cas ne passe pas a coté de ce film qui meme si il n'est pas parfait merite d'etre vu une fois dans sa vie. A bientot a tous.
    - le 15/01/2007 à 00:17 par Niko06 : Honte à moi qui n'ai jamais vu ce film! Ta critique, au passage fantastique, me le fait d'autant plus regretter... Mais la vraie question c'est : faut-il craquer pour cette édition ou attendre un collector digne de ce nom comme celui sorti aux USA??
    - le 14/01/2007 à 17:29 par psychonicolaspathe : Quelle superbe critique !!!!!!! Ce film terrifiant et particulièrement angoissant est incontestablement le meilleur de toute la saga !!!
    ...voir tous les commentaires...

    si vous souhaitez poster un commentaire : connectez-vous


    Achat du DVD :

    Retour à la fiche de l'éditeur de ce DVD

    Aller plus loin

    Nous contacter
    Signaler un bug
    Partenariat | Affiliation
    Souscrire aux fils RSS
    Facebook-Rejoignez nous

    DVDpasCher.net Tous droits réservés © 1998-2020